Projets financés à Toronto

Document d'information archivé

Projets financés à Toronto

Ontario Cancer Biomarker Network
(réseau ontarien des biomarqueurs du cancer)

Financement de l'Ontario Cancer Biomarker Network
Établissement principal : Ontario Cancer Biomarker Network (OCBN)
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Ken Evans
Financement provincial : 505 946 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

L'Ontario Cancer Biomarker Network est une société sans but lucratif établie en 2005 avec des investissements de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer pour l'avancement de la recherche sur les biomarqueurs. L'OCBN est un programme destiné aux équipes de recherche translationnelle de toute la province et d'au-delà. L'infrastructure et l'appui du réseau veillent à ce que les nombreuses disciplines, technologies et sortes de compétence requises fonctionnent d'une façon harmonieuse et puissent disposer des outils qu'il faut pour atteindre leurs objectifs de recherche.

Institut ontarien de recherche sur le cancer

Programme de chimie médicinale de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Établissement principal : Institut ontarien de recherche sur le cancer
Chercheuse principale/Chercheur principal : Mme Rima Al-awar
Financement provincial : 486 176,62 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

La Programme de chimie médicinale de l'OICR s'attachera à découvrir et à concevoir des composés qui peuvent détruire avec efficacité les cellules cellulaires, tout en atténuant les réactions négatives chez les patientes atteintes de cancer. Il se concentrera, en partie, sur les nouvelles cibles déterminées par les programmes de recherche établis en Ontario.

Programme d'informatique et de bioinformatique de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer
Établissement principal : Institut ontarien de recherche sur le cancer
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Lincoln Stein
Financement provincial : 684 805 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Ce programme conçoit des algorithmes, des logiciels et des bases de données pour les programmes de l'Institut. La recherche calculatoire et statistique est un élément intrinsèque de tous les programmes de l'Institut. Il faut de nouvelles méthodes pour traiter les grands et complexes ensembles de données (cliniques, génomiques, chimiques, pathologiques, relatifs à l'imagerie, etc.) qui seront établis. De nouveaux défis se présentent au fur et à mesure de l'intégration et de l'interprétation de ces ensembles de données. Il faut mettre au point des outils de visualisation pour fournir des vues globales des données et ce, non seulement pour les informaticiens, mais aussi pour les biologistes, les cliniciens et les stagiaires.

Programme de génomique et de dépistage à fort de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer
Établissement principal : Institut ontarien de recherche sur le cancer
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. John McPherson
Financement provincial : 1 613 391 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Le programme de génomique du cancer utilise surtout les programmes de séquençage de la nouvelle génération pour détecter les variants structurels, reproduire les variations de nombres et les polymorphismes nucléotides uniques dans toutes les séquences de codage et analyses de transcriptome connues, dont l'expression numérique des gènes, les différences d'expression propres aux allèles, l'épissage différentiel et le petit profilage de l'ARN. Toutes les études de tumeurs seront complétées par des études analogues de tissus normaux en provenance de la même patiente ou du même patient, afin de différencier les variants somatiques des variants hérités ou de comparer les états pathologiques aux états normaux. Au début, l'IORC fera porter son programme génomique surtout sur le cancer pancréatique, cancer moins courant mais dont le taux de mortalité est près de 100 p. 100. On estime qu'il y aura au Canada, en 2009, quelque 3 900 nouveaux cas de cette maladie.

Centre Sunnybrook des sciences de la santé

Défi du dépistage du cancer à 1 mm - Centre des sciences de la santé

Établissement principal : Centre Sunnybrook des sciences de la santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Martin Yaffe
Financement provincial : 1 645 070 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

D'ordinaire, on détecte les tumeurs quand elles ont plus d'un centimètre et qu'elles renferment plus de 200 millions de cellules cancéreuses. Une détection et un diagnostic précoces d'une tumeur avant qu'elle ne croisse et ne se propage sont d'une importance capitale pour la survie face au cancer. Le programme conçoit des outils d'imagerie plus perfectionnés, y compris les sondes moléculaires. Ces outils comprennent notamment des microbulles, des nano-gouttelettes et d'autres agents qui peuvent détecter de nouveaux vaisseaux sanguins ou des changements liés au cancer dans la température du corps.

Ontario Preclinical Imaging Consortium

Établissement principal : Centre Sunnybrook des sciences de la santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Stuart Foster
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 24
Financement provincial : 7 381 985 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

Les scientifiques, les établissements pharmaceutiques et les cliniciennes et cliniciens s'efforcent de mieux comprendre comment la modification des gènes rend plus ou moins susceptible de tomber malade. L'Ontario Preclinical Imaging Consortium (OPIC), au Centre Sunnybrook des sciences de la santé, rassemble les activités de recherche d'un groupe grand et réputé de chercheuses et chercheurs en imagerie de tout l'Ontario. Tous se concentrent sur la conception d'outils d'imagerie non invasive, afin de quantifier l'apparition de la maladie dans des modèles à petits animaux pour les affections de l'être humain (cancer, arthrite, maladie cardiovasculaire, etc.). La démarche de l'Institut recourt à un processus préclinique, des études fondamentales des gènes à l'expérimentation des traitements expérimentaux. Elle hissera les traitements et les thérapies éventuelles au niveau suivant des essais cliniques chez l'être humain pour le bien des patientes et patients de partout.

Partenaires du secteur privé : Advion, ANRAD, Bayer, Bioscan, Biotage, Elan Pharmaceuticals, Gamma Medica-IdeasGE Healthcare, Genentech, MDS Nordion, Merck Frosst, Molecular Insight Pharmaceuticals, Multi-Magnetics, Pfizer, Philips Healthcare, Cuddy Farms Corporation, Trudell Medical

Health Services Research

Établissement principal : Centre Sunnybrook des sciences de la santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Craig Earle
Financement provincial : 679 804 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Le programme de recherche des services de santé, exécuté en partenariat avec Action Cancer Ontario, utilise des méthodes fondées sur les preuves pour évaluer les avantages, les risques et les coûts des nouvelles interventions de diagnostic et de thérapeutique. En outre, il examine les obstacles à la distribution des nouveaux services et produits de santé.

Partenaire : Action Cancer Ontario

Réseau universitaire de santé

Programme de thérapies sélectives de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Établissement principal : Réseau universitaire de santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Robert Rottapel
Financement provincial : 1 263 093 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Des études génétiques ont révélé que les tumeurs de la même catégorie pathologique renferment généralement des mutations très différentes. En conséquence, chaque patiente ou patient pourrait nécessiter un traitement différent, suivant les anomalies particulières de la tumeur. Cette collaboration entre l'IORC et le Terry Fox Research Institute se concentre sur la conception de thérapies contre le cancer qui ciblent les cellules cancéreuses sans nuire aux cellules saines. Le programme identifie de nouveaux composés et met au point, en collaboration, de nouveaux tests de diagnostic pour déterminer le meilleur ensemble d'agents destinés aux soins offerts à chaque patiente ou patient ayant le cancer.

Pathologie moléculaire intégrée de la thérapie ciblée dans le cancer du poumon
Établissement principal : Réseau universitaire de santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Ming Sound Tsao
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 4
Financement provincial : 4 675 545 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

Le cancer du poumon est en Ontario la principale cause de décès par cancer. Le Réseau universitaire de santé propose d'établir la pathologie moléculaire intégrée, la pharmacodynamique, la pharmacogénomique et la protéomique, dans le programme de lutte contre le cancer (IMP4-Lung Cancer), en collaboration avec plusieurs partenaires industriels clés en Ontario et à l'étranger. Au lieu des modèles plus couramment utilisés de « lignée cellulaire » de cancer, l'équipe du Réseau placera des modèles de xénogreffe (d'une espèce à une autre) de tumeurs issues de patients dans les souris immunodéficientes. Il sera ainsi possible d'établir et d'entretenir de façon étroite et directe l'état clinique de maladie. Le Réseau tirera parti de sa relation à long terme avec IBM pour élaborer un programme de médecine axé sur l'information. La recherche promet des percées qui permettront de réaliser une vraie « médecine personnalisée », d'où une meilleure qualité et un coût réduit du diagnostic de cancer du poumon, ainsi qu'un traitement plus efficace. Le projet apportera d'importants avantages économiques à l'Ontario, en réduisant le coût des soins de santé. Il consolidera encore la position prépondérante internationalement reconnue de la province dans la recherche et le développement de la thérapie personnalisée et ciblée du cancer. Le programme proposé fournira un cadre de formation pour les jeunes et les scientifiques destinés à des postes dans l'industrie et à l'université.

Partenaires du secteur privé : Eli Lilly Canada, Hoffman-La Roche, IBM, Med BioGene, Ventana Medical Systems

Programme de cellules souches contre le cancer

Établissement principal : Réseau universitaire de santé
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. John Dick
Financement provincial : 1 570 776 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

Certains faits établissent que, pour plusieurs types de cancer, un rare sous-ensemble de cellules appelées cellules souches de cancer, cause la croissance et la propagation des tumeurs les plus malignes. Les propriétés connues des cellules souches de cancer les rendent résistantes aux formes les plus actuelles de chimiothérapie, de radiothérapie et de radiothérapie, ce qui explique le taux élevé de rechutes pour nombre de types de cancer. Les thérapies ciblant et détruisant ces cellules critiques vont sans doute se révéler bien plus efficaces dans la prévention des rechutes du cancer.

Université de Toronto

Dispositif anticorps synthétique à noyau à fort débit

Établissement principal : Université de Toronto
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Sachdev Sidhu
Financement provincial : 1 283 633 $
Programme de financement : Subventions d'équipement de l'Institut ontarien de recherche sur le cancer

M. Sachdev Sidhu est un chercheur de l'Institut au Donnelly Centre for Cellular and Biomolecular Research, à l'université de Toronto. Son laboratoire possède un dispositif anticorps synthétique à noyau à fort débit, disponible pour de nombreux programmes de l'Institut.

Produits nanomatériaux pour le secteur de fabrication de l'Ontario
Établissement principal : Université de Toronto
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Uwe Erb
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 9
Financement provincial : 7 351 517 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

La nanotechnologie (ou la fabrication moléculaire) est une branche du génie. Elle traite de la conception et de la fabrication de minuscules dispositifs mécaniques et circuits électroniques au niveau moléculaire de la matière. Ce programme de recherche appuiera la formation du Centre for Nanomaterials in Manufacturing Innovation de l'université de Toronto. La recherche proposée est le premier programme ciblé du Canada dans le domaine des nanomatériaux appliqués (grand sous-domaine de nanotechnologie) pour créer des produits avant-gardistes destinés aux secteurs de fabrication de l'Ontario. On produira ainsi des produits innovateurs qui n'existent nulle part ailleurs au monde. Le programme représente un effort de collaboration réunissant onze des chercheurs et chercheuses universitaires les plus brillants de l'Ontario en nanomatériaux appliqués de l'université de Toronto et de l'université McMaster, neuf compagnies participantes ayant fourni un appui en espèces et en nature. Le Centre créera des relations uniques en leur genre entre les milieux de la recherche et les secteurs de fabrication et d'investissement de l'Ontario.

Partenaires du secteur privé : Integran Technologies, Morph Technologies, Hitachi High-Technologies Canada, Rohm & Haas, DVS Sciences, Northwest Mettech, Patheon, Nuvo Research, Celestica Canada

Biomatériaux thérapeutiques pour la médecine régénérative
Établissement principal : Université de Toronto
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Michael Sefton
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 8
Financement provincial : 6 428 432 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

Imaginez un monde où les patients devant subir une greffe n'attendent pas de donneur et où une simple injection répare cœurs et genoux. Ce projet de l'université de Toronto vise à rapprocher la médecine régénérative de la clinique et à diriger cette transformation en médecine. Les nouveaux biomatériaux, « polymères thérapeutiques » (TheramersMC), exclusifs à Rimon Therapeutics et à l'Ontario, peuvent servir à réparer et à régénérer les tissus atteints, sans utiliser de cellules, ni de médicaments, ni d'éléments solubles (réparation d'ulcères chroniques ne guérissant pas). Ces matériaux disposent peut-être de moins de temps de commercialisation que les dispositifs faisant appel à des cellules ou à des médicaments. En cas de réalisation, l'Ontario bénéficierait d'un important avantage de compétitivité dans la réalisation des éléments économiques de cette révolution de la médecine. Les débouchés du marché se chiffreraient entre trois et cinq milliards de dollars en ventes de produits (avec plus d'un milliard de dollars en revenus pour Rimon/Ontario). En principe, les premiers produits découlant de la recherche devraient engendrer des revenus en 2012.

Partenaires du secteur privé : Rimon Therapeutics

Projet ÆGIS - Intégration de l'accessibilité dans les nouvelles TIC
Établissement principal : Université de Toronto
Chercheuse principale/Chercheur principal : M. Jutta Treviranus
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 22
Financement provincial : 2 482 260 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

La Loi de 2005 sur les personnes handicapées de l'Ontario démontre le solide engagement de l'Ontario à l'égard de l'égalité d'accès. Pour aider à s'acquitter de cet engagement, il faut des travaux innovateurs de recherche et de développement sur les TIC inclusives. De fait, en particulier à la lumière du rapide vieillissement de la population, on se trouve en présence d'une demande mondiale croissante pour les produits et services de TIC. À l'université de Toronto, l'Adaptive Technology Resource Centre (ATRC), de renom international, est un élément essentiel d'un grand réseau international de recherche : ÆGIS. Le Centre et ses partenaires entreprendront des recherches pour appuyer un projet ÆGIS et, ainsi, concevoir une structure d'accessibilité ouverte. Cette structure vise à rendre accessibles, aux personnes ayant divers handicaps, les applications d'Internet et les dispositifs mobiles et de bureau. L'ATRC et ses partenaires de l'Ontario joueront un rôle capital dans l'établissement, la conception et l'essai (par les usagers) de la structure. Un groupe d'accessibilité ouverte et omniprésente existera au-delà de la durée du projet, en réunissant les utilisateurs finals et les concepteurs pour perpétuer les initiatives d'accessibilité des TIC.

Partenaires du secteur privé : Sun Microsystems, Research in Motion, AOL Canada, SingularLogic, Blue Point IT Solutions, CONNcept Swiss, Femptioprocent Data

Conception préalable à la mise en concurrence des sondes chimiques pour les cibles épigénétiques
Établissement principal : Université de Toronto
Chercheuse principale/Chercheur principal : Mme Cheryl Arrowsmith
Nombre de chercheuses et chercheurs touchés : 6
Financement provincial : 4 654 237 $
Programme de financement : Programme d'excellence en recherche du Fonds pour la recherche en Ontario

Une « sonde chimique » décode un rôle de la protéine dans la biologie d'une cellule. Elle sert à évaluer si la protéine cellulaire est une cible de traitement par médicaments ou un diagnostic. Il est difficile de se procurer des sondes chimiques très efficaces. C'est que l'industrie dépend de plus en plus de l'université pour identifier et valider les cibles protéiques des cellules, alors que l'université dépend de l'industrie pour les sondes chimiques qu'il lui faut pour accomplir ce travail. Pour résoudre ce paradoxe, le Structural Genomics Consortium (SGC) de l'université de Toronto établira un partenariat public-privé avec GlaxoSmithKline. Les compétences en matière de chimie médicinale de l'industrie seront appliquées à un important problème des milieux universitaires (grande réorientation de paradigme). On se concentrera sur la conception antérieure à la mise en concurrence des sondes chimiques pour étudier le rôle des protéines qui interviennent dans la signalisation épigénétique (modification de la fonction du gène sans modification de l'ADN). La recherche épigénétique est d'une importance capitale dans la lutte contre le cancer et d'autres maladies, ainsi que pour la biologie des cellules souches. Les résultats du projet (15 sondes chimiques et formation d'un personnel pluridisciplinaire hautement qualifié) mettront les chercheuses, les chercheurs et les compagnies de l'Ontario dans une excellente position pour découvrir des médicaments et concevoir des programmes de diagnostic.

Partenaires du secteur privé : GlaxoSmithKline

Partager