Le gouvernement McGuinty prend des mesures en faveur de l'industrie cinématographique et télévisuelle

Communiqué Archivé

Le gouvernement McGuinty prend des mesures en faveur de l'industrie cinématographique et télévisuelle

Ministère des Finances

Des crédits d'impôt améliorés aideront à conserver et créer des emplois TORONTO, le 21 déc. - Le gouvernement McGuinty prête son appui à l'industrie cinématographique et télévisuelle de l'Ontario par le biais d'un investissement destiné à soutenir et renforcer les secteurs de productions canadiennes et étrangères. "Nous sommes fermement résolus à créer un contexte commercial favorable au sein duquel notre industrie cinématographique et télévisuelle peut non seulement survivre, mais aussi prospérer, a indiqué la ministre de la Culture, Mme Madeleine Meilleur. Il s'agit d'une industrie qui injecte quelque 2 milliards de dollars par année dans l'économie ontarienne et qui joue un rôle dominant dans notre qualité de vie. Les Ontariennes et Ontariens ont tous un certain intérêt dans le succès et la viabilité de cette importante industrie." Si cette initiative est adoptée par l'Assemblée législative, le gouvernement investirait 48 millions de dollars dans deux crédits d'impôt qui entreraient en vigueur le 1er janvier 2005. Plus précisément, cet investissement : - augmenterait le crédit d'impôt pour la production cinématographique et télévisuelle ontarienne dans le cas des productions canadiennes, lequel passerait de 20 à 30 % pendant cinq ans, et maintiendrait le crédit-prime régional de 10 %; - augmenterait le crédit d'impôt de l'Ontario pour les services de production dans le cas des productions étrangères, lequel passerait de 11 à 18 pour cent, sous réserve d'un examen avant la fin de l'année 2005. "J'applaudis le travail réalisé par Madame la ministre Meilleur dans le but d'offrir un crédit d'impôt plus concurrentiel afin de soutenir cette industrie d'intérêt majeur, a souligné le ministre des Finances, M. Greg Sorbara. Nous considérons cet investissement comme un moyen de stimuler la croissance économique et la création d'emplois. De concert avec cette industrie, nous avons établi certains paramètres de performance que les entreprises devront respecter afin de maximiser la valeur de ce crédit d'impôt pour leurs membres." "Aujourd'hui, on a en quelque sorte rendu espoir en l'avenir aux quelque 20 000 personnes qui évoluent dans le secteur de la production cinématographique et télévisuelle en Ontario, a indiqué M. Brian Topp, directeur exécutif d'ACTRA Toronto et coprésident de Film Ontario. Nous sommes vivement reconnaissants au gouvernement McGuinty d'avoir décidé de réinvestir dans notre industrie. L'annonce faite aujourd'hui portera fruit en assurant une plus grande stabilité; en consolidant et en étendant le rôle de l'Ontario en tant que centre national de production cinématographique et télévisuelle; et en conférant à l'Ontario une plus grande compétitivité au sein de cette industrie à l'échelle mondiale. Certes, ce sont là d'excellentes nouvelles pour tous ceux et celles qui oeuvrent dans l'industrie cinématographique et télévisuelle." Les améliorations s'appliqueraient aux frais de main d'oeuvre engagés le 1er janvier 2005 ou après cette date, et seraient asservies à des examens de performance afin de s'assurer qu'elles répondent effectivement à leur objectif visant à appuyer et revigorer les activités de production cinématographique et télévisuelle en Ontario. Le crédit d'impôt de l'Ontario pour les services de production serait assujetti à un examen annuel, et le crédit d'impôt pour la production cinématographique et télévisuelle ontarienne serait quant à lui subordonné à un examen de performance avant le 1er janvier 2010. Also available in English Pour plus de précisions, visitez le site www.gov.on.ca/fin ou www.culture.gov.on.caRenseignements: Ministère des Finances : Sean Hamilton, Cabinet du ministre, (416) 325-8679; Manuel Alas-Sevillano, Direction des communications, (416) 212-2155; Ministère de la Culture : Guy Lepage, Cabinet de la ministre, (416) 325-1689; Lisa Robart, Direction des communications, (416) 314-3497