Réglementation prochaine de la médecine traditionnelle chinoise en Ontario

Communiqué Archivé

Réglementation prochaine de la médecine traditionnelle chinoise en Ontario

Ministère de la Santé

Le ministre de la Santé dépose un rapport sur des consultations publiques TORONTO, le 29 juillet - L'Ontario envisage de réglementer la médecine traditionnelle chinoise et l'acupuncture par suite de la publication d'un rapport sur des consultations publiques. C'est ce qu'a déclaré aujourd'hui monsieur George Smitherman, ministre de la Santé et des Soins de longue durée. Le rapport sur les consultations a été rédigé par monsieur Tony Wong, adjoint parlementaire du ministre de la Recherche et de l'Innovation et messieurs Mike Colle, ministre des Affaires civiques et de l'Immigration, Peter Fonseca, adjoint parlementaire du ministre de la Promotion de la santé, et Richard Patten, adjoint parlementaire du ministre de la Formation et des Collèges et Universités. "Nous avons promis de réglementer la médecine traditionnelle chinoise et l'acupuncture et nous souhaitons déposer un projet de loi avant la fin de l'année, a déclaré le ministre. Le travail accompli par monsieur Wong nous sera précieux pour établir la façon de procéder." Le rapport contient 10 recommandations sur la réglementation de la médecine traditionnelle chinoise et de l'acupuncture, parmi lesquelles figurent : - La création d'un organisme de réglementation de la médecine traditionnelle chinoise; - La mise en place de différentes classes de praticiens fondées sur le niveau d'éducation, les compétences acquises et l'expérience; - L'exercice de l'acupuncture se limitant à des praticiens qualifiés dont la profession est réglementée; - L'utilisation du titre "herboriste" pour qualifier les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise qui utilisent les herbes médicinales chinoises dans l'exercice de leur profession. Les députés, qui ont entrepris les consultations en mars, ont entendu des représentants des organismes de médecine traditionnelle chinoise, des praticiens de cette médecine et de l'acupuncture, des professionnels de la santé dont la profession est réglementée, des organismes de réglementation et des représentants du public. Les députés ont entendu près d'une centaine de témoignages et reçu plus de 200 mémoires. "Bien que les consultations aient permis d'exprimer des points de vue très différents, un consensus se dégage : la sécurité du public est primordiale et nous devons mettre en place un système pour protéger le public, affirme monsieur Wong. On pratique la médecine traditionnelle chinoise et l'acupuncture depuis fort longtemps et bon nombre de personnes ont profité de leurs bienfaits. Les gens veulent s'assurer que les praticiens qui les soignent sont tout à fait compétents." Cette initiative s'inscrit dans l'orientation stratégique du gouvernement McGuinty axée sur la mise en place d'un système qui tient compte de trois priorités, c'est-à-dire le maintien de la santé de la population, la réduction des listes d'attente et l'amélioration de l'accès aux médecins et au personnel infirmier. Ce rapport figure dans le site Internet du ministère de la Santé et des Soins de longue durée, à l'adresse www.health.gov.on.ca. Ce communiqué de presse et d'autres ressources médiatiques, telles que des articles préparés et des audioclips traitant de sujets variés, sont publiés sur le site Internet du Ministère à l'adresse www.health.gov.on.ca/indexf.html sous la rubrique Nouvelles - Section Média. Le site www.resultatsontario.gov.on.ca contient de plus amples renseignements sur les réalisations en matière de santé. English version available. Renseignements ------------------------------------------------------------------------- MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE ET ACUPUNCTURE La médecine traditionnelle chinoise a vu le jour en Chine voilà plus de deux mille ans. Ses concepts fondamentaux reposent sur le principe que la personne forme un tout en interrelation avec la nature. Exercice de la médecine traditionnelle chinoise et de l'acupuncture en Ontario La médecine traditionnelle chinoise fait intervenir divers traitements dont l'acupuncture, la phytothérapie et l'alimentation telles que pratiquées en Chine ainsi que l'exercice physique. En Ontario, l'exercice de la médecine traditionnelle chinoise et de l'acupuncture n'est pas réglementé. A l'heure actuelle, l'attribution du titre de praticien de la médecine chinoise ou d'acupuncteur est soumise à peu de normes. Aucun mécanisme public de protection prescrit par la loi ne régit l'agrément des praticiens ni le processus de traitement des plaintes, la discipline et les normes professionnelles de cette forme de médecine. Le gouvernement McGuinty s'est engagé à réglementer la médecine traditionnelle chinoise pour que les résidants de l'Ontario souhaitant utiliser cette forme de médecine alternative complémentaire puissent profiter des services de praticiens qualifiés et compétents qui exercent en toute sécurité. Autres juridictions Au Canada, seule la Colombie-Britannique réglemente à la fois la médecine traditionnelle chinoise et l'acupuncture. L'acupuncture est actuellement réglementée dans deux provinces, soit le Québec et l'Alberta. L'Australie, Hong Kong et la Chine ont réglementé la médecine traditionnelle chinoise et le Royaume-Uni s'apprête à faire de même. L'acupuncture est réglementée dans la plupart des états des Etats-Unis. Ce communiqué de presse et d'autres ressources médiatiques, telles que des articles préparés et des audioclips traitant de sujets variés, sont publiés sur le site Internet du Ministère à l'adresse www.health.gov.on.ca/indexf.html sous la rubrique Nouvelles - Section Média. Le site www.resultatsontario.gov.on.ca contient de plus amples renseignements sur les réalisations en matière de santé. English version available. Renseignements ------------------------------------------------------------------------- LE GOUVERNEMENT McGUINTY VA DE L'AVANT AVEC LA REGLEMENTATION DE LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE ET L'ACUPUNCTURE Grâce au gouvernement McGuinty, la réglementation de la médecine traditionnelle chinoise et de l'acupuncture est plus proche de la réalité que jamais, suite à la présentation d'un rapport sur ces pratiques au ministre de la Santé et des Soins de longue durée, George Smitherman. Voici les réactions de quelques Ontariennes et Ontariens à l'annonce faite aujourd'hui : "Nos méthodes ont toujours été sujettes à critique, surtout en raison de l'absence d'un organisme de réglementation. Nous sommes ravis que le gouvernement McGuinty juge utile que les personnes exerçant la médecine traditionnelle chinoise rendent compte de leurs activités à un tel organisme, qui mettra sur pied un processus de plainte et de discipline en bonne et due forme." - Cedric Cheung, président de l'Association de médecine chinoise et d'acupuncture du Canada, Fédération mondiale des sociétés d'acupuncture et de moxibustion. "La réglementation garantira une protection additionnelle aux Ontariennes et aux Ontariens qui cherchent à se faire soigner en raison de lésions ou de douleurs graves. Je remercie le gouvernement actuel, au nom de milliers de personnes dans la province, d'admettre que la médecine traditionnelle chinoise et l'acupuncture peuvent utilement contribuer à notre système de santé." - Dre Linda Rapson, présidente générale, Institut de la Fondation d'Acupuncture du Canada. "Il existe en Ontario une importante communauté chinoise qui a recours à cette médecine traditionnelle, sans compter le nombre grandissant d'autres Ontariennes et Ontariens qui en sont également adeptes. Je suis reconnaissante au gouvernement McGuinty de tout ce qu'il a fait jusqu'ici en faveur d'une réglementation de nos professions." - Marylou Lombardi, présidente, Ontario Association of Acupuncture and Traditional Chinese Medicine. "J'offre moi-même des services de médecine traditionnelle chinoise et d'acupuncture, et j'ai bien hâte qu'ils soient réglementés, de sorte à pouvoir rassurer les Ontariennes et les Ontariens quant à leur sécurité." - Quanfu Zhou, président, Canadian Society of Chinese Medicine and Acupuncture. "Nous venons de faire aujourd'hui un pas de plus vers notre but, celui de pouvoir garantir aux Ontariennes et aux Ontariens que les soins qu'ils reçoivent leur sont prodigués par des personnes compétentes et qualifiées, qui sont régies par un organisme de réglementation. Le gouvernement McGuinty mérite des félicitations d'avoir ainsi fait avancer les choses." - Mary Wu, présidente, Toronto School of Traditional Chinese Medicine. "Le travail des députés représente un pas très positif dans le sens de la réglementation de la médecine traditionnelle chinoise, qui garantira aux consommateurs des soins de qualité, fournis par des professionnelles et des professionnels tenus de se conformer à des normes de pratique fondées sur l'expérience clinique." - Elis Leung, porte-parole, Ontario Coalition of Traditional Chinese Medicine Regulation. "Le gouvernement McGuinty a bien fait de parcourir la province et d'écouter ce que des centaines d'Ontariens et d'Ontariennes avaient à dire. Le rapport diffusé aujourd'hui nous semble un excellent point de départ pour l'avenir de la médecine traditionnelle chinoise en Ontario." - Joanne Pritchard Sobhani, praticienne et directrice, Institute of Acupuncture and Traditional Chinese Medicine. "Les mérites de la médecine traditionnelle chinoise ont été bien trop longtemps mis en doute. L'annonce d'aujourd'hui prouve que le gouvernement McGuinty est fidèle à sa promesse de faire en sorte que les consommateurs puissent compter sur la sécurité et la fiabilité des soins parallèles assurés par des praticiennes et praticiens variés." - Dr Kwong Chiu, Acupuncture Council of Ontario. "La médecine traditionnelle chinoise est venue en aide à des millions de personnes dans le monde entier depuis près de deux mille ans. Nous nous réjouissons que le gouvernement ait décidé d'instaurer des mécanismes de responsabilisation relatifs à la prestation de ces services." - Phil Schalm, directeur des programmes, G. Raymond Chang School of Continuing Education, Université Ryerson. "J'ai décidé d'étudier la médecine traditionnelle chinoise après avoir moi même bénéficié de ces soins. J'ai hâte au jour où le grand public et le système de santé prendront ma profession au sérieux. A mon avis, ce respect ne viendra qu'avec la réglementation : les personnes qui pratiquent la médecine traditionnelle chinoise dans les règles de l'art feront un accueil favorable aux nouveaux règlements et se conformeront volontiers à des normes minimales." - Zalia Conde, étudiante, Toronto School of Traditional Chinese Medicine.Renseignements: Médias : David Spencer, Cabinet du ministre, (416) 327-4320; Dan Strasbourg, Ministère de la Santé et des Soins de longue durée, (416) 314-6197; Grand public : (416) 327-4327 ou (800) 268-1154