L'Ontario demande une nouvelle approche au déséquilibre fiscal

Communiqué Archivé

L'Ontario demande une nouvelle approche au déséquilibre fiscal

La ministre Bountrogianni fait campagne pour l'équité OTTAWA, le 10 avril - L'Ontario demande au gouvernement fédéral de déterminer une nouvelle approche du déséquilibre fiscal canadien pour assurer l'équité à tous les Canadiens et Canadiennes, a annoncé aujourd'hui Mme Marie Bountrogianni, ministre des Affaires intergouvernementales et ministre responsable du Renouveau démocratique. "Il est temps de rétablir l'équilibre, a déclaré Mme Bountrogianni. Il est évident que le gouvernement fédéral dispose de plus de revenus qu'il n'en faut pour s'acquitter de ses obligations et les provinces ainsi que les municipalités en ont besoin d'une plus grande part." Dans un discours prononcé devant la Chambre de commerce de l'est d'Ottawa, la ministre Bountrogianni a signalé que le déséquilibre fiscal constitue la priorité des premiers ministres et que l'Ontario s'engage à aborder la question dans le but de venir en aide aux provinces et à tous les citoyens du pays. Le déséquilibre fiscal constitue un écart de responsabilités et de ressources entre les gouvernements. Le gouvernement fédéral dispose de la plus grande part des fonds alors que les provinces et des territoires sont responsables des programmes les plus coûteux et les plus importants aux yeux des Canadiens et des Canadiennes, entre autres ceux de la santé et de l'éducation. "Les Ontariens et les Ontariennes sont déterminés à contribuer à la prospérité et à la solidité du Canada, a déclaré Mme Bountrogianni. Il faut mettre en place des mesures qui tiennent compte de l'importance croissante de nos villes et des exigences d'une économie mondiale axée sur le savoir." Mme Bountrogianni demande au gouvernement fédéral de s'assurer que tous les Canadiens et les Canadiennes soient traités équitablement. "C'est donc dire qu'en dehors du Programme de péréquation, les transferts aux provinces devraient être établis proportionnellement au nombre d'habitants. Les Ontariens et les Ontariennes sont des Canadiens à part entière, dans la même mesure que les citoyens des autres provinces." Le premier ministre McGuinty abordera également la question du déséquilibre fiscal au Canada et de ses répercussions sur la prospérité économique de l'Ontario dans le cadre de sa rencontre avec les autres premiers ministres à la réunion du Conseil de la fédération qui aura lieu à Montréal les 11 et 12 avril. "Il est tout à fait normal que tous les Canadiens et les Canadiennes soient traités équitablement, a déclaré Mme Bountrogianni. J'ai confiance que le gouvernement fédéral et les premiers ministres provinciaux aborderont le déséquilibre fiscal de façon à ce que l'Ontario dispose des ressources nécessaires pour augmenter sa prospérité." Disponible en français www.mia.gov.on.ca Document d'information ------------------------------------------------------------------------- L'ONTARIO DEMANDE UNE NOUVELLE APPROCHE AU DESEQUILIBRE FISCAL L'Ontario demande au gouvernement fédéral d'aborder la question du déséquilibre fiscal de façon à aider tous les Canadiens et les Canadiennes tout en demeurant équitable à l'égard des Ontariens et des Ontariennes. Tous les ministres provinciaux, le premier ministre du pays et les nombreuses études effectuées sur le sujet ont conclu que le gouvernement fédéral dispose de ressources plus abondantes qu'il n'en faut pour s'acquitter de ses responsabilités alors que les provinces sont à court. L'Ontario s'attend à recevoir une juste part par habitant du Transfert canadien en matière de programmes sociaux et du Transfert canadien en matière de santé pour redresser le déséquilibre fiscal et mettre fin à la péréquation cachée. L'Ontario ne croit pas qu'il soit nécessaire de rendre le Programme de péréquation plus généreux. Aucune province bénéficiant de la péréquation ne devrait jouir d'une capacité budgétaire plus importante que les provinces qui ne participent pas au programme. Une telle réalité va à l'encontre du programme même. Le Programme de péréquation doit être abordable, surtout en cette époque où le prix de l'énergie est élevé. On s'interroge actuellement sur deux éléments clés de la formule de péréquation : la formule devrait-elle reposer sur dix provinces au lieu de cinq comme c'est actuellement le cas; de plus, devrait-elle inclure les recettes des ressources naturelles? L'Ontario estime que la norme des dix provinces incluant les recettes complètes des ressources naturelles non renouvelables n'est pas abordable et qu'elle n'est pas juste à l'égard des contribuables ontariens. Dorénavant, le premier ministre McGuinty insistera sur la mise en place de dispositions budgétaires entre le gouvernement fédéral et les provinces et les territoires qui appuient la croissance économique et la compétitivité pour tous les Canadiens et les Canadiennes, sans négliger la réalité que représente l'économie mondiale. Le groupe fédéral d'experts sur la péréquation doit publier son rapport prochainement. Les premiers ministres provinciaux devraient rencontrer le premier ministre plus tard au cours de l'année. Disponible en françaisRenseignements: Sarah Charuk, Bureau de la ministre, (416) 212-7234, (416) 894-2870 - cell.; May Nazar, Direction des communications, (416) 212-4417