Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario franchit la prochaine étape menant à une éducation postsecondaire en langue française

Bulletin archivé

L'Ontario franchit la prochaine étape menant à une éducation postsecondaire en langue française

Les membres du conseil d’administration de l’Université de l’Ontario français sont nommés

L'Ontario va de l'avant et crée une nouvelle université autonome de langue française en vue d'offrir à des milliers d'étudiantes et d'étudiants francophones la possibilité de suivre des études postsecondaires en français. L'Université de l'Ontario français, qui constitue un ajout historique au secteur de l'éducation postsecondaire de l'Ontario, proposera une gamme de grades universitaires et de programmes d'études entièrement en français afin de promouvoir le bien-être linguistique, culturel, économique et social de sa population étudiante ainsi que de la communauté francophone de l'Ontario en constante croissance.

Les douze membres du conseil d'administration de l'Université de l'Ontario français viennent d'être nommés et chacun d'entre eux est fortement engagé envers la communauté francophone de l'Ontario et envers le renforcement du système d'éducation postsecondaire en langue française. Ensemble, les membres apportent une riche expérience et une diversité de perspectives qu'ils mettront à contribution pour soutenir la création de l'université.

Voici la liste des membres distingués :

  • Dyane Adam, C.M., présidente, Comité technique de mise en œuvre de l'Université de l'Ontario français
  • Fété Kimpiobi (Fété Ngira-Batware Kimpiobi), directrice générale, Solidarité des femmes et familles immigrantes francophones du Niagara
  • Frédéric Dimanche, professeur et directeur, Ted Rogers School of Hospitality and Tourism Management, Université Ryerson
  • Glenn O'Farrell, président et chef de la direction, Groupe Média TFO
  • Koubra Haggar, élève de 12e année, École secondaire Georges-P.-Vanier, Hamilton
  • Marième Lo, professeure, Études des femmes et de genre et Études africaines, Université de Toronto; directrice, Études africaines, New College, Université de Toronto
  • Florence Ngenzebuhoro, directrice générale, Centre francophone de Toronto
  • Marie-Andrée Vermette, avocate, associée, WeirFoulds LLP
  • Rodrigue Gilbert, leader, Transports et logistique, PricewaterhouseCoopers Canada
  • Jean Michel Beck, fondateur, président et chef de la direction, Groupe Aecon Inc.
  • Jacques Naud, premier vice-président, Ventes et distribution, Knowledge First Financial
  • Normand Côté, vice-président, Leadership, évaluation et perfectionnement, Optimum Talent

Renforcer l'accès à l'éducation postsecondaire en langue française et appuyer la francophonie en Ontario s'inscrit dans le plan de la province visant à favoriser le mieux-être, à créer des possibilités d'avenir et à rendre la vie plus abordable en cette période d'évolution rapide de l'économie. Le plan comprend des médicaments d'ordonnance gratuits pour les personnes de moins de 25 ans et de 65 ans et plus, grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération, la gratuité des frais de scolarité pour des centaines de milliers d'étudiants, un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail et un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables.

Faits en bref

  • L’entrée en vigueur de la Loi de 2017 sur l’Université de l’Ontario français le 9 avril 2018 marque l’étape décisive qui légitime la création officielle de l’université en tant qu’entité légale. À partir de cette date, l’élaboration des programmes peut commencer. L’Ontario prévoit d’ouvrir les portes de l’université et d’accueillir ses premières étudiantes et ses premiers étudiants d’ici 2020.
  • Le nouvel établissement d’enseignement aura la possibilité d’établir des affiliations et de tisser des liens avec des universités ainsi que de concevoir des programmes en collaboration avec des collèges de langue française, en Ontario et à travers le monde.
  • L’Ontario compte plus de 622 400 francophones, ce qui représente la plus importante population francophone au Canada, après le Québec, et c’est dans les régions du Centre et du Sud-Ouest de l’Ontario que le taux de croissance de la population francophone est le plus élevé.
  • Depuis 2008, en partenariat avec le gouvernement fédéral, le gouvernement de l’Ontario a investi plus de 204 millions de dollars dans des projets d’immobilisations visant à soutenir l’éducation postsecondaire en langue française.

Ressources additionnelles

Citations

« C’est un jalon important dans la création de la première université de langue française autonome de l’Ontario, qui améliorera l’accès des francophones à une éducation postsecondaire de qualité en langue française. J’aimerais remercier chacune et chacun des nouveaux membres du conseil d’administration ainsi que les membres du Comité technique de mise en œuvre pour leur engagement et leur dévouement envers la communauté francophone de l’Ontario. Votre travail pour donner une base solide à l’Université est essentiel et s’inscrit dans l’engagement de notre gouvernement d’encourager un plus grand nombre de personnes à suivre une formation ou des études postsecondaires. »

Mitzie Hunter

ministre de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle

« La promulgation de la Loi de 2017 sur l’Université de l’Ontario français et la nomination des membres du conseil d’administration de l’université marquent un jalon historique pour la communauté francophone de l’Ontario. J’aimerais féliciter les membres du conseil d’administration qui entrent dans leurs nouvelles fonctions. Je voudrais également remercier les membres du Comité technique de mise en œuvre pour leur précieux travail visant à faire avancer aussi rapidement que possible notre vision ambitieuse au bénéfice des étudiantes et étudiants francophones. »

Marie-France Lalonde

ministre des Affaires francophones

« Je tiens à féliciter le gouvernement pour cette proclamation qui marque l’entrée en vigueur de la Loi sur l’Université de l’Ontario français et qui, désormais, concrétise la création historique de cette université qui se distinguera par sa gouvernance, sa créativité, sa transdisciplinarité, ses collaborations, et son excellence. »

Dyane Adam

ancienne présidente du Comité technique de mise en œuvre de l’Université de l’Ontario français et ancienne présidente du Conseil de planification pour une université de langue française

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Éducation et formation