Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le gouvernement de l'Ontario prend des mesures pour protéger les étudiantes et étudiants de la violence à caractère sexuel

Communiqué

Le gouvernement de l'Ontario prend des mesures pour protéger les étudiantes et étudiants de la violence à caractère sexuel

La province double ses investissements pour aider à prévenir la violence à caractère sexuel sur les campus

Le gouvernement de l'Ontario œuvre pour la population afin de soutenir les établissements postsecondaires dans la prévention de la violence à caractère sexuel sur les campus et la lutte contre cette même violence.

Aujourd'hui, la ministre de la Formation et des Collèges et Universités, Dre Merrilee Fullerton, a rendu public un rapport sommaire du sondage Avis des étudiants et des étudiantes sur la violence à caractère sexuel 2018.

Le rapport sommaire fournira des renseignements importants aux établissements postsecondaires, notamment par le biais des résumés par établissement, qui permettront à ces derniers d'orienter leur réponse à l'égard de la violence à caractère sexuel et leurs efforts de prévention.

Afin de protéger la confidentialité des renseignements sur les participantes et participants, le ministère de la Formation et des Collèges et Universités communique avec le Commissaire à l'information et à la protection de la vie privée relativement à la divulgation de résultats additionnels de ce sondage.

 « Notre gouvernement prend la sécurité et le bien-être de nos étudiantes et étudiants au sérieux, a déclaré Merrilee Fullerton. Nos établissements postsecondaires ont la responsabilité de protéger les étudiantes et les étudiants et doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour garantir que les campus sont exempts de toute forme de violence à caractère sexuel. Notre gouvernement a une politique de tolérance zéro à l'égard des agressions sexuelles, du harcèlement et de toute autre forme de violence dans nos communautés. » 

Pour assurer la protection des étudiantes et étudiantes sur les campus et s'attaquer au sérieux problème de la violence à caractère sexuel qui affecte les étudiantes et étudiants de niveau postsecondaire, la ministre Fullerton a également annoncé les mesures immédiates suivantes :

  • Exiger que chaque collège et université financé(e) par les fonds publics produise annuellement un rapport à l'intention de son conseil d'administration faisant état d'un certain nombre de mesures relatives aux incidents de violence à caractère sexuel et au soutien apporté aux étudiantes et étudiants qui ont vécu une expérience de violence à caractère sexuel.
  • Doubler les investissements du gouvernement au titre de la Subvention pour la sécurité des femmes sur les campus pour 2018-2019 afin d'aider les collèges et les universités à prévenir la violence à caractère sexuel.
  • Exiger que tous les collèges et universités financés par les fonds publics en Ontario aient un groupe de travail consacré à la lutte contre la violence à caractère sexuel sur les campus. Ce groupe de travail devra inclure divers représentants des étudiants et aura pour obligation de présenter les conclusions de son travail à son propre conseil d'administration ainsi qu'au ministère de la Formation et des Collèges et Universités.
  • Exiger que tous les collèges et universités financés par les fonds publics en Ontario révisent leur politique en matière de violence à caractère sexuel d'ici septembre 2019.

« Personne ne devrait avoir à se soucier de sa sécurité sur le campus, a conclu la ministre Fullerton. Ces mesures aideront nos collèges et universités financés par les fonds publics à lutter contre la violence et le harcèlement à caractère sexuel ».

Faits en bref

  • Le sondage Avis des étudiants et des étudiantes sur la violence à caractère sexuel a été entrepris en vue de recueillir de l’information sur la façon dont les répondants perçoivent, comprennent et réagissent à la violence à caractère sexuel, ainsi que sur leur niveau de satisfaction à l’égard des services et du soutien de leur établissement en matière de violence à caractère sexuel s’ils ont divulgué la violence qu’ils ont subie au personnel ou aux professeurs de l’établissement. Aucune limite n’avait été établie dans le cadre du sondage quant au nombre d’étudiants pouvant faire part de leur expérience sur les campus.
  • Plus de 746 000 étudiantes et étudiants à temps plein des campus postsecondaires de l’Ontario ont été invités à répondre au sondage entre février et avril 2018.
  • Plus de 160 000 étudiants des campus à travers l’Ontario ont participé à ce sondage volontaire.
  • 26,5 % des étudiants universitaires, 16,3 % des étudiants des collèges et 9,3 % des étudiants des collèges privés d’enseignement professionnel ont répondu au sondage.
  • Les établissements d’enseignement postsecondaire sont tenus d’avoir et d’afficher une politique autonome en matière de violence à caractère sexuel qui doit être révisée au minimum tous les trois ans.
  • Les établissements sont actuellement dans l’obligation de recueillir des renseignements et de présenter un rapport au ministre ou au surintendant sur les sujets suivants :
    • Nombre de fois où les étudiantes et étudiants demandent et obtiennent des mesures de soutien, des services et des mesures d’adaptation liées à la violence à caractère sexuel ainsi que des renseignements sur ces mesures de soutien, services et mesures d’adaptation
    • Nombre d’incidents et de plaintes reliés à la violence à caractère sexuel déclaré par les étudiantes et étudiants et renseignements concernant ces incidents et ces plaintes
    • Toute initiative ou tout programme des collèges et universités visant à promouvoir la sensibilisation aux soutiens et aux services offerts aux étudiantes et étudiants
    • Mise en œuvre et efficacité de la politique de l’établissement

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Éducation et formation Santé et bien-être