Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Réduire les formalités administratives pour les collèges et les universités

Communiqué

Réduire les formalités administratives pour les collèges et les universités

Aider les établissements postsecondaires à offrir de nouveaux programmes plus rapidement

TORONTO — L'Ontario fait des étudiants sa priorité en facilitant la possibilité pour les collèges et universités de l'Ontario financés par les fonds publics d'offrir de nouveaux programmes postsecondaires.

Aujourd'hui, le ministre des Collèges et Universités, Ross Romano, accompagné de Prabmeet Sarkaria, ministre associé délégué aux Petites Entreprises et à la Réduction des formalités administratives, a annoncé à l'Université de l'École d'art et de design de l'Ontario (ÉDAO), la simplification du processus d'autorisation d'attribuer de nouveaux grades en Ontario pour les collèges, les établissements privés et les établissements situés hors de la province ainsi que la simplification du processus d'approbation du financement des nouveaux programmes. Un processus simplifié permettra aux étudiants d'accéder plus facilement à la formation les préparant à décrocher les emplois d'aujourd'hui et de demain tout en aidant le secteur à avoir accès à une main-d'œuvre possédant l'ensemble des compétences recherchées.

« Nous supprimons les doublons dans de nombreux cas et nous allégeons les formalités administratives pour accélérer le processus d'autorisation. Cela aidera le secteur postsecondaire à offrir de nouveaux programmes plus rapidement, afin que les étudiants puissent obtenir la formation dont ils ont besoin pour trouver un bon emploi et contribuer à la croissance économique de l'Ontario, a déclaré le ministre Romano. La simplification des processus d'approbation et d'autorisation de financement permettra au ministère de communiquer plus rapidement les décisions aux partenaires du secteur pour que ces derniers puissent offrir sans tarder de nouveaux programmes qui pourront répondre à la demande du marché du travail. »

En outre, le gouvernement a déposé un projet de loi qui, s'il est adopté, élargira le pouvoir d'attribuer des grades de l'Université Algoma et de l'Université de l'ÉADO.

« Trop souvent, des contraintes règlementaires ralentissent et compliquent le processus plus que nécessaire, a déclaré le ministre Sarkaria. Dans le cadre de notre travail de réduction des formalités administrative par le biais de la Loi pour mieux servir la population et faciliter les affaires, nous changerons les règlementations qui ont eu un impact négatif involontaire, comme le fait de ralentir le processus permettant d'offrir de nouveaux cours et diplômes. En donnant plus de liberté aux établissements postsecondaires, nous les aidons à préparer nos étudiants aux emplois et aux futurs débouchés. »

La simplification des processus d'approbation permettra aux étudiants de l'Ontario d'avoir plus de choix pour acquérir les compétences dont ils ont besoin afin d'obtenir des emplois de qualité. Permettre aux établissements d'enseignement postsecondaire de l'Ontario d'offrir plus facilement des formations aux étudiants pour qu'ils puissent s'adapter à l'évolution du marché du travail rentre dans le cadre du plan du gouvernement visant à maintenir l'Ontario ouvert aux affaires et aux emplois.

Ressources additionnelles

Citations

« En déposant un projet de loi visant à élargir les pouvoirs d’attribution de grades de l’Université Algoma au moment où notre établissement étudie de nouvelles options en matière de grades et de diplômes d’études supérieures pour planifier la relève et répondre aux nouveaux besoins des employeurs régionaux, le ministre Romano vient renforcer son engagement à préparer l’éducation postsecondaire pour les défis du XXIe siècle. »

Asima Vezina

présidente et vice-chancelière Université Algoma

« Nous sommes très heureux de la décision du gouvernement de l’Ontario d’offrir un cadre qui octroierait à l’Université de l’ÉADO le plein pouvoir d’attribuer des grades. Ce changement nous permettra de réduire les formalités administratives et de continuer à moderniser l’enseignement de l’art et du design pour répondre à l’évolution du marché du travail. Cette mesure viendra renforcer le rôle moteur de l’Université de l’ÉADO dans l’économie en apportant tout le soutien permettant l’innovation, à savoir préparer les étudiants à entrer de plain-pied dans le monde du travail et à façonner leurs postes plutôt que de simplement les occuper. »

Sara Diamond

présidente et vice chancelière de l’Université de l’ÉADO

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Éducation et formation Gouvernement