Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le procureur général soutient un projet d'aide aux victimes de violence familiale

Communiqué archivé

Le procureur général soutient un projet d'aide aux victimes de violence familiale

Un projet unique qui réunit des organismes communautaires, la Couronne et la police sous un seul toit

Ministère du Procureur général

KITCHENER-WATERLOO -- Le gouvernement McGuinty place un procureur de la Couronne et un travailleur des services d'aide aux victimes, à temps plein, pour travailler, sur place, dans le cadre d'un programme communautaire d'aide aux victimes de violence familiale, et octroie au programme des fonds pour améliorer l'efficacité de ses services, a annoncé, aujourd'hui, le procureur général Michael Bryant.

Le procureur de la Couronne et le préposé à l'aide aux victimes et aux témoins travailleront dans les bureaux du projet d'aide aux victimes de violence familiale du Catholic Family Counselling Centre (CFCC), à Kitchener-Waterloo, un projet non-confessionnel qui offre des services aux victimes de mauvais traitements et à leurs familles. C'est la première fois que cette approche innovatrice est utilisée au Canada.

« Je suis content que la province va collaborer avec le CFCC pour offrir des ressources additionnelles au projet d'aide aux victimes de violence familiale de la région de Waterloo », a fait observer John Milloy, député provincial de Kitchener Centre. « Grâce à ce projet, le CFCC et ses partenaires communautaires offrent aux victimes de maltraitance le meilleur accès possible aux services. »

« Nous travaillons dans un environnement axé sur les victimes, de concert avec les organismes communautaires et la police afin de lutter contre la violence familiale », a expliqué M. Bryant. « Ce projet unique applique une approche innovante de l'aide aux victimes en réunissant tous les services sous un même toit. »

À partir de janvier, à titre d'expérimentation, un procureur de la Couronne travaillera au centre, cinq jours par semaine, procédant à des consultations préalables au dépôt d'accusations avec la police, aidant les victimes et organisant des séminaires sur le processus judiciaire.Un membre du personnel des services aux victimes sera aussi affecté au centre, à temps plein, pour répondre aux préoccupations des victimes et de leurs familles concernant leur sécurité, les tenir au courant du processus judiciaire et service de liaison avec le procureur de la Couronne et les organismes communautaires travaillant au centre.

Par ailleurs, le gouvernement octroie au centre une enveloppe de 150 000 $ pour lui permettre d'embaucher un coordonnateur de projet pendant deux ans. Ce coordonnateur collaborera avec les partenaires locaux et provinciaux, et s'appliquera à améliorer l'accès aux services du centre.

« J'aimerais remercier le ministère de nous aider à répondre aux besoins des victimes de violence familiale à Kitchener-Waterloo », a affirmé Cathy Brothers, directrice générale du Catholic Family Counselling Centre. « Un procureur général et un préposé des services d'aide aux victimes à temps plein sont un atout de taille pour notre programme et le financement nous permettra d'améliorer encore davantage nos services. »

Le projet d'aide aux victimes de violence familiale existe depuis janvier 2006. Il est conçu sur le modèle du San Diego Family Justice Center, loué pour son succès. Le projet applique une approche holistique de la justice familiale, venant en aide aux victimes de violence familiale et d'agression sexuelle. Au nombre de ses ressources, mentionnons : des services aux victimes, du counseling, des services d'aide à l'enfance, l'unité de lutte contre la violence conjugale du service de police régionale de Waterloo et le procureur de la Couronne, toutes réunies sous un seul toit.

Depuis le lancement du projet, un procureur de la Couronne était sur place un jour par semaine. Le projet a abouti, à ce jour, à un nombre impressionnant de poursuites de cas de violence familiale, ce qui a résulté en une augmentation de la charge de travail du procureur de la Couronne et du besoin en services aux victimes.

L'unité de lutte contre la violence familiale du service de police prévoit que le centre desservira plus de 6 200 personnes cette année, soit une augmentation de 18 pour cent par rapport à 2005.

« Ce projet innovateur donne déjà des signes innombrables de succès », a ajouté M. Bryant. « La présence accrue du procureur de la Couronne et du préposé aux services d'aide aux victimes, au centre, sans mentionner la contribution financière supplémentaire aux services du programme, permettra de servir un nombre plus élevé de victimes locales et leurs familles. »

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Lois et sécurité