Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le procureur général marque la Journée internationale des droits de l'homme par une déclaration devant l'Assemblée législative

Déclaration archivé

Le procureur général marque la Journée internationale des droits de l'homme par une déclaration devant l'Assemblée législative

Ministère du Procureur général

Déclaration devant la Chambre délivré par l'honorable Chris Bentley, procureur général de l'Ontario, à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme. 

Monsieur le Président, c'est un privilège pour moi que de prendre la parole, aujourd'hui, devant l'Assemblée législative, pour marquer la Journée internationale des droits de l'homme.

Il y a maintenant 61 ans, l'Assemblée générale des Nations Unies adoptait la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui reconnaît que la liberté, la justice et la paix ne peuvent exister que si la dignité inhérente et les droits à l'égalité de tous sont protégés et préservés.

Notre nation et notre province étaient très différentes en 1948 qu'aujourd'hui.

À cette époque, nous venions juste de tirer les leçons impitoyables des actes de persécution pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Cependant, des politiques discriminatoires existaient dans notre pays.

Les citoyens de descendance japonaise ont dû attendre encore une année pour avoir le droit de vote. Les immigrants de nombreux pays étaient traités avec méfiance et crainte et étaient forcés de vivre en isolement.

Les changements se sont installés graduellement. L'Ontario a adopté le premier code complet des droits de la personne du Canada, en 1962, pour protéger la population de la discrimination et du harcèlement.

Dans les années 1970, la plupart des Canadiens avaient compris que la discrimination empêchait une société d'atteindre son plein potentiel en refusant aux gens la possibilité de participer pleinement à leur collectivité.

Les Ontariens et Ontariennes ont appuyé la politique de multiculturalisme de l'ancien premier ministre Trudeau et nous ne l'avons jamais regretté.

Aujourd'hui, le gouvernement McGuinty demeure profondément déterminé à protéger les droits de la personne et à lutter contre la discrimination. Nous pouvons être fiers du leadership dont nous faisons preuve pour renforcer la protection des droits de la personne au Canada.

Nous avons beaucoup accompli durant notre mandat et nous continuerons à œuvrer en vue d'instaurer une société plus juste.

Nous avons notamment créé un système des droits de la personne, plus musclé, pour l'Ontario.

Les objectifs que nous visions en élaborant le nouveau système des droits de la personne étaient simples et nous savions qu'ils étaient nécessaires :

  • fournir un accès plus rapide et direct au système pour les victimes de discrimination;
  • offrir une assistance juridique à ceux et celles qui auraient autrement eu de la difficulté à accéder à la justice;
  • régler proactivement les atteintes d'ordre systémique aux droits de la personne.

Le nouveau système est entré en vigueur le 30 juin 2008 et a considérablement renforcé la protection des droits de la personne dans toute la province.

Depuis, le Tribunal des droits de la personne de l'Ontario et la Commission ontarienne des droits de la personne assument de nouveaux rôles et le Centre d'assistance juridique en matière de droits de la personne a ouvert ses portes à la population ontarienne.

Le nouveau système augmente l'accès à la justice pour tous les Ontariens et Ontariennes, en leur permettant de déposer directement une requête au Tribunal pour obtenir un recours en cas de discrimination.

Le nouveau système propose des arbitres spécialisés et des procédures rapides qui sont faciles à comprendre.

À l'heure actuelle, le Tribunal tient en moyenne quatre séances de médiation par jour et environ 35 audiences par mois. À ce jour, il a clos près de 1 200 nouvelles requêtes.

Le Centre d'assistance juridique en matière de droits de la personne répond à plus de 100 demandes d'information par jour de personnes qui se trouvent aux quatre coins de la province.

Le Centre a pu leur fournir de l'assistance et des conseils.

Plus de 50 % des gens qui s'adressent au Centre ont été victimes de discrimination fondée sur un handicap et dans la plupart des plaintes, la discrimination s'est manifestée au travail.

Dans plus de 70 % des cas, les réclamants obtiennent une intervention précoce qui leur permet de régler en totalité ou en partie les questions en litige avant qu'une requête ne doive formellement être déposée au Tribunal.

La Commission ontarienne des droits de la personne se concentre sur d'importantes questions d'ordre systémique, comme la liberté d'expression et le logement locatif abordable.

Elle a soumis de nombreux mémoires à notre gouvernement, dont un sur notre stratégie visant à mieux répondre aux Ontariens et Ontariennes qui souffrent de maladies mentales et de dépendances.

Lorsqu'on pense à ce qui rend l'Ontario et le Canada aussi extraordinaires, plusieurs qualités nous sautent à l'esprit, mais il y en a une en particulier qui sort du lot - une caractéristique de notre province qui me tient à cœur : c'est le fait que qui que vous soyez, quel que soit votre lieu d'origine, quelle que soit votre date d'arrivée dans le pays et quelles que soient vos racines, vous savez que vos droits et libertés seront protégés et respectés, ici, comme nulle part ailleurs.

Vous pouvez en être sûrs, parce qu'il ne s'agit pas d'une mode, mais bien d'une caractéristique de notre société qui est ancrée en nous depuis des décennies. Notre société est unique en son genre.

Nous vivons dans la diversité et dans l'idée que chacun a le droit de vivre librement et d'être traité avec dignité et respect. Nous savons que ces principes forment la base de notre société et nous ne les laisserons pas déraper, sous aucun prétexte.

Même si nous avons accompli d'énormes progrès, nous ne pouvons pas, même pour un petit instant, nous reposer sur nos lauriers. Il est dangereux de présumer que la lutte pour les droits de la personne a déjà été menée par d'autres et qu'il ne nous reste qu'à administrer les résultats.

Nous avons bien travaillé. Nous avons essayé de tirer les leçons de nos propres erreurs et de nous améliorer en tant que société et en tant que culture. Mais nous ne sommes pas parfaits et nous sommes loin de pouvoir accepter nos différences aussi facilement que nous le souhaiterions.

La force de la société dans laquelle nous vivons n'est pas simplement ses accomplissements, sa capacité à loger ses membres et à faire vivre ensemble des gens qui viennent du monde entier, qui parlent différentes langues et qui respectent diverses religions. Ce n'est pas ça. Ce n'est pas suffisant.

La force de l'Ontario est sa détermination à ne pas baisser les bras. Nous n'accepterons aucune forme de discrimination. Nous ne laisserons aucune forme de traitement différentiel prendre place sans le remettre en question.

C'est ça la force d'une société. Pas seulement ses accomplissements, mais aussi sa détermination à continuer de maintenir et d'améliorer - notre détermination commune à atteindre l'idéal.

Les initiatives de notre gouvernement dans le domaine de la justice, et dans d'autres domaines trop nombreux pour que je vous les énumère tous aujourd'hui, rendent notre gouvernement fier de sa réponse à ce défi.

Je vous demande de vous joindre à moi pour célébrer les progrès que nous accomplissons vers cet objectif.

Merci.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Lois et sécurité