Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La strategie globale de lutte contre la violence armee du gouvernement McGuinty

Document d'information archivé

La strategie globale de lutte contre la violence armee du gouvernement McGuinty

Le gouvernement McGuinty a franchi des jalons importants dans la lutte contre la violence armée et les bandes criminalisées. Depuis 2005, le gouvernement a investi plus de 68 millions de dollars dans de nouvelles initiatives pour lutter contre la violence armée.

Le gouvernement a élargi le Groupe d'intervention contre les bandes criminalisées et les armes à feu, a embauché de nouveaux policiers, de nouveaux procureurs de la Couronne, de nouveaux membres du personnel des services d'aide aux victimes et de nouveaux agents de probation et de libération conditionnelle. L'Ontario a ouvert le Centre des opérations afin d'assurer la coordination des enquêtes et des poursuites d'actes criminels liés aux armes à feu et aux bandes criminalisées, inauguré deux tribunaux d'instruction des crimes majeurs et étendu l'Unité provinciale de contrôle des armes dirigée par la Police provinciale de l'Ontario. Le gouvernement crée des quartiers sains en effectuant des investissements ciblés sur l'amélioration du logement, la sécurité à l'école, les activités parascolaires et les programmes destinés aux jeunes et aux adultes défavorisés.

Voir aussi le plan en quatre volets du gouvernement McGuinty pour protéger les collectivités de l'Ontario contre la violence armée.

Pour combattre la violence armée, il faut intensifier la lutte contre la criminalité par des mesures rigoureuses d'exécution de la loi et une prévention efficace, tout en ciblant les causes du crime. Le gouvernement fait tout ce qui est dans son pouvoir pour débarrasser nos rues des armes à feu et renforcer la sécurité de nos collectivités et n'a cessé de demander au gouvernement fédéral de faire sa part dans cette démarche.

Sevir contre la criminalite

Elargissement du Groupe d'intervention contre les bandes criminalisées et les armes à feu - Le groupe de travail comprend des agents de police, des procureurs de la Couronne, des agents de probation et de libération conditionnelle, des agents des services correctionnels et du personnel du Programme d'aide aux victimes et aux témoins qui collaborent dès le premier jour d'une enquête.

Depuis 2005, le gouvernement McGuinty a élargi le groupe de travail pour porter à 72 le nombre de procureurs de la Couronne chargés de collaborer avec la police pour mener des enquêtes et intenter des poursuites sur la violence armée dans les rues. Ce groupe de travail comprend notamment des procureurs de la Couronne ayant reçu une formation spéciale, qui ont été déployés dans les six régions de la province pour servir, à temps plein, de conseillers à la police et pour poursuivre les affaires de violence armée.

Ces procureurs de la Couronne spécialisés prodiguent des conseils juridiques à la police dès les premières étapes, en particulier au sujet des mandats de perquisition ou d'autres questions surgissant lors de l'enquête. Au besoin, ils obtiennent également l'autorisation légale nécessaire pour permettre à la police de mettre en place des tables d'écoute. Après le dépôt d'accusations par la police, les procureurs de la Couronne préparent et intentent les poursuites.

De plus, le gouvernement a ajouté six nouveaux procureurs de la Couronne affectés à la lutte contre la contrebande d'armes à feu qui travaillent avec la police pour renforcer la coordination et la collaboration dans les enquêtes et les poursuites dans les affaires de trafic, de contrebande et de vol d'armes à feu.

Par ailleurs, des représentants des gouvernements de l'Ontario et du Canada poursuivront leurs pourparlers dans le but de créer des équipes spécialisées de poursuivants provinciaux et fédéraux qui travailleront ensemble pour prendre les mesures voulues dans les affaires criminelles mettant en jeu des armes à feu et des drogues.

Centre des opérations - Le gouvernement a établi un centre des opérations de classe mondiale et à la fine pointe de la technologie qui permet de mieux coordonner les enquêtes et les poursuites dans le cas d'infractions commises avec des armes à feu ou liées à des bandes criminalisées. Le centre abrite le Groupe d'intervention contre les bandes criminalisées et les armes à feu, qui a été élargi et inclut désormais plusieurs services de police, dont le service de police de Toronto et la Police provinciale de l'Ontario, ainsi qu'une équipe de procureurs de la Couronne spécialisés, du personnel de soutien, des agents de probation et de libération conditionnelle et une unité d'aide aux victimes.

Tribunaux d'instruction des crimes majeurs - La province a établi des tribunaux d'instruction des crimes majeurs afin d'augmenter la capacité du système de justice pénale à répondre à des poursuites de grande envergure, liées à des actes criminels mettant en jeu des armes à feu et des bandes criminalisées. La première salle d'audience réservée à l'instruction des crimes majeurs, située au 361, avenue University, à Toronto, a ouvert ses portes en décembre 2006. La deuxième, située au 2201, avenue Finch Ouest, à Toronto, a été inaugurée en octobre 2007. Ces tribunaux sont munis de dispositifs de sécurité de haut niveau et sont capables de traiter des dossiers complexes mettant en jeu de multiples défendeurs. Trois nouveaux juges ont aussi été nommés pour faire face à l'augmentation prévue de la charge de travail.

Pas de transaction avec les auteurs d'actes criminels mettant en jeu des armes à feu - Les procureurs de la Couronne de l'Ontario ont pour instruction de ne retirer aucune accusation d'infractions liées à une arme à feu et de ne négocier aucun plaidoyer dans ce genre d'affaires, sauf si les circonstances sont exceptionnelles. La Couronne doit également demander des peines appropriées qui auront un effet dissuasif et, dans les cas pertinents, envisager de demander des peines plus sévères que le minimum obligatoire.

Equipes de mise en liberté sous caution - La province a créé des équipes de traitement des dossiers de mise en liberté sous caution composées de policiers, de procureurs de la Couronne et d'avocats de service qui travaillent ensemble pour accélérer le processus judiciaire de cautionnement, dans les causes criminelles entendues dans certains palais de justice, notamment celles mettant en jeu des armes à feu. De telles équipes sont en place aux palais de justice de College Park et de l'Ancien hôtel de ville, à Toronto, ainsi qu'au palais de justice d'Ottawa.

Preuves provenant de la collectivité - Le ministère du Procureur général met en oeuvre de nouvelles solutions originales qui permettent aux procureurs de la Couronne de demander l'imposition de peines plus lourdes en élaborant et en produisant des éléments de preuve devant les tribunaux au sujet de l'effet dévastateur de la violence par arme à feu sur les particuliers et les collectivités.

Appel au gouvernement fédéral - L'Ontario a lancé un appel à des lois plus rigoureuses sur les armes à feu, en demandant en particulier l'imposition de peines obligatoires minimales et le fardeau de la preuve inversé pour les enquêtes sur le cautionnement dans le cas d'actes criminels mettant en jeu des armes à feu. Maintenant que le parlement fédéral a répondu en adoptant le projet de loi C-2, l'Ontario exhorte le gouvernement fédéral à s'engager plus activement dans la lutte contre la criminalité armée en prenant les mesures suivantes :

  • Durcir les lois et interdire les armes de poing;
  • Financer intégralement l'embauche de 2 500 nouveaux postes d'agents de police promis dans l'ensemble du pays;
  • Augmenter la sécurité visant le trafic frontalier des armes à feu entre le Canada et les Etats-Unis.

Programme de protection des témoins de l'Ontario - Le programme a été amélioré pour encourager les membres du public à signaler toute activité criminelle grave dont ils ont été témoins. Le ministère du Procureur général a amélioré la protection à court terme et a réduit les formalités administratives nécessaires pour l'admission au programme et l'obtention d'une nouvelle identité. Le procureur général de l'Ontario continuera de collaborer avec son homologue fédéral en vue d'améliorer le programme fédéral de protection des témoins pour le mettre au diapason du programme ontarien.

Execution rigoureuse de la loi

Programme de recrutement de 1 000 agents - partenariat pour des collectivités plus sûres - Ce programme, dont le budget s'élève à 37,1 millions de dollars, est un des piliers du plan du gouvernement visant à renforcer le dynamisme et la sécurité des collectivités de l'Ontario. La moitié des 1 000 nouveaux agents de police est affectée aux services de police communautaire, qui incluent notamment des visites dans les écoles, des patrouilles dans les rues et le durcissement du contrôle de la circulation. Les autres 500 nouveaux agents sont affectés à des tâches relevant des six secteurs prioritaires suivants :

  • armes à feu et bandes criminalisées (gangs);
  • criminalité chez les jeunes;
  • crime organisé et exploitations de culture de marijuana;
  • contrevenants dangereux;
  • violence familiale;
  • protection des enfants contre la cyberprédation et la pornographie juvénile.

Les 1 000 nouveaux agents ont tous été embauchés, formés et placés dans des collectivités de l'Ontario, dont 250 à Toronto. De plus, le gouvernement poursuit sa contribution de 30,7 millions de dollars au Partenariat pour les services de police communautaire, pour le financement de 1 000 agents de police additionnels. Avec ces deux programmes, le gouvernement investit plus de 68 millions de dollars pour le financement de 2 000 postes additionnels d'agent de police dans les collectivités de la province.

Le 27 juillet 2007, le gouvernement a renforcé encore sa stratégie vigoureuse de lutte contre la criminalité en prenant les mesures décrites ci-après.

  • Embauche de 200 nouveaux agents de la Police provinciale de l'Ontario - Il s'agit de l'initiative de recrutement d'agents de la Police provinciale la plus importante depuis plus d'une décennie. Les nouveaux agents seront affectés à un certain nombre de domaines prioritaires pour cibler les activités criminelles et protéger la population ontarienne. La création de l'Equipe provinciale de lutte contre le crime organisé (EPLCO), composée de 33 agents, est le fruit de cette embauche.
  • Elargissement de l'Unité provinciale de contrôle des armes - L'ajout, en trois étapes, de 50 agents renforcera la capacité de cette unité d'enrayer le trafic d'armes à feu, à l'échelle nationale et internationale, ainsi que de développer et coordonner des enquêtes conjointes de renseignements ciblant les gangs et d'autres groupes criminels en coopération avec des partenaires municipaux, fédéraux et américains du secteur de l'exécution de la loi. L'effectif total de cette unité atteindra ainsi 117 agents d'ici septembre 2008.
  • Amélioration du Bureau du contrôleur des armes à feu - Cette initiative ajoutera trois nouveaux agents au Bureau du contrôleur des armes à feu pour mener des enquêtes sur l'admissibilité et l'aptitude de certaines personnes à posséder des armes à feu ou un permis de possession d'armes à feu.

Financement des services policiers dans des quartiers de haute priorité - En janvier 2006, le gouvernement McGuinty a débloqué 5 millions de dollars en faveur du service de police de Toronto pour soutenir sa lutte contre les bandes criminalisées dans des quartiers de haute priorité de la ville. Cette initiative comprenait la mise sur pied de la stratégie d'intervention antiviolence de Toronto, la stratégie TAVIS (Toronto Anti-Violence Intervention Strategy), qui s'appuie sur trois équipes d'intervention rapide dont chacune est composée de 18 agents de police hautement qualifiés et spécialisés dans l'interdiction des drogues et des armes à feu qui oeuvrent à l'application de la stratégie.

En juin 2007, le gouvernement a annoncé l'octroi d'une enveloppe ponctuelle de 5 millions de dollars au service de police de Toronto pour poursuivre le programme TAVIS et l'étendre au quartier des divertissements (Entertainment District). Le gouvernement McGuinty reconnaît que la stratégie TAVIS a fait ses preuves.

Au 31 décembre 2007, la police de Toronto avait déjà enregistré d'excellents résultats grâce à ce programme, y compris plus de 10 000 arrestations et la saisie de 436 armes à feu.

Initiative de surveillance par télévision en circuit fermé - Le gouvernement a octroyé 2 millions de dollars au service de police de Toronto pour lui permettre d'acquérir 15 systèmes de caméras qui peuvent être redéployés pour surveiller les quartiers à risque élevé. Les résultats de l'évaluation seront présentés au ministère d'ici janvier 2009.

Elargissement du programme d'intervention contre la violence, les armes à feu et les bandes criminalisées - Le 6 juin 2007, le premier ministre a annoncé que le gouvernement investissait la somme de 12 millions de dollars pour renforcer la lutte contre les armes à feu, les bandes criminalisées, le crime organisé et les drogues illégales en Ontario, dont 6,3 millions de dollars affectés à l'expansion du programme efficace d'intervention contre la violence, les armes à feu et les bandes criminalisées à Brantford, Halton, Hamilton, Niagara, Durham, Kenora, London, Ottawa, Peel, Thunder Bay, Waterloo ainsi dans le comté d'Essex et la région de York.

Echec au crime - La province a rendu permanent le financement octroyé à l'Ontario Association of Crime Stoppers en investissant 200 000 $ chaque année pour maintenir la ligne téléphonique du programme Echec au crime ouverte 24 heures sur 24, gratuitement. En 2006, cette association a reçu plus de 19 000 appels du public, qui ont permis de procéder à 3 297 arrestations, au recouvrement de plus de 11 millions de dollars en biens et à la saisie de près de 200 millions de dollars en drogues illégales.

Groupe consultatif provincial de lutte contre les exploitations de culture de marijuana - Les risques pour la sécurité communautaire des exploitations de culture de marijuana appellent à des ressources spéciales. Le nouveau groupe consultatif développera des méthodes en vue de réduire les risques pour la sécurité publique que constituent les exploitations de culture de marijuana. Grâce à des ressources additionnelles, le Bureau du commissaire des incendies renforcera la formation en vue de réduire les risques que les exploitations de culture de marijuana présentent pour la santé et la sécurité de la police et des services d'incendie.

Laboratoires de méthamphétamine en cristaux - Les laboratoires clandestins de méthamphétamine en cristaux ("crystal meth") présentent des risques pour la santé et la sécurité de la population ontarienne. Depuis juin 2006, six mégalaboratoires ont été démantelés en Ontario (Durham, Peel, région de Sault Ste. Marie, Stokes Bay et Haliburton). Une nouvelle équipe de 10 agents spécialisés coopérera avec la Section du contrôle des stupéfiants de la Police provinciale de l'Ontario en proposant ses connaissances approfondies dans le démantèlement des laboratoires de méthamphétamine et dans la lutte contre les organismes criminels qui les exploitent. Le Bureau du commissaire des incendies bénéficie également de ressources additionnelles pour répondre à la demande croissante en matière d'enquêtes sur des incendies et des explosions ainsi que de formation des services de police et d'incendie qu'entraîne la prolifération des laboratoires clandestins de méthamphétamine.

La somme de 1 million de dollars a été accordée pour un projet pilote d'une année à Stratford qui cible les producteurs et les trafiquants de méthamphétamines et vise à démanteler leurs laboratoires. Ce projet comporte trois volets :

  • exécution de la loi - fournir des fonds à la police de Stratford pour renforcer ses activités d'exécution de la loi en rapport avec la drogue;
  • sensibilisation de la collectivité - campagne éducative sur le problème de la méthamphétamine;
  • traitement - ressources complémentaires aux services de santé de Stratford pour traiter le problème de la méthamphétamine en cristaux.

Expansion de l'Unité de confiscation d'actifs criminels (Police provinciale de l'Ontario) - Grâce à cette expansion, la Police provinciale de l'Ontario sera en mesure d'offrir une aide plus étendue aux services de police municipaux pour identifier, localiser et saisir les gains illégaux des organisations criminelles et en demander la confiscation aux tribunaux.

Prevention efficace

Augmentation du nombre d'agents de probation et de libération conditionnelle - Le gouvernement a recruté un chef de service, deux préposés au soutien et 12 nouveaux agents de probation et de libération conditionnelle pour le Centre des opérations, afin d'effectuer une évaluation des risques dans le cas de personnes accusées d'infractions liées à des armes à feu et à des bandes criminalisées, et d'assurer la supervision et l'exécution des conditions imposées par le tribunal (probation et sursis) pour les membres de gangs armés reconnus dans la ville de Toronto.

Etablissements correctionnels - Une nouvelle unité de renseignements, au sein du système correctionnels, permettra de faciliter l'identification des membres des gangs et de réduire les risques d'activités criminelles en Ontario.

Amnistie pour les armes à feu - L'investissement de 270 000 $ du gouvernement dans le projet PEACE (Public Education And Crime Eradication), une initiative de prévention, d'éducation et d'exécution mise en place par le service de police de Toronto, a permis aux agents de police de travailler plus étroitement avec les communautés, les écoles et les jeunes afin d'éloigner les jeunes des armes à feu et des gangs.

Dans le cadre du projet PEACE, le service de police de Toronto, avec le soutien du ministère du Procureur général, a mis en oeuvre un programme d'amnistie pour les armes à feu du 7 au 30 novembre 2005. Au total, 261 armes à feu et 1 554 munitions ont été ainsi recueillies.

Le Centre des sciences judiciaires - Le gouvernement a majoré le financement accordé au centre des sciences judiciaires pour lui permettre de développer sa capacité de procéder à des tests balistiques et des analyses judiciaires. Le centre a mis en place un service de soutien rapide aux enquêtes, destiné aux agents qui interviennent sur les lieux d'un acte criminel mettant en jeu l'usage d'une arme à feu, ainsi qu'une base de données permettant d'établir les liens entre des armes à feu et les lieux d'un crime.

Campagne "éclair" d'inspection de commerces titulaires d'un permis de vente d'armes à feu à Toronto - En septembre 2005, le gouvernement a financé une campagne éclair d'inspection de 32 commerces titulaires d'un permis de vente d'armes à feu à Toronto pour s'assurer du respect des normes relatives à l'entreposage sécurisé des armes à feu. Le Bureau du contrôleur des armes à feu intègre désormais à ses procédures normales des inspections inopinées des entreprises titulaires d'un permis de vente d'armes à feu, partout dans la province. Auparavant, la plupart des inspections étaient fixées à l'avance.

Cibler les causes de la criminalite

Le gouvernement de l'Ontario finance et dispense 29 programmes de déjudiciarisation avant la mise en accusation et 40 programmes de déjudiciarisation après la mise en accusation. Il a mis en place un Cadre des mesures extrajudiciaires visant les jeunes de l'Ontario qui aidera les collectivités à fournir des services aux jeunes afin de leur éviter le système judiciaire formel.

Comités de justice pour la jeunesse - Le programme du Comité de justice pour la jeunesse, un programme de déjudiciarisation qui tient les jeunes contrevenants à faible risque responsables de leurs actes et cible les causes de la récidive, a été étendu à trois reprises depuis 2004. Il est désormais offert dans 54 collectivités, soit dans chacun des 54 districts judiciaires de la province. Plus de 80 pour 100 des participants n'ont eu aucun contact avec le système de justice dans l'année qui a suivi la fin de leur participation au programme.

Centres d'intervention auprès des jeunes - Depuis avril 2004, le gouvernement a créé 32 centres d'intervention auprès des jeunes. Ces centres constituent une solution de substitution à la détention pour les jeunes qui ont eu des démêlés avec la justice. Ils offrent des programmes structurés et étroitement supervisés qui comprennent divers éléments, notamment : la maîtrise de la colère, la prévention de la violence, l'acquisition de connaissances de base pour la vie quotidienne, le counselling, les relations avec ses pairs et la préparation à un emploi.

Programme de justice pour les jeunes Afro-canadiens - En mai 2006, le gouvernement, en partenariat avec l'African Canadian Legal Clinic, a lancé un nouveau programme innovant destiné à réduire la criminalité chez les jeunes, à aider les adolescents de 12 à 17 ans aux prises avec la loi et à améliorer leur vie en leur proposant des services communautaires adaptés à leurs particularités culturelles et en les orientant au besoin vers d'autres services. Offert dans quatre tribunaux pour adolescents de la région de Toronto, le programme met du personnel des tribunaux et des travailleurs sociaux spécialisés dans la réinsertion à la disposition des jeunes qui ont besoin de soutiens et de ressources communautaires, notamment de counselling et de possibilités de mentorat.

Stratégie Perspectives Jeunesse - Le gouvernement investit un peu plus d'11 millions de dollars en 2008 pour aider les jeunes de communautés mal desservies, à Toronto, Durham, Windsor, Ottawa, London, Hamilton, Thunder Bay et dans les communautés desservies par les services policiers des Nishnawabe-Aski. La stratégie a été lancée en 2006 et a été étendue en 2007 pour aider les jeunes grâce à des programmes de mentorat communautaire, de préparation à l'emploi, de perfectionnement et de formation dans les écoles.

La stratégie s'articule autour des programmes suivants :

  • Programme d'emploi d'été pour les jeunes - Ce programme comprend plusieurs volets : préparation à l'emploi, placement dans un emploi et soutien après l'emploi dans divers domaines, dont les loisirs, les affaires et le leadership des jeunes. Au cours de l'été 2007, le programme a été offert à environ 1 800 jeunes âgés de 15 à 18 ans, issus de communautés défavorisées.
  • Initiative Expérience de travail dans les services policiers pour les jeunes - Ce programme de huit semaines renforce les relations entre les jeunes de quartiers sensibles et la police, aide les jeunes à mieux comprendre certains aspects du travail de la police et les encourage à envisager de faire carrière dans les forces de l'ordre. Les participants, âgés de 14 à 17 ans, se voient assignés du travail dans divers domaines à la police locale, dont la technologie de l'information, l'identification médico-légale, les événements communautaires, la sécurité routière et l'éradication des graffitis.
  • Programme des intervenants auprès des jeunes - A l'heure actuelle, 62 travailleurs chargés d'intervenir dans les quartiers sensibles établissent des contacts avec les jeunes et leur fournissent des conseils en les aiguillant vers des services appropriés au sein de leur collectivité.
  • EspaceJeunesse.ca - EspaceJeunesse.ca est un site Web où les jeunes peuvent trouver des renseignements utiles ainsi que des liens vers des services et des ressources qui les aideront à faire de bons choix, à réussir et à contribuer positivement à la société.
  • Programme de prévention et de déjudiciarisation en milieu scolaire - Cette initiative crée des partenariats entre des écoles, des conseils scolaires, des organismes communautaires et des services policiers. A l'heure actuelle, dix-huit programmes offerts en partenariat avec des 22 conseils scolaires aident des élèves de 12 à 17 ans qui courent le risque de prendre part ou qui prennent déjà part à des activités délictueuses ou violentes, et augmentent leurs chances de réussite scolaire, en leur offrant des services de médiation par des pairs en milieu scolaire et l'accès à des services de soutien.
  • Programme d'apprentissage et d'expérience de travail de la fonction publique de l'Ontario - Ce programme introduit des jeunes de 16 à 19 ans, issus de communautés prioritaires, au monde du travail en leur offrant une expérience professionnelle intéressante au sein du gouvernement de l'Ontario et de ses organismes apparentés, dans le cadre du programme d'éducation coopérative. Ce programme d'éducation coopérative spécialisé permet aux participants d'accumuler des crédits scolaires qui compteront pour leur diplôme d'études secondaires et d'obtenir jusqu'à 21 semaines d'expérience professionnelle intéressante consistant en un placement coopératif par semestre au sein de la fonction publique de l'Ontario et de ses organismes. Ce programme est offert à jusqu'à 80 étudiants à quatre endroits dans la province.

Programme "Down with Guns" - Le gouvernement a investi 3 millions de dollars dans cette initiative conçue en milieu communautaire dont l'objectif est d'aider les jeunes de Toronto à vivre à l'abri de la violence. Dirigée par l'African-Canadian Christian Network en partenariat avec la Toronto Community Foundation, cette stratégie de prévention de la violence est axée sur quatre domaines clés : la famille, l'éducation, l'emploi et la prévention de la criminalité.

Fonds Action Jeunesse - Le Fonds Action Jeunesse est une initiative novatrice des secteurs privé et public qui investit dans des projets communautaires offrant aux jeunes des quartiers les moins bien desservis de Toronto des opportunités positives. Le Fonds effectue des investissements directs, à la source, dans des initiatives qui sont axées sur les jeunes et qui visent à dégager des idées positives, à créer des espaces pour les jeunes et à multiplier les possibilités en matière d'éducation, d'emploi et de leadership. Environ 15,1 millions de dollars au total ont été accordés à 80 groupes de jeunes à Toronto depuis la création du Fonds, en février 2006.

Stratégie pour la sécurité dans les écoles - Pour que les élèves se sentent en sécurité dans les écoles et en milieu scolaire, le gouvernement de l'Ontario a adopté une stratégie globale pour la sécurité dans les écoles qui inclut la Stratégie de prévention de l'intimidation. En plus des 28,7 millions de dollars déjà investis, le gouvernement de l'Ontario a débloqué la somme supplémentaire de 43,7 millions de dollars pour 2007-2008, pour le financement de programmes et de soutiens qui contribuent non seulement à renforcer la sécurité dans les écoles, mais aussi à réduire les incidents de violence juvénile. En 2008-2009, un budget de 10 millions de dollars est affecté aux écoles secondaires urbaines et prioritaires afin d'aider les écoles, les élèves, leurs familles et les communautés dont la sécurité est menacée. L'Equipe d'action pour la sécurité dans les écoles a été recrutée à nouveau pour chercher des moyens de renforcer la sensibilisation à des relations saines et à des environnements sains dans nos écoles.

Modifications à la Loi sur l'éducation - En juin 2007, le gouvernement a adopté des modifications aux dispositions sur la sécurité dans les écoles de la Loi sur l'éducation qui combinent plus efficacement la discipline aux possibilités offertes aux élèves de poursuivre leurs études. Par ailleurs, l'intimidation a été ajoutée à la liste des infractions pour lesquelles il faut envisager une suspension. Ces modifications sont entrées en vigueur le 1er février 2008.

Jeunesse J'écoute - D'ici avril 2008, le partenariat d'un budget de 3 millions de dollars, que le gouvernement de l'Ontario a conclu avec Jeunesse J'écoute, aura permis d'offrir une aide anonyme à plus de 40 000 jeunes aux prises avec des problèmes d'intimidation, qu'ils en soient les victimes, les témoins ou même les auteurs. Le partenariat est prolongé pendant trois autres années.

Prévention de l'intimidation - Pour aider à réduire l'intimidation, le gouvernement de l'Ontario a préparé un dépliant sur la prévention de l'intimidation destiné aux parents et disponible en plusieurs langues. De plus, le gouvernement propose un registre des programmes de prévention de l'intimidation affiché sur le site Web du ministère de l'Education et a conçu des questionnaires sur l'ambiance en milieu scolaire pour aider le personnel scolaire à déterminer les besoins de son établissement et à prendre des décisions en matière de programmes de prévention de l'intimidation.

Séminaires de sensibilisation aux bandes criminalisées - Le gouvernement était le commanditaire de deux séminaires de sensibilisation aux bandes criminalisées auxquels plus de 200 éducatrices et éducateurs et agentes et agents des écoles ont participé. Cette initiative s'inscrivait dans le cadre d'un partenariat avec le Committee of Youth Officers for the Province of Ontario et l'Ontario Gang Investigators Association.

Cibler les jeunes - Au cours de l'été 2007, le gouvernement a accordé la somme de 4 millions de dollars à des conseils scolaires pour mettre en place de nouveaux programmes d'été pour les jeunes ou élargir les programmes existants dans les écoles de Toronto situées dans des quartiers prioritaires.

Formation en vue de l'apprentissage - Les projets de préapprentissage pour les jeunes à risque totalisent environ 2,1 millions de dollars. Près de 220 jeunes à risque auront ainsi acquis des compétences pratiques qui les aideront à être admissibles à des programmes d'apprentissage dans des métiers spécialisés.

Utilisation communautaire des installations scolaires - Le gouvernement de l'Ontario investit 33 millions de dollars dans le Programme d'utilisation communautaire des installations scolaires pour 2008-2009, soit une augmentation importante par rapport à l'année précédente. Grâce à ce programme, les jeunes, les personnes âgées et les adultes peuvent utiliser les installations scolaires à moindre coût pour des rencontres, des activités sportives ou autres. Ce programme et son financement continueront d'augmenter au cours des prochaines années, pour atteindre 66 millions de dollars en 2011-2012.

Le Projet LOVE : Vivre sans violence - Une subvention pour un projet spécial a été versée au projet LOVE afin d'offrir des services d'intervention et de soutien aux élèves et aux jeunes dans des quartiers à risque. Des jeunes sont formés pour devenir des mentors pour leurs camarades et donner des présentations dans les écoles afin d'aider les adolescents et les enfants à prendre position contre la violence qui s'est introduite dans leurs quartiers et prévenir la revictimisation.

Partager

Sujets

Lois et sécurité