Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Deuxième Sommet sur les paramètres économiques des services de police et de la sécurité des collectivités - le 2 mars 2015 - Ottawa

Discours archivé

Deuxième Sommet sur les paramètres économiques des services de police et de la sécurité des collectivités - le 2 mars 2015 - Ottawa

Yasir Naqvi, ministre du Sécurité communautaire et des Services correctionnels


Bon matin.

Je suis heureux d'être ici pour aider à donner le coup d'envoi au deuxième Sommet sur les paramètres économiques des services de police et de la sécurité des collectivités.

J'aimerais prendre un moment pour me joindre au maire adjoint Taylor et souhaiter la bienvenue à mes homologues provenant des quatre coins du pays, de l'Ontario et d'Ottawa, ma chère ville natale.

C'est également un privilège de partager cette tribune avec le ministre Steven Blaney et la ministre Lise Theriault, et de présenter la vision de l'Ontario, soit de bâtir une province plus sûre et plus forte.

Je souhaite aussi la bienvenue à la ministre de la justice et  procureure générale de la Nouvelle-Écosse, Lena Metlege Diab, ainsi qu'au ministre de la Sécurité publique et solliciteur général, et ministre de la Justice du Nouveau-Brunswick, Stephen Horsman.

Cette vision repose sur des collectivités plus sûres et plus fortes - elles sont les fondements, les bases solides sur lesquels nous bâtirons.

Pour nous, la notion de « communauté » englobe tant la communauté des services de police que les collectivités qu'elle sert.

C'est pourquoi nous avons passé la dernière décennie à renforcer nos partenariats avec les services de police...

... À accroître le financement ciblé pour les priorités locales et à investir dans ce qui importe le plus pour nos familles.

Au cours de la dernière décennie, notre ministère n'a cessé d'augmenter le financement alloué aux municipalités et aux services de police municipaux, et ce financement augmentera encore cette année.

Et nous avons vu les résultats positifs de cette approche...

L'Ontario est maintenant l'un des endroits les plus sécuritaires en Amérique du Nord.

Depuis 2003, le taux de criminalité de l'Ontario a diminué de 34 % et le taux de crimes violents de l'Ontario a diminué de 27 %. 

En fait, l'Ontario a le taux de criminalité le plus bas de toutes les provinces et de tous les territoires du pays chaque année, depuis 2005.

Alors que les taux de criminalité ne cessent de diminuer à travers le pays, pourquoi les coûts associés à la prestation de ces services ne diminuent-ils pas aussi?

Eh bien, tout d'abord, la nature des crimes est en train de changer. 

Les problématiques auxquelles les agents de police font face aujourd'hui sont plus complexes que nous ne l'aurions cru possible lorsque les politiques et les cadres actuels pour les services policiers ont été élaborés.

Voici seulement quelques exemples :

Ces cadres n'ont pas anticipé que les fraudes deviendraient aussi complexes. Qu'il serait possible, avec un simple clic, d'anéantir toutes les économies d'une personne.

Ils n'ont pas prévu que l'on traiterait de plus en plus fréquemment avec des personnes ayant des problèmes de santé mentale ou de dépendance.

Ces cadres n'ont également pas prévu l'accélération rapide des avancées technologiques et comment ces avancées seraient utilisées dans les services de police et par la société.

De plus, nous demandons de plus en plus à nos agents de police d'en faire plus et de jouer un rôle de plus en plus grand dans nos collectivités.

Même si les taux de crimes violents ont diminué, l'année dernière, les agents de la Police provinciale de l'Ontario ont répondu à 24 000 appels de service de plus qu'en 2009.

On ne devrait pas demander à un agent de police d'être à la fois policier et travailleur social, travailleur en santé mentale et conseiller à la jeunesse.

Or, nous leur demandons souvent de remplir ces rôles.

Le rôle d'un agent de police est de fournir un environnement sécuritaire permettant aux autres professionnels de faire leur travail.

Cette complexification et les demandes accrues auxquelles doivent répondre nos agents de police signifient que nous devons réaménager nos services afin de refléter ces réalités.

L'Ontario et ses services de police ont travaillé d'arrache-pied pour améliorer la sécurité communautaire... maintenant, nous devons travailler PLUS INTELLIGEMMENT pour rendre nos collectivités encore PLUS SÛRES.

Ce réaménagement est essentiel pour mettre au point des services de police viables, efficaces et axés sur les collectivités au XXIe siècle.

Nous ne pouvons le faire qu'en nous penchant sur chaque programme, chaque modèle, chaque règlement et en nous demandant :

Est-il encore approprié?

Est-il encore efficace?

Est-il encore viable?

Et, surtout, nous aide-t-il à atteindre notre objectif, soit de bâtir une collectivité plus sûre?

Ce sont les questions que le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels pose alors que nous travaillons sur notre nouvelle Stratégie pour une meilleure sécurité en Ontario.

Après trois ans de travail avec le Comité consultatif pour l'avenir des services policiers...

... Notre gouvernement est bien placé pour prendre les recommandations de nos partenaires du milieu policier ainsi que les besoins de nos collectivités et mettre au point un nouveau cadre provincial pour les services policiers.

La Stratégie pour une meilleure sécurité en Ontario vise à trouver des façons plus intelligentes et plus efficaces de faire les choses, et à utiliser les données probantes et l'expérience pour améliorer les résultats.

Nous ne perdrons pas notre temps à chercher des solutions faciles ou à examiner les solutions en vogue.

Nous nous concentrerons sur ce qui fonctionne et nous écouterons nos partenaires du milieu policier.

Nous mettrons l'accent sur les partenariats fondés sur la collaboration qui font intervenir le milieu policier et les autres secteurs, comme l'éducation, les soins de santé et les services sociaux, afin d'augmenter la sécurité dans nos collectivités.

Par conséquent, si les programmes de formation obligatoires sont plus efficaces pour réduire le crime que les peines minimales obligatoires, c'est sur quoi nous mettrons l'accent.

Nous regarderons également ce qui se fait ailleurs afin de découvrir des solutions innovatrices et de cerner les pratiques exemplaires.

L'Ontario et la Saskatchewan, grâce au leadership de nos sous-ministres, envisagent de travailler ensemble sur des enjeux comme la réforme des libérations sous caution et les pratiques exemplaires en matière de services policiers.

Pour ce faire, il faut opérer une transition dans la prestation des services communautaires pour s'assurer que les Ontariens et Ontariennes obtiennent les services dont ils ont besoin, lorsqu'ils en ont besoin, et ce, de façon efficace, efficiente et viable.

Ainsi, les services seront offerts de façon proactive et ciblée.

L'instauration d'une approche intégrée se fonde sur la reconnaissance que les partenariats multidisciplinaires produisent de meilleurs résultats à des coûts moindres pour chaque organisme.

C'est l'idée qui sous-tend le modèle de tables d'intervention et les initiatives de sécurité communautaire et de mieux-être qui sont en train d'apparaître à travers la province.

Ces projets visent à rassembler des fournisseurs de service en vue de collaborer et de mobiliser rapidement des services en vue de réduire les risques qui pourraient mener à la victimisation ou à des préjudices. 

Cela nous donnera l'occasion de recueillir des données, d'examiner leur efficacité et d'élaborer des politiques fondées sur des données probantes.

Il y a présentement huit tables d'intervention à travers l'Ontario et six autres sont sur le point de commencer leurs activités - de plus, six autres seront mises sur pied dans les prochains mois. 

Ces programmes sont dans des communautés urbaines, rurales et des Premières Nations, partout en Ontario.

Par exemple :

Le ministère travaille avec Rama, une réserve des Premières Nations de la région du Centre de l'Ontario, afin d'appuyer son Community Mobilization Action Committee.

Ce comité aide à prévenir le crime en déterminant quels dirigeants communautaires locaux peuvent servir de modèles afin de se pencher sur les signes avant-coureurs du crime. 

Une autre table d'intervention, soit la CRISIS Table, a été mise sur pied dans la collectivité rurale de Brantford afin de fournir de meilleurs soutiens pour les personnes et les familles qui traversent une crise.

Dans la collectivité de Rexdale à Toronto, on retrouve également le projet Furthering Our Community Uniting Services (FOCUS), lequel vise à réduire et à prévenir le crime et le désordre social.

Ces types d'initiatives s'éloignent de l'ancienne approche universelle et permet aux collectivités de cerner les risques, de mobiliser les ressources adéquates et de travailler en collaboration et de façon proactive pour rendre leurs collectivités plus sûres.

Et nous observons que ces modèles de tables de situation fonctionnent.

L'un des programmes pilotes de plus longue date est le Community Mobilization and Gateway Hub à North Bay.

North Bay est une ville de taille moyenne avec une population d'environ 65 000 habitants.

Le programme est actif depuis un peu plus d'un an.

Au cours de cette période, plus de 200 cas ont été soumis au Gateway Hub, et il a apporté un soutien à plus de 290 personnes.

Les résultats préliminaires démontrent que les problèmes de santé mentale, d'abus d'alcool ou d'autres drogues et familiaux sont les trois priorités les plus répandues dans cette collectivité en ce qui concerne les facteurs de risque.

En sachant cela, ils ont pu déployer les ressources adéquates, intervenir plus rapidement et améliorer les résultats tant pour la collectivité que les fournisseurs de services.

En fait, un rapport récemment publié par le Bureau de santé du district de North Bay-Parry Sound a révélé que 93 % des organismes communautaires qui ont participé au Gateway Hub ont constaté que la collaboration entre les organismes s'est améliorée et 96 % d'entre eux estiment que leurs relations se sont également améliorées.

Ces modèles offrent de nouvelles façons d'échanger des renseignements à travers la sphère sociale - entre groupes culturels, religieux, communautaires et de soins de santé...

... Fournissent des occasions d'intervention précoce qui aident à prévenir les crimes et permettent d'améliorer les résultats pour les résidents locaux et la collectivité.

De plus, dans le cadre de ces modèles, les services policiers font partie d'un filet de sécurité plus fort au lieu de représenter le filet de sécurité en soi.

Cela libère les ressources pour leur permettre de résoudre davantage de crimes et de prévenir la perpétration de crimes en premier lieu.

Nous nous devons de continuer d'appuyer les programmes de ce type, d'y investir et de les parrainer...

... car la seule façon de réellement combattre le crime est de l'empêcher de se produire en premier lieu.

Ce sont les mêmes objectifs que la première ministre Kathleen Wynne m'a donnés dans ma lettre de mandat.

Cette lettre a souligné en particulier la nécessité :

  • d'élaborer une nouvelle vision stratégique pour la sécurité communautaire et les services policiers;
  • d'accélérer l'élaboration d'une série de réformes au sujet des services policiers;
  • de maintenir un point de mire stratégique sur la sécurité communautaire au moyen d'une stratégie pour la sécurité communautaire et le mieux-être qui renforce le travail déjà effectué et complète d'autres initiatives clés du gouvernement.

En raison du chevauchement de ces priorités, il importe de changer notre point de mire, soit de ne pas mettre l'accent seulement sur les services policiers, mais également sur l'importance de la sécurité communautaire et du mieux-être à l'échelle locale.

C'est le type de planification tournée vers l'avenir qui aidera les collectivités à réduire les coûts associés aux services policiers et à tous les services d'urgence...

... en s'éloignant d'un modèle réactionnel pour les interventions de crise et en adoptant plutôt un modèle fondé sur les interventions préventives et sur les interventions qui permettent de renforcer les collectivités.

Cela sera reflété à travers notre gouvernement alors que nous élargirons les liens existants avec les autres ministères et organismes du secteur public afin de mettre au point des plans pour la sécurité communautaire et le mieux-être.

Je vous remercie encore de m'avoir invité à cette importante conférence et de m'avoir permis de vous parler de la vision de notre gouvernement pour des collectivités plus sûres et plus fortes.

Notre Stratégie pour une meilleure sécurité en Ontario est ambitieuse, audacieuse, fondée sur des données probantes et axée sur les résultats.

Nous devons saisir cette occasion - c'est le temps ou jamais d'ouvrir la voie à un modèle efficace, durable et axé sur les collectivités pour la prestation de services policiers au XXIe siècle.

Cela ne sera possible qu'en établissant des partenariats solides fondés sur le dialogue, comme nous le faisons lors de conférences comme celle-ci, et en mettant l'accent sur les enjeux qui nous mobilisent.

Merci!

Partager