Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Déclaration du ministre Yasir Naqvi au sujet de l'examen de la politique en matière de l'isolement dans le système correctionnel de l'Ontario

Déclaration

Déclaration du ministre Yasir Naqvi au sujet de l'examen de la politique en matière de l'isolement dans le système correctionnel de l'Ontario

Yasir Naqvi, ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels, a fait aujourd'hui la déclaration suivante au sujet du système correctionnel de l'Ontario, annonçant un examen de sa politique en matière d'isolement :

« Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels est constamment à la recherche de moyens de transformer le système correctionnel de l'Ontario afin d'améliorer la sécurité du personnel et des détenus, d'offrir des programmes efficaces de réadaptation et de réinsertion, et de renforcer les soutiens en santé mentale offerts aux détenus.

Agir dans ces domaines clés est essentiel pour bâtir des collectivités fortes et sécuritaires dans toute la province.

Dans ce cadre, notre gouvernement lance un examen complet de la politique en matière d'isolement et de son application dans les établissements correctionnels, notamment la façon dont elle interagit avec nos autres politiques en matière de santé mentale

Cet été, nous lancerons des consultations auprès de spécialistes de la santé mentale, de groupes de défense des libertés civiles, du personnel, d'agents négociateurs et de partenaires des services correctionnels ainsi que d'organismes comme la Commission ontarienne des droits de la personne et le Bureau de l'Ombudsman

À tout moment, environ 7700 personnes au total sont détenues dans nos 26 établissements. Environ cinq pour cent de ces détenus sont en isolement, pour diverses raisons. Environ la moitié des détenus en isolement le sont à leur propre demande ou parce que l'isolement est le seul moyen d'assurer leur sécurité physique. L'isolement peut aussi être imposé pour assurer la sécurité du personnel ou d'autres détenus, ou sur les conseils d'un spécialiste de la santé.

Les personnes placées en isolement ont le même droit d'être traitées d'une façon humaine que tous les autres détenus dans l'établissement, mais risquent de perdre des privilèges si l'isolement est imposé pour des raisons disciplinaires. La situation de tous les détenus placés en isolement est réexaminée au bout de 24 heures, puis tous les cinq jours.

Nous savons aussi qu'il est important que les détenus comprennent ce processus et connaissent leurs droits. C'est pourquoi nous avons préparé une fiche d'information  qui décrit ces droits et procédures. Cette fiche est maintenant affichée sur notre site Web et remise à chaque détenu.

Même si les détenus en isolement représentent un faible pourcentage de notre population carcérale, ces personnes ont souvent des besoins complexes et qui se chevauchent, notamment, dans bien des cas, des troubles de santé mentale.

Nous jetons un regard critique un regard critique sur notre politique en matière d'isolement pour nous assurer qu'elle aide ces détenus et qu'elle est conforme aux objectifs que nous avons établis de réadaptation, de réinsertion, d'augmentation du soutien en matière de santé mentale ainsi que d'amélioration de la sécurité du personnel et des détenus.

Parallèlement à l'examen de sa politique en matière d'isolement, le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels poursuit son travail avec la Commission ontarienne des droits de la personne afin de respecter ses obligations en matière de droits de la personne et d'améliorer les services offerts aux détenus atteints de troubles mentaux. 

Le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels a déjà réalisé plusieurs de ces mesures, notamment avec la publication du nouveau guide sommaire, la mise en place d'un nouvel outil de dépistage et, plus récemment, en collaboration avec des spécialistes de la santé mentale, la préparation d'un rapport qui donne des conseils sur des moyens d'améliorer l'accès aux services de santé mentale pour les détenues. Le ministère examine ce rapport et communiquera ses conclusions dans les 18 prochains mois, comme le prévoient les mesures correctives.

Cet examen guidera le ministère de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels dans ses efforts de transformation du système correctionnel afin d'améliorer les soutiens que nous offrons aux détenus, notamment en matière de santé mentale et de réadaptation, tout en préservant la sécurité du personnel et des détenus. »

--     Yasir Naqvi, ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels

Contacts Médias

Partager