Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Tous les établissements correctionnels pour adultes seront dotés de scanners corporels

Communiqué archivé

Tous les établissements correctionnels pour adultes seront dotés de scanners corporels

La province améliore la sécurité du personnel correctionnel et accroît ainsi la sûreté

L'Ontario installera des scanners corporels à la fine pointe de la technologie dans les 26 établissements correctionnels provinciaux pour adultes au cours de deux ans dans la foulée de ses efforts visant à transformer le secteur correctionnel pour renforcer la sécurité du personnel et des détenus, réduire l'introduction d'objets interdits et accroître la sûreté. 

Les systèmes de détection à balayage corporel permettent de passer le corps entier au scanner pour repérer des objets interdits qui sont dissimulés à la surface ou à l'interne, que ne détectent pas les mesures de sécurité existantes.

La décision de mettre en œuvre cette initiative fait suite à un projet pilote fructueux de six mois au Centre de détention du Sud de Toronto, qui s'est traduit par une nette réduction de la contrebande, une diminution des incidents violents impliquant des armes et une amélioration globale de la sécurité et de la sûreté dans cet établissement. De tels scanners ont été recommandés dans plusieurs enquêtes de coroner. De plus, des agents et d'autres employés des services correctionnels ainsi que des comités provinciaux de santé et de sécurité en appuient fortement l'utilisation. 

L'Ontario est la première administration canadienne à installer des scanners corporels dans tous les établissements correctionnels pour adultes. L'achat des systèmes de détection est fait à l'issue d'un processus d'approvisionnement concurrentiel afin d'optimiser l'argent provenant des contribuables. Le coût total des scanners, y compris l'entretien des appareils pendant dix ans, s'élève à 9,5 millions de dollars.

Améliorer la sécurité dans les établissements correctionnels dans l'ensemble de la province est au cœur des efforts que déploie le gouvernement pour transformer le système correctionnel afin de bâtir des collectivités plus sûres.

Faits en bref

  • Les méthodes de fouille actuelles ne permettent pas toujours de détecter et d’identifier des objets interdits non métalliques ou dissimulés.
  • Au cours du projet pilote réalisé au Centre de détention du Sud de Toronto, 16 427 détenus ont été scannés et des douzaines d’objets interdits ont été confisqués.
  • Les 11 premiers scanners devraient être installés avant la fin du mois de mars 2017. Tous les établissements du ministère seront dotés de scanners d’ici deux ans.

Document d’information

Ressources additionnelles

Citations

« L’installation de scanners corporels dans tous les établissements correctionnels pour adultes de l’Ontario renforcera la sécurité du personnel et des détenus, réduira l’introduction d’objets interdits et favorisera l’édification de collectivités plus sûres pour tous. Je suis fier d’avoir étroitement collaboré avec nos agents des services correctionnels à cette importante mesure améliorant la sécurité et je me réjouis à la perspective de poursuivre la transformation du système correctionnel ontarien par un accès accru à des programmes de réhabilitation, un renforcement des mécanismes de soutien en santé mentale et l’amélioration des partenariats communautaires favorisant la réinsertion. »

Yasir Naqvi

ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Lois et sécurité