Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le centre régional de détention discontinue d'Elgin-Middlesex

Document d'information archivé

Le centre régional de détention discontinue d'Elgin-Middlesex

Ministère du Solliciteur général

La Stratégie ontarienne de construction des centres régionaux de détention discontinue

  • Le centre régional de détention discontinue (CRDD) du Centre de détention d'Elgin-Middlesex (CDEM) sera le deuxième centre de cette nature en Ontario et le premier à être construit dans le cadre de la Stratégie ontarienne de construction des centres régionaux de détention discontinue.
  • La Stratégie ontarienne de construction des centres régionaux de détention discontinue vise à atténuer les problèmes de capacité, lorsque des détenus en détention discontinue sont admis, par la construction de centres autonomes de détention discontinue sur les sites d'établissements correctionnels existants.
  • Cette stratégie maintient les personnes en détention discontinue à l'écart de la population carcérale générale, ce qui contribue à éviter que les délinquants admis les fins de semaine n'introduisent des objets interdits dans les établissements.
  • Elle améliore également l'efficacité opérationnelle par une utilisation judicieuse du personnel et des services liés au fonctionnement des établissements principaux. Par exemple, le CRDD est doté d'un nouveau système de sécurité électronique qui a été intégré à celui, existant, du CDEM.

Caractéristiques de conception du CRDD du CDEM

  • Le CRDD de 9,3 millions de dollars consiste en un établissement de 112 lits couvrant une superficie fonctionnelle de plus de 22 000 pieds carrés.
  • L'installation comprend différents types de lits et logements pour répondre à la diversité des besoins, notamment des lits pour les besoins généraux, des lits accessibles, un dortoir pour les besoins particuliers et une unité d'isolement.
  • Le bâtiment est une structure à membrane sous tension composée d'arches en aluminium recouvertes de panneaux de tissu.
  • La conception à dôme offre un intérieur compatible avec le niveau de sécurité exigé ainsi que des caractéristiques garantissant la détention sûre et sécuritaire des délinquants en détention discontinue. Elle fournit également des lignes de visibilité sans obstruction, alors que la membrane sous tension apporte un milieu de travail clair et positif.
  • Le recours à la technologie de la membrane sous tension permet un déploiement rapide de la structure, comme en témoignent la conception et la construction du CRDD en environ 10 mois.
  • L'installation se trouve sur le site de l'actuel CDEM et sera reliée à l'établissement existant par une voie physique ou passerelle afin de tirer parti de services comme ceux de la cuisine et de la buanderie.

Structures à membrane sous tension

  • Cette technologie utilise une ossature en aluminium à l'épreuve de la corrosion recouverte de panneaux de membrane souple placés sous haute tension.
  • De telles structures peuvent être érigées rapidement et constituent une solution idéale pour les établissements à sécurité minimale et moyenne comme les centres de détention discontinue.
  • La structure offre le même niveau de sécurité que les bâtiments classiques à l'intérieur et a une durée de vie de 30 à 40 ans, soit du même ordre que celle des projets de construction conventionnels.
  • Les coûts de construction sont généralement de 30 à 40 p. 100 moins élevés que ceux des structures conventionnelles.

Exemples d'utilisations de structures à membrane sous tension

  • Bien qu'il s'agisse de la première structure à membrane sous tension dans le système correctionnel de l'Ontario, les structures à membrane sous tension sont actuellement utilisées de façon efficace par des systèmes correctionnels en Colombie-Britannique et aux États-Unis.
  • Les structures à membrane sous tension sont une technologie testée et éprouvée pour les établissements correctionnels à sécurité minimale et moyenne :
    • En Colombie-Britannique, elles sont utilisées par British Columbia Corrections depuis 2008 pour loger les délinquants condamnés;
    • Au Texas, elles sont utilisées dans un établissement de 2 000 lits, le South Texas Detention Complex;
    • En Caroline du Nord, elles sont utilisées dans une prison annexe de 640 lits, la Charlotte North Jail Annex;
    • Au Colorado, elles sont utilisées dans un établissement communautaire de désintoxication de 80 lits, l'El Paso County Sheriff Office.

Les peines discontinues

  • Une peine discontinue est une peine d'emprisonnement que des contrevenants doivent purger par intervalles (généralement les fins de semaine), plutôt que de façon continue en une seule fois.
  • Les peines discontinues, habituellement de 90 jours ou moins, existent en Ontario depuis 1972. Pour obtenir une peine discontinue, le contrevenant doit convaincre un juge qu'il a un emploi ou d'autres responsabilités importantes qui font qu'il lui serait difficile de purger une peine d'emprisonnement normale.
  • Le premier centre de détention discontinue en Ontario, celui de Toronto (CDDT), a été inauguré en décembre 2011 au Centre de détention du Sud de Toronto (CDST), récemment ouvert. Doté d'une capacité de 320 lits, le CDDT est un établissement pour hommes adultes qui purgent des peines discontinues les fins de semaine.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Lois et sécurité