Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La Médaille de bravoure des policiers de l'Ontario

Document d'information archivé

La Médaille de bravoure des policiers de l'Ontario

Ministère du Solliciteur général

Créée en 1975, la Médaille de bravoure des policiers de l'Ontario est remise chaque année pour rendre hommage aux policiers qui se sont dépassés pour protéger et servir leur communauté.

Voici les récipiendaires de la Médaille de bravoure des policiers de l'Ontario, présentés en ordre alphabétique et par service :

L'agent Matthew Sweet du service de police de Belleville

Un jour de mai, juste après minuit, l'agent Matthew Sweet et son partenaire répondent à un signalement : une femme apparemment suicidaire se bat avec un homme près d'une ligne ferroviaire. Les deux policiers, déjà dans les environs, arrivent sur les lieux quand les lumières du passage à niveau s'allument et que les barrières s'abaissent.

Un train de marchandises s'approche à toute allure du couple en pleine bagarre, alors à une centaine de mètres de distance. L'homme s'éloigne, abandonnant la femme près du chemin de fer, pétrifiée. L'agent Sweet se précipite vers elle, malgré le train qui fonce sur eux. Il l'agrippe et l'écarte du chemin de fer et, au même moment, le train les frôle en passant à grande vitesse, les manquant de tout juste quelques centimètres.

La femme continue à se débattre avec l'agent Sweet qui, épaulé par son collègue, arrive à la faire entrer dans la voiture de patrouille pour la conduire à l'hôpital.

Ce matin‑là, le courage et la rapidité de Matthew Sweet ont évité une tragédie.

Les agents provinciaux Paul Drake et Christopher Thompson du détachement de la Police provinciale du comté de Brant, et l'agent Jeremy Morton du service de police de Brantford

Le matin du jour de l'An, pendant que l'agent Jeremy Morton surveillait les routes, un automobiliste l'avertit d'un possible incendie dans une maison. Au volant de sa voiture de patrouille, il s'approche de la scène : de la fumée s'échappe du toit. Il appelle le service d'incendie et quitte sa voiture de patrouille pour aider.

Il apprend qu'un homme est peut‑être piégé dans une chambre à l'étage. Sans hésitation, le policier pénètre dans la maison en flammes. Une chaleur intense et de la fumée s'échappent de l'étage. Il crie le nom de l'homme plusieurs fois. Pas de réponse. Il retourne chercher un extincteur dans sa voiture et tente de se frayer un chemin jusqu'à la chambre.  

À la troisième tentative de sauvetage, les agents provinciaux Paul Drake et Christopher Thompson viennent prêter main-forte à l'agent Morton. Les trois hommes se ruent dans le bâtiment. Mais la chaleur et la fumée épaisse les repoussent presque aussitôt.

Voyant d'autres renforts arriver, l'agent provincial Thompson leur demande de prendre leur extincteur dans leur voiture. Dernière tentative : les policiers essaient de combattre les flammes avec plusieurs extincteurs pour grimper l'escalier et trouver la victime.

À ce moment, les murs ne sont plus que des brasiers, et l'intensité des flammes rend toute opération de sauvetage impossible. Les agents provinciaux se munissent d'un boyau pour aider les pompiers. Les trois agents sont ensuite amenés en ambulance à l'hôpital où ils sont traités pour inhalation de fumée.

L'agent Jeremy Morton et les agents provinciaux Paul Drake et Christopher Thompson sont entrés à plusieurs reprises dans une maison en flammes pour sauver une vie. Heureusement, personne n'a été grièvement blessé. Il n'y avait personne dans la maison au moment de l'incendie : l'homme qu'on croyait prisonnier des flammes se trouvait chez un voisin.

L'agent provincial Jeffrey Lobsinger du détachement de la Police provinciale de Thessalon

Au début du printemps 2017, trois hommes partent à la pêche blanche sur le lac Gordon, à bord de deux motoneiges. Alors qu'ils gagnent la berge, un des véhicules fend la glace, puis plonge dans l'eau glacée en apportant son passager. Les deux hommes sur l'autre motoneige tentent d'aider leur ami, mais en vain : ils s'enfoncent eux aussi dans la glace, qui s'amincit.  

L'agent provincial Jeffrey Lobsinger, avec un autre policier, débarque sur les lieux. Il enfile un survêtement protecteur et se dirige vers la victime, qui se débat pour remonter sur la surface. Dès qu'il approche, la glace cède. Dépourvu des propriétés isolantes d'un habit de sauvetage sur glace, son survêtement absorbe l'eau. L'agent parvient à se hisser sur la glace et à regagner la berge, où il ramasse trois branches en vue d'une deuxième tentative de sauvetage.

Malgré la situation périlleuse, le policier avance petit à petit vers la victime et, plus d'une fois, s'enfonce dans la glace. À bout de force, il se voit obligé de baisser les bras, d'autant plus que la glace sombre sous ses pas. Toutefois, pendant qu'ils attendent l'arrivée des véhicules d'urgence, il n'arrête pas de crier des mots d'encouragement depuis la berge.

L'hélicoptère de la Garde côtière des États-Unis et un hydroglisseur du service d'incendie de Sault Ste. Marie permettent de secourir l'homme qui, après deux heures dans l'eau glacée, succombera aux effets de l'hypothermie. 

Malgré cette fin tragique, n'oublions pas les nombreuses tentatives de sauvetage de l'agent provincial Jeffrey Lobsinger, qui s'est sciemment mis en grave danger. 

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Lois et sécurité