Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Réseau de radiocommunications pour la sécurité publique de l'Ontario

Document d'information

Réseau de radiocommunications pour la sécurité publique de l'Ontario

Ministère du Solliciteur général

Le réseau de radiocommunications pour la sécurité publique de l'Ontario fournit à plus de 38 000 intervenants d'urgence et de première ligne la technologie et les ressources en radiocommunications dont ils ont besoin pour assurer la sécurité des Ontariennes et des Ontariens. Les intervenants utilisent celles-ci pour communiquer avec leurs répartiteurs et entre eux lorsqu'ils répondent à des situations d'urgence.

Le réseau de radiocommunications pour la sécurité publique de l'Ontario est l'un des plus vastes et complexes sur le plan géographique en Amérique du Nord, couvrant une superficie d'environ 750 000 km2. Il apporte un soutien direct :

  • aux agents de première ligne et aux répartiteurs de la Police provinciale;
  • aux employés des services d'ambulance et paramédicaux, des centres de communication et des hôpitaux ainsi qu'au personnel de soutien; 
  • aux services d'incendie et au personnel des services d'urgence aériens; 
  • au personnel d'entretien des routes de la province;
  • aux agents correctionnels, aux huissiers et aux employés affectés au transport;
  • aux agents d'application des lois;
  • au personnel de Parcs Ontario. 

À quoi sert le réseau de radiocommunications pour la sécurité publique?

Le réseau de radiocommunications pour la sécurité publique soutient le travail des intervenants d'urgence et de première ligne de la province. Par exemple :

  • la coordination des poursuites à grande vitesse de la Police provinciale;
  • les communications entre des organismes de renseignement pour coordonner les activités de surveillance et de lutte contre le terrorisme;
  • l'envoi d'une ambulance pour répondre à l'appel de personnes victimes d'une crise cardiaque ou encore pour communiquer au sujet de l'état de patients en route vers un hôpital;
  • les communications entre des pompiers forestiers dans le Nord de l'Ontario afin de coordonner les efforts d'extinction des incendies et d'arrosage aérien;
  • l'envoi de personnel pour aider un agent d'application des lois ou un agent de la Police provinciale en difficulté;
  • les communications nécessaires pour faire appliquer les lois visant la sécurité du transport, la conservation des ressources, l'environnement et les mesures fiscales;
  • la coordination des efforts de plusieurs organismes à la fois lors d'accidents ou de catastrophes météorologiques de grande envergure; 
  • la coordination des communications dans les établissements correctionnels et entre les agents correctionnels et les policiers durant le transport de clients vers des centres de détention, des palais de justice ou des hôpitaux.

Les éléments d'infrastructure comprennent :

  • quatre sites maîtres;
  • 193 tours de radiodiffusion qui constitueront l'infrastructure principale du réseau;
  • 282 tours supplémentaires pour appuyer le travail des pompiers forestiers, des employés de Parcs Ontario et des communautés du Grand Nord.

L'équipement sera installé dans :

  • 22 centres intégrés de répartition d'ambulances, cinq centres de communication de la Police provinciale et d'autres centres de communication du ministère des Transports de l'Ontario (MTO); 
  • 350 bases pour les services d'ambulance;
  • 167 hôpitaux et 2 200 véhicules de services de santé d'urgence;
  • 170 bateaux;
  • 172 détachements de la Police provinciale et 4 000 véhicules de police;
  • 2 700 véhicules d'entretien du MTO et 161 entrepôts de sels;
  • 114 véhicules de huissiers et autres véhicules de transport;
  • 23 établissements correctionnels pour jeunes gérés par la province;
  • des parcs provinciaux;
  • des communautés du Grand Nord.

Pourquoi recourir aux radiocommunications, et non à la téléphonie cellulaire?

La radiodiffusion permet des communications directes entre des personnes ou avec des groupes à la simple pression d'un bouton. Cette caractéristique est cruciale dans la coordination des types de situations d'urgence auxquelles répondent les policiers, les ambulanciers, les services d'incendie et d'autres utilisateurs. Sa simplicité est essentielle au déroulement des opérations quotidiennes.

La technologie des radiocommunications permet également une beaucoup plus grande couverture et la transmission de messages dans l'ensemble de la province, comparativement à ce qu'offrent les services cellulaires. Grâce au réseau provincial de radiocommunications, nos services d'intervention en cas d'urgence sont capables d'agir dans une plus vaste portion de la province - non atteinte par les services cellulaires. Aucun organisme gérant des services d'urgence n'a recours aux cellulaires pour les principales communications vocales. 

Pourquoi faut-il remplacer le réseau de radiocommunications pour la sécurité publique?

  • Interruptions de service fréquentes

Le réseau actuel vieillit et est susceptible de subir des interruptions de service fréquentes nuisant à la capacité des intervenants d'urgence et de première ligne de communiquer par radio, ce qui peut les empêcher de répondre aux urgences et, par le fait même, compromettre la sécurité publique.

  • Manque d'interopérabilité avec les autres réseaux

Presque tous les organismes de sécurité publique en Amérique du Nord utilisent un système radio conforme à la norme ouverte nord-américaine P25 (en anglais seulement) en matière de radiocommunications pour la sécurité publique, établie en 2001. Même si le réseau ontarien de radiocommunications pour la sécurité publique est le plus vaste sur le continent, il compte parmi les derniers à ne pas y être conforme.

Le manque de compatibilité avec la norme P25 rend difficile le branchement du réseau provincial sur d'autres réseaux conformes à cette norme, comme ceux dont se servent les policiers et les services d'incendie à l'échelle locale ou encore de grandes municipalités comme Ottawa, Toronto, York, Durham, Peel ou Niagara. 

En outre, cette incompatibilité empêche le réseau de se connecter à ceux d'autres partenaires dans d'autres territoires au Canada et à l'étranger qui interviennent dans les situations d'urgence, notamment la Gendarmerie royale du Canada. Par exemple, lorsqu'ils collaborent avec les pompiers forestiers de l'Ontario, les pompiers forestiers de la Colombie-Britannique, de l'Alberta ou du Québec ne peuvent utiliser leur propre équipement radio.

  • Faible protection des renseignements personnels

Le réseau actuel ne fournit pas les capacités attendues d'un réseau moderne de radiocommunications pour la sécurité publique, notamment celles permettant le chiffrement. De l'information cruciale sur l'activité de la police et des renseignements personnels sur la santé sont diffusés de façon non chiffrée par radio.

  • Équipement désuet

Les radios utilisées par les intervenants d'urgence et de première ligne sont arrivées à la fin de leur durée de vie utile et ne sont plus produites, alors que les stocks de la province s'épuisent. Les nouvelles radios offertes sur le marché de nos jours ne fonctionneront pas avec les tours vieillissantes et la technologie désuète de l'actuel réseau.

Quel est le processus d'approvisionnement?

L'infrastructure, l'équipement destiné aux utilisateurs et les services requis pour établir et maintenir le réseau seront acquis au moyen d'un processus d'approvisionnement ouvert, transparent et concurrentiel lancé auprès de plusieurs fournisseurs. Au total, six approvisionnements différents seront mis en place. 


Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Santé et bien-être Lois et sécurité