Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Améliorer la prestation de soins de santé dans les établissements correctionnels

Communiqué

Améliorer la prestation de soins de santé dans les établissements correctionnels

Ministère du Solliciteur général

TORONTO — La solliciteure générale Sylvia Jones a réaffirmé aujourd'hui l'engagement du gouvernement à collaborer avec des experts en soins de santé et le personnel correctionnel pour améliorer la qualité des soins de santé fournis aux détenus dans les établissements correctionnels pour adultes de l'Ontario.

Pour donner le coup d'envoi à la conférence du Comité de coordination des services à la personne et des services juridiques de cette année, la solliciteure générale Jones s'est adressée à un éventail de professionnels des services à la personne et des services juridiques au sujet des priorités du gouvernement, notamment la collaboration intersectorielle, la sécurité et le bien-être communautaires ainsi qu'une meilleure intégration des services.

« Améliorer le système correctionnel compte parmi mes principales priorités, et c'est dans cette optique que mon ministère a créé la Direction des services ministériels de santé et de mieux-être, afin d'assurer une surveillance stratégique et l'exploitation d'une expertise en soins de santé au sein des services correctionnels, et de centraliser tous les rôles et responsabilités en matière de santé qui sont liés aux établissements correctionnels pour adultes, a déclaré la solliciteur générale Jones. Au cours de l'été, l'adjointe parlementaire Belinda Karahalios a fait le tour de la province pour entendre directement ce qu'avaient à dire le personnel des soins de santé et les agents des services correctionnels au sujet des défis uniques auxquels ils font face et de la façon dont le ministère peut continuer de collaborer avec eux pour améliorer la prestation de soins de santé dans les établissements correctionnels pour adultes. »

En plus de créer cette direction, le ministère a annoncé une aide directe au personnel des services correctionnels pour traiter les blessures de stress opérationnel et les autres problèmes de santé mentale, a élaboré un cadre pour améliorer les protocoles de transfert entre les services de police et les services hospitaliers, et a mené une série de tournées pour savoir ce que pensent les agents des services correctionnels au sujet des moyens qui permettraient de mieux les protéger au travail.

Parmi les autres mesures récemment prises par le gouvernement pour les établissements correctionnels figurent :

CITATIONS D'INTERVENANTS

« La création de la Direction des services ministériels de santé et de mieux-être par le ministère du Solliciteur général est une excellente initiative. Le fait de centraliser les rôles et les responsabilités en matière de santé dans une seule direction constitue une étape importante pour s'assurer de la coordination des soins fournis aux adultes dans les établissements correctionnels avec ceux offerts dans la communauté. » - Sara Dias, coprésidente provinciale de la conférence du Comité de coordination des services à la personne et des services juridiques

« Le Comité de coordination des services à la personne et des services juridiques était heureux d'avoir l'occasion de s'associer au ministère du Solliciteur général, au ministère de la Santé, à l'Association canadienne pour la santé mentale, à l'Association des chefs de police de l'Ontario et à l'Association des hôpitaux de l'Ontario pour élaborer le cadre de travail et une nouvelle trousse sur les transferts entre les services policiers et les services hospitaliers. Cette précieuse ressource apporte un soutien à des personnes vivant des situations de crise attribuables à des problèmes de santé mentale et à la consommation de drogues, partout dans la province. » - Katie Almond, coprésidente provinciale de la conférence du Comité de coordination des services à la personne et des services juridiques

« Nous savons que, chaque semaine, au moins 500 000 personnes au Canada s'absentent du travail en raison d'un problème de santé mentale. Dans les services à la personne et les services juridiques, nous constatons une augmentation de l'épuisement professionnel et des blessures de stress opérationnel, plus particulièrement parmi nos agents de police, nos agents des services correctionnels et nos agents de probation et de libération conditionnelle. Je félicite la solliciteure générale Jones et son ministère pour accorder une grande importance à la promotion de la santé mentale en milieu de travail. » - Camille Quenneville, directrice générale, Association canadienne pour la santé mentale - Ontario

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Lois et sécurité