Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Une première maison d'hébergement pour femmes francophones à Toronto

Communiqué archivé

Une première maison d'hébergement pour femmes francophones à Toronto

Le gouvernement McGuinty améliore les services en français et crée des emplois

L'Ontario prête main forte pour construire la première maison d'hébergement pour femmes francophones de Toronto.

La Maison d'hébergement francophone de Toronto construira une nouvelle maison de 20 lits, la première à Toronto pour les femmes francophones et leurs enfants qui fuient la violence familiale. Cette nouvelle maison d'hébergement accessible offrira, aux femmes francophones la possibilité de reconstruire leur vie avec leurs enfants, libres de toute violence, grâce au soutien de toute une gamme de services offerts dans leur langue.

La province investit 5,2 millions de dollars dans la construction de la maison d'hébergement. Ce financement fait partie des 50 millions de dollars que la province investit dans près de 1 000 projets d'infrastructure qui amélioreront les installations d'organismes de services sociaux et devraient créer quelque 450 emplois dans toute la province.

Faits en bref

  • Depuis 2003, l'Ontario a augmenté de 46 pour cent le financement des programmes de lutte contre la violence faite aux femmes.
  • En 2008-2009, les maisons d'hébergement d'urgence de toute la province ont aidé près de 13 000 femmes et de 9 000 enfants.

Ressources additionnelles

Citations

« Notre gouvernement est fier d'investir dans l'amélioration de l'infrastructure d'organismes de services sociaux qui créent des emplois dès aujourd'hui et renforcent les collectivités de demain. Cette nouvelle maison d'hébergement sera un solide soutien pour les femmes francophones de Toronto. »

Madeleine Meilleur

La ministre des Services sociaux et communautaires

« Les femmes francophones de Toronto ont attendu cette maison d'hébergement pendant longtemps. Toutes les femmes qui ont vécu des périodes de violence familiale peuvent en témoigner. Le processus de guérison ne peut se faire que dans sa propre langue. Nous avons désormais une meilleure ressource, adaptée à nos besoins et qui nous aidera à éliminer la violence faite aux femmes »

Julie Lassonde

présidente du conseil d'administration, La Maison d'hébergement francophone de Toronto

Contacts Médias

Partager

Tags

Domicile et communauté Lois et sécurité Francophones Personnes ayant des déficiences Femmes