Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario nomme une directrice du bureau de la lutte contre la traite des personnes

Communiqué archivé

L'Ontario nomme une directrice du bureau de la lutte contre la traite des personnes

Jennifer Richardson coordonnera la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes

Après un rigoureux processus de sélection, l'Ontario a nommé Jennifer Richardson directrice du nouveau Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes.

Mme Richardson sera responsable de la coordination de la mise en œuvre de la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes, de concert avec d’autres ministères et en collaboration avec les secteurs de l’application de la loi, de la justice, des services sociaux, de la santé, de l’éducation et du bien-être de l’enfance.

Mme Richardson a passé plus de 22 ans à combattre la traite des personnes. Récemment, elle a travaillé comme chef de l’unité de lutte contre l’exploitation sexuelle du Manitoba et de Tracia’s Trust, la stratégie manitobaine de lutte contre l’exploitation sexuelle. Tout au long de sa carrière, elle a enseigné, partout au Canada et aux États-Unis, une formation spécialisée qu’elle a mise au point à l’intention des personnes qui travaillent auprès d’enfants et d’adolescents victimes d’exploitation sexuelle et de traite des personnes. En outre, elle a été récompensée pour ses recherches et son analyse des tendances en matière de traite des personnes, ainsi que pour les conseils et le leadership qu’elle a fournis à des gouvernements, à des organismes d’application de la loi, à des organismes autochtones, à des organismes de protection de l’enfance, à des groupes communautaires et à des organismes non gouvernementaux. Mme Richardson est elle-même une survivante de la traite des personnes.

Elle a travaillé sur toutes les formes de traite des personnes.

La Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes concrétise l’engagement pris par la première ministre Kathleen Wynne, en février 2016, de s’attaquer au problème de la traite des personnes, et constitue un élément de la vision gouvernementale d’une province où chacun peut vivre en sécurité, à l’abri de la menace, de la peur, de l’exploitation et de la violence.

Faits en bref

  • La « traite des personnes » ou la « traite des êtres humains » est une infraction criminelle qui désigne le fait de recruter, transporter, transférer, héberger ou accueillir une personne, ou d’exercer un contrôle ou de l’influence sur les mouvements d’une personne, aux fins de l’exploiter ou de faciliter son exploitation.
  • En juin, l’Ontario a annoncé la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes, investissant jusqu'à 72 millions de dollars pour accroître la sensibilisation et la coordination, améliorer les initiatives du secteur de la justice et élargir l’accès des survivants aux services.
  • Parmi les cas de traite des personnes qui sont signalés en Ontario, près de 70 pour cent concernent l’exploitation sexuelle, et la majorité des personnes survivantes sont des citoyens canadiens ou des résidents permanents.
  • Les personnes les plus susceptibles d’être des cibles de la traite des personnes, sont notamment les Autochtones, les jeunes femmes, les jeunes à risque, les jeunes placés sous les soins d’une société d’aide à l’enfance, les travailleuses et travailleurs migrants, ainsi les personnes ayant des troubles de santé mentale et de toxicomanie.
  • L'Ontario est un centre important pour la traite des personnes au Canada, il comptait environ 65 pour cent des cas signalés à la police à l'échelle nationale en 2014.

Ressources additionnelles

Citations

« J’ai toute confiance dans la capacité de Mme Richardson de diriger le Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes. Il est indispensable que les survivants et survivantes de la traite des personnes aient accès aux soutiens et aux services dont ils ont besoin pour fuir une vie de violence et d’exploitation. Grâce à cette initiative importante, notre gouvernement financera des organismes et des travailleurs de première ligne, dont ceux qui desservent les communautés autochtones, afin d’aider les survivants de la traite des personnes à vivre en toute sécurité. »

Dre Helena Jaczek

ministre des Services sociaux et communautaires

« La création du Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes est une étape importante vers l’éradication de la traite des personnes en Ontario. La riche expérience de Mme Richardson, des services directs auprès des victimes à l’Assemblée législative, sera inestimable pour nous aider à mettre à la disposition des survivants les soutiens et les protections dont ils ont besoin pour guérir de ce crime ignoble. »

Tracy MacCharles

ministre déléguée à la Condition féminine

« Je suis très honorée d’avoir été choisie pour remplir les fonctions de première directrice du Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes. Je suis sûre que mon expérience, tant personnelle que professionnelle, au sujet de toutes les formes de traite des personnes, que j’ai acquise ces 22 dernières années au Manitoba, dans l’ensemble du Canada et aux États-Unis, me sera d’une aide précieuse dans mon travail en collaboration avec des organismes communautaires, des personnes ayant elles-mêmes vécu la traite des personnes, les organismes de protection de l’enfance, le secteur de l’application de la loi, et les dirigeants autochtones et leurs communautés, sur ce sujet très important. »

Jennifer Richardson

directrice du Bureau provincial de coordination de la lutte contre la traite des personnes

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Éducation et formation Gouvernement Santé et bien-être Domicile et communauté Travail et emploi Lois et sécurité Régions rurales et du Nord Autochtones Enfants et adolescents Consommateurs Francophones Nouveaux venus Parents Personnes ayant des déficiences Personnes âgées Femmes Réduction de la pauvreté