Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario soutient des services spécialisés destinés aux survivantes et survivants de la traite des personnes

Communiqué archivé

L'Ontario soutient des services spécialisés destinés aux survivantes et survivants de la traite des personnes

Les partenaires de première ligne proposeront de nouveaux programmes de soutien axés sur les survivantes et survivants ainsi que des initiatives en matière de prévention

L'Ontario aide les survivantes et survivants de la traite des personnes à se rétablir et à reconstruire leur vie grâce à de nouveaux programmes et services conçus pour répondre à leurs besoins singuliers et souvent complexes, ainsi qu'à des initiatives visant à prévenir cette pratique.

La ministre des Services sociaux et communautaires, la Dre Helena Jaczek, et la ministre de la Condition féminine, Indira Naidoo-Harris, ont annoncé le soutien du Fonds de soutien communautaire à la lutte contre la traite des personnes et du Fonds pour les initiatives autochtones à 45 projets visant à mettre fin à la traite des personnes et à soutenir les survivantes et survivants. On compte parmi eux :

  • la clinique East Metro Youth Services de Toronto, qui offrira des programmes de mentorat entre pairs, de sensibilisation du public et de traitement des traumatismes ainsi que des soutiens visant à aider les familles à assurer la réintégration des survivantes et survivants;
  • l’organisme Voice Found d’Ottawa, qui élaborera un programme mené par une infirmière praticienne ou un infirmier praticien qui fournira aux survivantes et survivants de la traite des personnes âgés d’au moins 13 ans un accès à un éventail de services de santé dans un milieu sécuritaire où aucun jugement n’est porté et l’aspect culturel est pris en compte;
  • Legal Assistance of Windsor, qui interviendra en cas de crise, apportera l’aide nécessaire pour s’orienter dans le système judiciaire et assurera l’éducation et la sensibilisation, en mettant l’accent sur le trafic et l’exploitation de main-d’œuvre;
  • l’Ontario Native Women’s Association, qui mettra sur pied une équipe d’intervention en matière de traite des personnes afin de répondre 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 aux femmes vulnérables ou s’échappant d’une situation de traite. Tout un large éventail de services axés sur les clientes sera offert grâce à une approche reposant sur les atouts, qui tient compte de l’expérience de survivantes.

La traite des personnes est un crime regrettable ainsi qu’une violation des droits de la personne qui prive les victimes d’exploitation et de maltraitance de leur sécurité, de leur moyen de subsistance et de leur dignité. Étant donné que les survivantes et survivants sont contrôlés mentalement, physiquement et émotionnellement par les trafiquants, il leur est difficile de s’échapper et de trouver de l’aide. Les personnes trouvant une échappatoire ont souvent besoin de soutien dans un ensemble de domaines, comme le conseil aux personnes traumatisées, les soins pour les personnes toxicomanes et la formation professionnelle.

Ce financement représente une étape importante dans la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes, annoncée en juin 2016 et dont la durée est de quatre ans. Le gouvernement s’engage à lutter contre la traite des personnes afin d’assurer à tous les habitants de la province la possibilité de vivre en sécurité - à l’abri de toute menace, peur ou souffrance liée à l’exploitation et à la violence.

Faits en bref

  • À la suite d’un appel à candidatures concurrentiel pour le Fonds de soutien communautaire à la lutte contre la traite des personnes et le Fonds pour les initiatives autochtones, l’Ontario verse un montant d’environ 18,6 millions de dollars à 44 partenaires et organismes pour des projets d’une durée maximale de trois ans dans le cadre de la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes.
  • Des centaines de partenaires se sont engagés à fournir des renseignements afin de créer ces nouveaux fonds, notamment ceux qui travaillent pour les services aux victimes ou à l’enfance et à la jeunesse, les soins de santé, l’éducation et la violence faite aux femmes, ainsi que des partenaires et des communautés autochtones.
  • Un financement supplémentaire sera versé dans le cadre du Programme d’investissement dans le logement abordable (PILAO), un programme fédéral-provincial conjoint qui finance la construction et la réparation de logements abordables, l’aide en matière de versement comptant pour l’accession à la propriété et l’aide en matière de location à l’attention des familles et des personnes dans le besoin, telles que les survivantes et survivants de la traite des personnes.
  • La Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes comprend un investissement de 72 millions de dollars maximum, destiné à accroître la sensibilisation et la coordination et à améliorer les initiatives du secteur judiciaire ainsi que l’accès aux services pour les survivantes et survivants.
  • L’Ontario est un centre important de la traite des personnes au Canada, comptabilisant plus de deux tiers des cas signalés à l’échelle nationale.
  • Parmi les cas de traite des personnes signalés en Ontario, la plupart concerne l’exploitation sexuelle, et la majorité des survivantes et survivants concernés sont des citoyens canadiens ou des résidents permanents.
  • En Ontario, les filles et les femmes autochtones comptent parmi les groupes de victimes les plus ciblés et surreprésentés.

Document d’information

Ressources additionnelles

Citations

« Certaines personnes peuvent être choquées d’apprendre l’existence de la traite des personnes en Ontario, mais ce n’est aucunement une surprise pour nos partenaires travaillant avec des survivantes et survivants depuis des années. Ce soutien implique la disponibilité d’un personnel spécialisé et de ressources pour aider les survivantes et survivants à surmonter leur traumatisme afin de pouvoir vivre librement et contrôler leur vie. »

Dre Helena Jaczek

ministre des Services sociaux et communautaires

« La traite des personnes est un crime brutal qui prive les victimes de leur sécurité et de leur moyen de subsistance, causant souvent un traumatisme dévastateur et durable. Il est vraiment important de disposer de services spécialisés répondant aux besoins des survivantes et survivants. Le travail acharné de nos partenaires communautaires au niveau local aidera les survivantes et survivants de la traite des personnes à accéder à des services essentiels pour reconstruire leur vie et se rétablir. »

Indira Naidoo-Harris

ministre de la Condition féminine

« La traite des personnes est un crime répréhensible ayant un impact important sur les femmes et les jeunes autochtones. Les organismes autochtones ontariens jouent un rôle clé dans le soutien aux survivantes et survivants de la traite des personnes. L’annonce d’aujourd’hui garantira à ces organismes la possibilité de continuer à fournir aux survivantes et survivants des services intégrés adaptés à leur culture au sein de leurs collectivités. »

David Zimmer

ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation

« Le programme 360°kids HOPE offrira un logement de première étape et de transition accompagné de services intégrés aux survivantes et survivants de la traite des personnes âgés de 16 à 26 ans. Ces services soutiendront les victimes en leur garantissant une prise en charge axée sur les traumatismes, un logement sécuritaire, un environnement réconfortant, un accompagnement médical et des compétences de vie favorisant une transition positive vers un mode de vie adulte sain. »

Bonnie Harkness

360°kids

« Le programme Aakode’ewin admet que les filles et femmes autochtones victimes de la traite des personnes sont plus que des survivantes : ce sont des combattantes. Le programme respecte l’autonomisation des femmes et répondra à leurs besoins grâce à des fournisseurs de services sensibilisés aux traumatismes, au sein d’espaces sécuritaires et comblant leurs besoins immédiats ainsi qu’à long terme. »

Cora-Lee McGuire-Cyrette

Ontario Native Women’s Association

« La collaboration et la prise en charge axée sur les traumatismes sont essentielles pour répondre aux besoins complexes des victimes de la traite des personnes. La clinique HEALTH élaborera un modèle tenant compte de ces deux éléments et offrira aux survivantes et survivants l’occasion d’être embauchés et d’utiliser leur expérience pour éduquer autrui. »

Cynthia Bland

Voice Found

Renseignements

Partager

Sujets

Santé et bien-être Domicile et communauté Travail et emploi Lois et sécurité Régions rurales et du Nord Autochtones Francophones Nouveaux venus Parents Personnes ayant des déficiences Femmes Réduction de la pauvreté