Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Appui de la recherche en génomique de calibre mondial à Guelph

Document d'information archivé

Appui de la recherche en génomique de calibre mondial à Guelph


Université de Guelph

Comprendre la génomique du maïs pour réaliser la durabilité agricole
Chercheur principal : M. Steven Rothstein
Financement provincial : 2 792 542 $
Nombre de chercheurs et chercheuses touchés : 10

La demande croissante d'aliments dans des nations qui se développent comme la Chine et l'Inde, les réserves en baisse et la hausse des coûts de l'énergie des combustibles fossiles, ainsi que le changement climatique du globe éprouvent comme jamais auparavant la productivité agricole. Le maïs est une grande culture de l'Ontario, qui engendre plus d'un milliard de dollars par an pour l'économie. La recherche de l'université de Guelph, avec son partenaire industriel Syngenta, se concentrera sur l'aptitude du maïs à utiliser plus efficacement les engrais à base d'azote et à utiliser l'eau dans des conditions de stress. Comme les engrais à base d'azote sont une grande source de pollution, en réduire l'utilisation en amoindrira les effets environnementaux. La recherche identifiera les gènes qui régissent la croissance des plantes et en altèrent l'activité, afin de cibler des caractéristiques pour l'amélioration de la plante. L'information génomique obtenue dans l'étude du maïs peut se transférer à d'autres cultures importantes de grains, comme l'orge, le riz et le blé.

Partenaires clés du secteur privé :
Syngenta

Codage environnemental à barres par séquençage hyperparallélisé
Chercheur principal : M. Paul Hebert
Financement provincial : 400 000 $
Nombre de chercheurs et chercheuses touchés : 5

L'attribution d'un code à barres de l'ADN comporte l'analyse de variations dans la séquence d'une région sélectionnée d'un gène particulier, cytochrome c oxydase I mitochondriale (COI) dans chacune des espèces. Grâce à ces codages à barres de l'ADN, il sera possible d'identifier tout organisme, qu'il soit jeune ou adulte, de sexe masculin ou féminin, à partir d'un minuscule fragment de tissu. Tous les codes à barres de l'ADN sont conservés dans les Barcode of Life Data Systems (BOLD), utilisés pour toutes les campagnes internationales de codes à barres dans le Consortium for the Barcode of Life (CBOL). Le groupe canadien, dirigé par M. Paul Hebert et financé par l'intermédiaire d'un projet-concours III de Génome Canada, est un chef de file dans le domaine et il a fourni nombre de relevés de BOLD. Ce projet de conception technologique, la première application de l'information contenue dans BOLD, étendra le protocole actuel, qui consiste en une simple analyse d'échantillon, et mettra au point de nouveaux outils informatiques pour permettre l'analyse d'échantillons biotiques, d'où la possibilité de « codage environnemental à barres » et de surveillance de la biodiversité de tout échantillon environnemental.

Partager