Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Soutenir la recherche sur le cancer en Ontario

Document d'information archivé

Soutenir la recherche sur le cancer en Ontario

Grâce à une subvention du gouvernement de l'Ontario, l'Institut ontarien de recherche sur le cancer (IORC) injectera 6,4 millions de dollars dans le Programme de recherche sur les services de santé. La subvention s'inscrit dans l'aide soutenue que le gouvernement provincial destine à des travaux de recherche de classe internationale sur les traitements et la prévention des cancers. Sont parmi les travaux de recherche du Programme de recherche sur les services de santé :

Aider les personnes qui subissent une chimiothérapie à éviter les salles des urgences

Un nombre préoccupant de personnes atteintes d'un cancer - près de la moitié d'entre elles - qui suivent une chimiothérapie après s'être fait opérer d'un cancer du sein ou du côlon se rendent dans une salle des urgences pendant leur traitement. Dans le cadre du nouveau projet de prise en charge de la toxicité des traitements chez les patients ambulatoires (Ambulatory Toxicity Management Project), des chercheurs essaient de voir si la surveillance proactive des symptômes aide à améliorer la sûreté et la qualité de vie des patients qui subissent une chimiothérapie, pour que ceux-ci puissent mieux gérer leur traitement et éviter d'avoir à se rendre aux urgences.

(Étude dirigée par la Dre Monika Krzyzanowska, Institute for Clinical Evaluative Sciences,et la Dre Eva Grunfeld, Institut de recherche de l'Hôpital Women's College.)

Améliorer le soulagement de la douleur chez les personnes atteintes d'un cancer en Ontario

Chez le tiers des cancéreux qui éprouvent des douleurs aiguës, les médicaments qui leur sont administrés ne sont pas modifiés pour les soulager. Cette étude vise à aider à mieux soulager les personnes atteintes d'un cancer, pour qu'elles aient une meilleure qualité de vie.

(Étude dirigée par la Dre Lisa Barbera, Centre Sunnybrook des sciences de la santé.)

Améliorer les répercussions des maladies chroniques chez les personnes qui ont survécu à un cancer

Près de 500 000 Ontariens ont été atteints d'un cancer. Des études ont montré que les difficultés sont multipliées pour ces personnes quand elles souffrent aussi d'une maladie chronique (p. ex., le diabète). Des chercheurs étudient l'effet du diabète sur les traitements contre le cancer, ainsi que l'effet du cancer sur les traitements pour le diabète, le but étant d'améliorer la qualité de vie des patients.

(Étude dirigée par la Dre Lorraine Lipscombe, Institut de recherche de l'Hôpital Women's College.)

Améliorer le suivi chez les personnes dont la RSOSg s'est révélée positive

Près de 30 p. 100 des personnes dont la recherche de sang occulte dans les selles par le test au gaïac s'est révélée positive n'ont pas obtenu un prompt suivi. Des chercheurs ont commencé, en 2009, à étudier des façons d'accroître le nombre de personnes qui se prêtent à un dépistage de tumeurs. Ils s'entretiennent aujourd'hui avec des médecins et des patients pour relever les barrières courantes et font un examen systémique, afin de relever les interventions et de mettre sur pied une étude d'intervention aléatoire pour garantir un prompt suivi après le dépistage.

(Étude dirigée par la Dre Jill Tinmouth, Centre Sunnybrook des sciences de la santé.)

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Domicile et communauté Travail et emploi