Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Aider les entreprises de technologies propres à croître et à être concurrentielles partout dans le monde

Bulletin archivé

Aider les entreprises de technologies propres à croître et à être concurrentielles partout dans le monde

La Société ontarienne de financement de la croissance recherche des gestionnaires de fonds

Le gouvernement de l'Ontario va lancer le Fonds de capital-risque pour le secteur des technologies propres. Cela va aider les entreprises spécialisées dans les technologies propres à obtenir les capitaux dont elles ont besoin pour prendre de l'essor et créer des emplois.

La Société ontarienne de financement de la croissance (SOFC), un organisme qui gère la participation de la province dans des fonds de capital-risque, a publié une déclaration d'intérêt afin de trouver des gestionnaires de fonds qui s'associeraient avec d'autres investisseurs institutionnels, tels que des sociétés, des banques et des fonds de retraite.

Le Fonds de capital-risque pour le secteur des technologies propres est conçu pour aplanir les difficultés auxquelles se heurtent les entreprises de technologies propres innovantes et très prometteuses quand elles veulent mobiliser des capitaux. Il va aussi aider à créer des emplois en Ontario et à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de l'engagement que l'Ontario a pris de créer un environnement plus propre et plus sain par le Plan d'action contre le changement climatique.

Aider les entreprises de technologies propres à croître et à être concurrentielles partout dans le monde fait partie de notre plan visant à créer des emplois, à stimuler notre économie et à améliorer la vie quotidienne de notre population. 

Faits en bref

  • En 2016, l’Ontario s’est classé au sixième rang en Amérique du Nord pour le financement de capital-risque, un progrès par rapport à 2009, quand la province avait été classée au quatorzième rang.
  • Le secteur des technologies propres de l’Ontario est celui au Canada dont la croissance est la plus forte. Il réalise un chiffre d’affaires de huit milliards de dollars et comprend 3 000 entreprises et 65 000 employés.
  • Le gouvernement de l’Ontario a affecté, depuis 2003, plus de 575 millions de dollars à plus de 1 500 projets de recherche et de commercialisation reliés aux technologies propres et à la bioéconomie.
  • Dans le cadre du budget de 2016, le gouvernement de l’Ontario a injecté 55 millions de dollars pour créer le Fonds de capital-risque pour le secteur des technologies propres afin d’attirer des investissements du secteur privé pour obtenir, en contrepartie, une part d’intérêt dans des entreprises de technologies propres.
  • Le Fonds de capital-risque pour le secteur des technologies propres fait partie de l’Initiative ontarienne pour la croissance des entreprises. Prévue pour cinq ans et dotée d’un budget de 400 millions de dollars, cette initiative aide à faire croître l’économie et à créer des emplois en favorisant une économie axée sur l’innovation, en aidant les petites entreprises à prendre de l’essor et en modernisant les règlements que doivent observer les entreprises.
  • Le Fonds de capital-risque pour le secteur des technologies propres fera fond sur le succès des initiatives d’investissement de l’Ontario, dont le Fonds ontarien de capital-risque et le Northleaf Venture Catalyst Fund. Ces fonds ont permis d’injecter des capitaux dans un certain nombre d’entreprises établies en Ontario qui prospèrent, dont eSentire, FreshBooks, Wattpad et Shopify.

Ressources additionnelles

Citations

« Nous devons renforcer l’écosystème de l’innovation de l’Ontario pour aider un nombre accru d’entreprises à forte croissance à obtenir le capital-risque dont elles ont besoin pour rester concurrentielles dans l’économie mondiale d’aujourd’hui. C’est pourquoi notre gouvernement soutient la création d’un nouveau fonds de capital-risque, qui va permettre d’immobiliser des fonds dans des entreprises de technologies propres, d’aider à créer de bons emplois et de garder notre environnement propre et sain pour toute la population ontarienne. »

Reza Moridi

ministre de la Recherche, de l’Innovation et des Sciences

« Le financement de capital, dont le capital-risque, est crucial pour les entreprises en démarrage, en premier développement et en expansion. La SOFC est ravie de pouvoir jouer un rôle dans l’important secteur des technologies propres de l’Ontario. »

Annie ‎Ropar

membre du conseil d’administration de la Société ontarienne de financement de la croissance

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Travail et emploi