Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario élimine les formalités administratives et soutient l'investissement et la création d'emplois

Communiqué

L'Ontario élimine les formalités administratives et soutient l'investissement et la création d'emplois

Le gouvernement élimine les obstacles réglementaires pour favoriser la prospérité dans le secteur de l’automobile

WINDSOR ― Le gouvernement de l'Ontario a annoncé d'autres mesures pour aider à créer et à protéger des emplois dans le secteur automobile. En février, le gouvernement a lancé son plan Piloter la prospérité dans le secteur de l'automobile, qui vise à relever les défis de la compétitivité, de l'innovation et du talent. Le gouvernement s'est donné comme priorité de réduire les formalités administratives et de rétablir l'avantage concurrentiel de l'Ontario. Aujourd'hui, il tient sa promesse.

« Chaque mesure administrative dont nous nous débarrassons est un dollar de plus d'épargné et un nouvel emploi créé », a déclaré Todd Smith, ministre du Développement économique, de la Création d'emplois et du Commerce de l'Ontario et ministre responsable de la réduction des formalités administratives et du fardeau réglementaire. « Notre gouvernement réduit les formalités administratives parce que lorsque nos créateurs d'emplois passent moins de temps à remplir de la paperasse, ils passent plus de temps à créer et à protéger des emplois pour les familles ontariennes. »

L'Ontario apporte une série de modifications à la réglementation afin de mettre le gouvernement à l'écart des créateurs d'emplois dans le secteur de l'automobile - et d'autres secteurs manufacturiers. Ceci inclut de s'attaquer à un irritant réglementaire coûteux et lourd dans le secteur de l'automobile. À l'heure actuelle, les constructeurs qui mettent quelques litres d'essence dans un véhicule fraîchement sorti de la chaîne de montage pour le conduire à un centre de distribution doivent demander une exemption de la réglementation de leur usine comme s'il s'agissait d'une station-service. La modification proposée exempterait toutes les usines d'automobiles de cette exigence inutile.

« Nous faisons en sorte qu'il soit plus rapide, plus facile et moins coûteux pour les entreprises de se conformer aux règlements dont nous avons besoin, tout en supprimant les règlements qui ne font rien pour protéger la santé et la sécurité des travailleurs », a déclaré M. Smith. « Avec moins de paperasserie, l'Ontario verra plus d'investissements. Cela signifie que nous avons besoin de terrains prêts à construire pour attirer les prochaines usines Honda, Toyota, Fiat Chrysler, GM ou Ford. Et c'est pourquoi notre gouvernement a annoncé le défi Place à l'emploi pour identifier les terrains prêts à construire pour le prochain constructeur d'automobiles. »

Le gouvernement lancera le défi Place à l'emploi plus tard cet été, en énonçant les critères du chantier et en invitant les municipalités et les promoteurs immobiliers privés à présenter des propositions de chantier. Ces sites seront évalués et ceux qui sont jugés réalisables seront certifiés à l'échelle internationale par des professionnels de la sélection de sites. Les premiers sites certifiés devraient être mis à la disposition des investisseurs à l'automne 2020. Ils passeront ensuite par un processus d'approbation rapide pour les licences, les permis et les approbations environnementales nécessaires à la construction ou à l'agrandissement d'une usine.

Faits en bref

  • Le secteur de l’automobile emploie plus de 100 000 personnes directement en Ontario dans le secteur de l’assemblage et de la fabrication de pièces d’automobiles, offrant des emplois bien rémunérés à tous les niveaux de compétence. Il contribue pour près de 14 milliards de dollars à l’économie de l’Ontario.
  • Le secteur manufacturier, y compris le secteur de l’automobile, représente 91 milliards de dollars du PIB en Ontario et emploie directement plus de 760 000 travailleurs dans la province.
  • Le gouvernement s’efforce de juguler la grave érosion de la base industrielle de l’Ontario. De 2003 à 2009, l’Ontario a perdu 320 000 emplois dans le secteur manufacturier et n’a connu aucun gain net depuis.

Document d’information

Ressources additionnelles

Citations

« Les mesures prises aujourd’hui par l’Ontario réduiront le dédoublement et l’inefficacité de la réglementation, tout en introduisant certaines modifications qui reflètent mieux l’environnement commercial actuel dans lequel l’industrie automobile évolue. Ces mesures aideront le secteur manufacturier à devenir plus rentable et plus concurrentiel sur le marché mondial. »

Mark Nantais

président, Association canadienne des constructeurs de véhicules

« L’Association canadienne du propane est heureuse de voir le gouvernement agir rapidement pour mettre à jour les règlements désuets et coûteux de notre industrie. Les exigences actuelles imposent un fardeau indu à nos membres, et nous accueillons et encourageons les changements qui apportent du bon sens à notre industrie. »

Nathalie St-Pierre

présidente et chef de la direction, Association canadienne du propane

« Nous nous réjouissons de l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement de l’Ontario, qui réduira davantage le fardeau réglementaire des constructeurs. Plus précisément, nous avons été satisfaits des mesures visant à moderniser les pratiques de conformité environnementale, à moderniser les exigences en matière de santé et de sécurité au travail et à offrir aux employeurs un accès gratuit et instantané à la vérification de la formation des employés. Nous avons hâte de travailler avec le gouvernement de l’Ontario à la mise en place d’un système de réglementation souple et de calibre mondial qui appuie l’innovation et l’investissement, tout en protégeant l’environnement, la santé et la sécurité des Ontariens. »

Dennis A. Darby

président et chef de la direction, Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC)

Renseignements pour les médias

  • Christine Wood

    Ministère du Développement économique, de la Création d’emplois et du Commerce

    christine.wood@ontario.ca

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Travail et emploi