Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Le gouvernement annonce la création du tout premier Groupe de travail sur le numérique et les données de l'Ontario et dévoile la deuxième phase des consultations sur la Stratégie en matière de données

Document d'information

Le gouvernement annonce la création du tout premier Groupe de travail sur le numérique et les données de l'Ontario et dévoile la deuxième phase des consultations sur la Stratégie en matière de données

Le gouvernement de l'Ontario est en train d'élaborer une stratégie provinciale qui accordera la priorité à la population en l'aidant, ainsi que les entreprises, à profiter directement de l'économie des données, tout en assurant la protection de la vie privée.

Aujourd'hui, le gouvernement a annoncé la mise sur pied du Groupe de travail ministériel sur le numérique et les données ainsi qu'une série de consultations sur place et en ligne afin de recueillir de l'expertise et des idées pour élaborer et mettre en œuvre une stratégie de pointe en matière de données.

Ces consultations auront lieu au cours de l'été dans six villes de l'Ontario. Il s'agit de la deuxième phase des consultations dans le cadre de l'élaboration de la Stratégie ontarienne en matière de données.

Résultats de la première phase :

Un sondage en ligne de 13 questions a été présenté dans le site Web Ontario.ca pendant 31 jours, soit jusqu'au 7 mars 2019. La consultation a permis de recueillir 773 commentaires de répondants intéressés par les sujets présentés.

  • 83 pour cent des répondants estiment que les entreprises n'expliquent pas bien ce qu'elles comptent faire avec les données publiques.
  • La majorité des répondants ont indiqué que le gouvernement devrait être en mesure d'échanger les données en toute sécurité entre les ministères afin de rationaliser et d'améliorer les interactions entre les citoyens et le gouvernement.
  • 40 pour cent des répondants pensent que le gouvernement devrait avoir un certain contrôle sur la façon dont les entreprises utilisent les données personnelles, et 73 pour cent pensent qu'elles devraient elles-mêmes avoir un certain contrôle.
  • 79 pour cent des répondants croient que les données sur les particuliers et les entreprises de l'Ontario ont besoin d'une protection accrue.
  • La majorité des répondants ont indiqué que le fait de permettre au gouvernement d'échanger les données en toute sécurité entre les ministères simplifiera et améliorera l'interaction entre les citoyens et le gouvernement.
  • La majorité des répondants ont indiqué qu'ils aimeraient que le gouvernement publie de façon responsable une plus grande quantité de ses propres données aux entreprises afin de les aider à offrir de nouveaux emplois, produits et services aux Ontariennes et Ontariens.
  • Une grande partie des répondants ont exprimé des craintes ou préoccupations au sujet des atteintes à la protection des données, du vol d'identité, du piratage informatique, du manque de contrôle personnel sur la façon dont les données sont utilisées et d'un excès de surveillance et de suivi.
  • Près de la moitié des répondants étaient ouverts à l'idée d'une nouvelle loi gouvernementale pour répondre à ces craintes et préoccupations.
  • En ce qui concerne le Groupe de travail, les répondants ont suggéré que les personnes nommées comme membre du Groupe de travail se concentrent sur la protection de la vie privée, la sécurité et la gérance des données (55 pour cent), la gouvernance et la responsabilisation (42 pour cent), l'utilisation des données par le gouvernement (42 pour cent) et l'accès, la qualité et l'utilisation éthique (34 pour cent). Les répondants ont également suggéré que les personnes nommées comme membres du Groupe de travail soient des experts en la matière et possèdent une connaissance approfondie (54 pour cent) et de solides antécédents professionnels (50 pour cent).

Deuxième de phase de consultations à l'échelle de la province :

La deuxième phase des consultations comprendra des tables rondes avec les intervenants et le public dans six villes de la province :

  • Sault Ste. Marie
  • Sarnia
  • Stratford
  • Ottawa
  • Peterborough
  • Toronto

Membres du Groupe de travail :

L'équipe qui forme le Groupe de travail est diversifiée et équilibrée. Ses membres sont nommés en fonction de leurs connaissances, expertises, compétences et antécédents.

Présidente

Linda Mantia est l'ancienne première vice-présidente directrice et directrice des opérations du groupe de la Financière Manuvie où elle était responsable de la technologie, de l'analytique avancée, du marketing, de la stratégie organisationnelle, du développement de l'entreprise, de l'innovation et des affaires réglementaires publiques. Avant Manuvie, Mme Mantia a été vice-présidente directrice, Cartes, paiements et numérisation, à la Banque Royale du Canada. Plus tôt dans sa carrière, elle a été experte-conseil en gestion chez McKinsey & Co. et avocate spécialisée en valeurs mobilières pour le cabinet Davies, Ward, Phillips & Vineberg LLP. Mme Mantia a été reconnue deux fois comme l'une des 100 femmes les plus influentes du Canada par le Réseau des femmes exécutives. Mme Mantia est titulaire d'un baccalauréat en droit de l'Université Queen's.

Vice-président

Bryan Smith est cofondateur et PDG de ThinkData Works, une entreprise de technologie de Toronto qui facilite le traitement et l'affinement des données pour des gouvernements, des banques et des entreprises du Canada et du monde entier. M. Smith a exercé auparavant les fonctions de conseiller principal en politiques pour le président du Conseil du Trésor du Canada et a contribué à mettre en œuvre « l'éthique de l'optimisation des ressources », ce qui a permis d'économiser plus de 7 milliards de dollars par an. M. Smith est titulaire d'un baccalauréat de l'Université Wilfrid Laurier.

Membres du Groupe de travail

Bilal Khan est le directeur général et chef de Deloitte Data, où il est chargé de participer à l'élaboration et à l'exécution du programme de données et d'innovation de Deloitte, ainsi que de l'élaboration de stratégies et de transformations pour les données des clients du cabinet. M. Khan a été, avant cela, le PDF fondateur de OneEleven, un centre d'innovation à grande échelle, spécialisé dans l'aide à la commercialisation des technologies et au développement des opérations pour les entreprises en démarrage à forte croissance. Il a été auparavant directeur des politiques et conseiller principal pour trois ministres consécutifs du Développement économique, du Commerce et de l'Innovation de la province de l'Ontario. M. Khan est titulaire d'un baccalauréat en droit de l'Université de Windsor.

Avner Levin est professeur à la Ted Rogers School of Management, au département du droit et des affaires. Il est le directeur fondateur de l'Institut de la cybercriminalité et de la vie privée de l'Université Ryerson. Les recherches de M. Avner Levin, Ph. D., portent sur la réglementation et la protection, par voie légale, de la vie privée et des renseignements personnels, en ligne et dans les médias sociaux. Il a reçu des fonds d'organismes comme le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et Sécurité publique Canada. Ses travaux ont été publiés dans l'American Business Law Journal, le Canadian Journal of Law and Technology, le Canadian Journal of Comparative and Contemporary Law et l'International Journal of Information Security, entre autres. Le professeur Levin est titulaire d'un baccalauréat ès sciences et en droit de l'Université de Tel-Aviv et d'une maîtrise et d'un doctorat en droit de l'Université de Toronto.

Maithili Mavinkurve est cofondatrice et directrice générale des opérations de Sightline Innovation, une des entreprises d'intelligence artificielle les plus anciennes du Canada. Reconnue pour son rôle de pionnière dans ce secteur, Mme Mavinkurve a été désignée comme l'une des 30 femmes les plus influentes en IA au Canada. Elle a été auparavant membre de la Table sur les industries numériques de la stratégie économique fédérale où elle a dirigé le sous-groupe qui a élaboré la stratégie nationale sur les données et les recommandations sur la propriété intellectuelle. Mme Mavinkurve a également représenté le Canada aux réunions ministérielles du G7 sur l'IA et l'avenir du travail. Elle détient un baccalauréat ès sciences appliquées de l'Université de Toronto et un permis d'ingénieur de l'Ordre des ingénieurs de l'Ontario.

Shyam Oberoi est le directeur des services numériques du Musée royal de l'Ontario où il supervise la stratégie numérique et technologique. Avant cela, il a occupé des postes de direction au Dallas Museum of Art et au Metropolitan Museum of Art où il était responsable des créations multimédias, de l'interactivité des galeries, des services techniques et des expériences mobiles. M. Oberoi a été auparavant ingénieur en logiciel pendant plus d'une décennie. Il est titulaire d'un baccalauréat en informatique du Manhattan College et d'une maîtrise de l'Université de New York.

Mark Sakamoto est un entrepreneur et un investisseur en santé numérique et en médias numériques. Il exerce actuellement les fonctions de vice-président directeur de Think Research, un important fournisseur de solutions cliniques axées sur l'informatique en nuage. Juriste de formation, M. Sakamoto a travaillé dans un cabinet d'avocats national et a été conseiller politique principal du chef d'un parti politique national. Mark a été auparavant directeur général pour la Société Radio-Canada, spécialisé dans les ententes relatives au contenu. Il est titulaire d'un baccalauréat en droit de l'Université Dalhousie.

Kirsten Thompson est actuellement associée chez Dentons Canada LLP, où elle dirige le groupe national des technologies transformatrices et de la stratégie sur les données. Son travail est axé sur les industries axées sur les données et les technologies perturbatrices et c'est une juriste de pointe, spécialisée dans des domaines comme l'identité numérique, les données ouvertes, les applications d'analyse de données et la stratégie des données d'entreprise. Mme Thompson a été auparavant associée au cabinet McCarthy Tetrault LLP. Sur le plan communautaire, elle siège au conseil d'administration de la Canadian Technology Law Association et est membre du Comité consultatif sur un système bancaire ouvert pour le gouvernement du Canada. Mme Thompson est titulaire d'un baccalauréat en droit de la faculté de droit d'Osgoode Hall et d'un doctorat en droit de l'Université Queen's.

Renseignements pour les médias

Partager