Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Déclaration du ministre Rickford à l'occasion de la Journée des vétérans autochtones

Déclaration

Déclaration du ministre Rickford à l'occasion de la Journée des vétérans autochtones

ministère des Affaires Autochtones

Aujourd'hui, l'honorable Greg Rickford, ministre des Affaires autochtones, a fait la déclaration suivante en l'honneur de la Journée des vétérans autochtones:

«C'est un honneur et un privilège pour moi de pouvoir saluer la bravoure, le service et le sacrifice des anciens combattants Inuits, Métis et de Premières Nations, au nom de notre pays, au cours de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre de Corée ainsi que des conflits subséquents où des membres des Forces canadiennes ont sacrifié leur vie.

Pendant toute notre histoire, même avant la Confédération, des Autochtones ont combattu, saigné et perdu la vie en tant qu'alliés de la Couronne et en défense de la liberté du Canada. Aux côtés des Anglais durant les années formatrices du Canada, les Autochtones ont pris part à la guerre de 1812 qui est un exemple parfait du courage et de l'esprit guerrier des combattants Autochtones. Plus de 10 000 d'entre eux ont répondu à l'appel pour défendre nos terres contre l'invasion étrangère. Près de 100 ans plus tard, au cours de la Première Guerre mondiale, malgré le fait qu'ils étaient exemptés de la conscription, des Autochtones se sont portés volontaires pour défendre la cause de la liberté, laissant leurs foyers, familles et communautés pour rejoindre la lutte pour la liberté.

Pendant la Grande Guerre, les soldats autochtones ont fait preuve de leurs habiletés et de leur ingéniosité. Parmi ces braves guerriers, il y avait des tireurs d'élite décorés comme Francis Pegahmagabow et Johnson Paudash, les deux de l'Ontario. Ces modèles de courage ont servi d'exemples pour le service et le sacrifice qui suivront deux décennies plus tard, lors du prochain combat du Canada contre la tyrannie.  

La Seconde Guerre mondiale a vu des Autochtones, dont des femmes, volontaires dans toutes les unités des Forces armées canadiennes. Des combattants autochtones se trouvaient parmi les équipages de frégates patrouillant l'Atlantique Nord, dans des tanks parcourant l'Europe et dans des bombardiers en mission en Allemagne. Ils ont servi au sein d'équipes d'infirmiers, de contrôleurs du trafic aérien et d'opérateurs radio, souvent utilisant la langue cri comme « Code talkers ». Dans tous les cas, ceux et celles qui sont revenus de la guerre se sont servis de cette expérience pour contribuer à l'établissement de leurs communautés, de nombreux anciens combattants formant le mouvement des centres de l'amitié en milieu urbain, après la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd'hui, les Ontariens et Ontariennes de tout âge et de tout horizon ont une dette de gratitude envers les milliers de fiers vétérans Autochtones qui ont servi et sacrifié leur vie au nom du Canada. N'oublions pas.

Nya:weh. Miigwetch. Marsi. Merci.»

Renseignements pour les médias

Partager