Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Élimination graduelle du charbon en Ontario

Document d'information archivé

Élimination graduelle du charbon en Ontario

Lorsque sera terminée l'élimination graduelle du charbon, en 2014, les 19 unités alimentées au charbon des centrales de l'Ontario Power Generation de la province auront fini d'utiliser le charbon comme combustible. Sur les 19 unités, huit sont déjà fermées :

  • Quatre unités de la centrale de Lakeview à Mississauga en 2005
  • Deux unités de la centrale de Nanticoke près de Simcoe en 2010
  • Deux unités de la centrale de Lambton près de Sarnia en 2010

La production axée sur le charbon a considérablement diminué. En 2009, la production au charbon atteignait son niveau le plus bas en 45 ans. Au cours des 10 dernières années, la production d'électricité à partir du charbon était passée de 27 pour cent à 7 pour cent de l'électricité nécessaire pour répondre aux besoins de l'Ontario.

Du charbon à une énergie plus propre

Depuis 2003, plus de 8 000 mégawatts (MW) d'électricité propre ont été ajoutés au réseau de l'Ontario. Cette quantité d'électricité est suffisante pour alimenter des villes de la taille d'Ottawa et de Toronto, étant donné la demande actuelle. Avant 2003, aucun nouvel investissement d'importance n'avait été fait dans la production d'électricité depuis près de 10 ans.

Après la fermeture des quatre unités, aujourd'hui, l'Ontario ne dépendra plus que des 4 484 MW produits par les 11 unités alimentées au charbon toujours en fonction, pour assurer un approvisionnement suffisant et fiable en électricité afin d'alimenter nos foyers et nos entreprises en période de pointe.

Le plan énergétique à long terme de l'Ontario - rendu public plus tard cette année - précisera les étapes à venir concernant l'avenir de l'Ontario sans charbon, ainsi que les mesures prises pour s'assurer une énergie propre, additionnelle, suffisante pour alimenter nos foyers et nos entreprises.

L'avenir des centrales au charbon

L'Ontario étudie la faisabilité de convertir certaines de ses 11 unités, afin de pouvoir utiliser d'autres combustibles, comme le gaz naturel ou la biomasse, qui est une source de combustible renouvelable. Dans le cadre d'un programme pilote, le gouvernement a récemment demandé à l'Office de l'électricité de l'Ontario de négocier, avec l'Ontario Power Authority, une entente visant à acheter de la centrale d'Atikokan de l'électricité produite grâce à la biomasse. Ce projet permettra de créer jusqu'à 200 emplois en construction et contribuera à conserver les emplois existants à la centrale. L'on s'attend à ce que le projet prenne jusqu'à trois ans à mener à terme et produise 150 millions de kilowatts-heures d'électricité de source renouvelable, soit suffisamment pour alimenter 15 000 foyers pendant un an. Le gouvernement évalue les options possibles pour les trois autres centrales alimentées au charbon.

L'ontario montre la voie d'un avenir sans charbon

L'Ontario est le premier territoire en Amérique du Nord - et l'un des premiers au monde - à imposer par voie législative la fin de la production d'électricité axée sur le charbon.

Selon des données récentes provenant de la U.S. Energy Information Administration, 25 états américains dépendaient du charbon pour la production de plus de 50 pour cent de leur électricité en 2008 (y compris neuf états où le charbon était à l'origine de 75 pour cent ou plus de la production totale d'électricité).

En 2008, trois provinces canadiennes (la Nouvelle-Écosse, l'Alberta et la Saskatchewan) comptaient sur le charbon pour produire plus de 50 pour cent de leur électricité. L'Alberta dépendait du charbon pour produire 82 % de son électricité.

Comparativement, en 2008, plus de 75 pour cent de la production d'électricité en Ontario provenaient de sources ne produisant pas d'émissions.

Renseignements pour les médias

Partager