Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Faits clés sur la Commission géologique de l'Ontario

Document d'information archivé

Faits clés sur la Commission géologique de l'Ontario

La Commission géologique de l'Ontario, une division du ministère du Développement du Nord et des Mines, fête son 125e anniversaire en 2016.

  • La Commission géologique de l'Ontario documente et diffuse des renseignements concernant la géologie de l'Ontario, et elle met les résultats de ses travaux à la disposition du public.
  • Depuis qu'elle a été établie sous l'appellation Bureau des mines de l'Ontario le 4 mai 1891, la Commission géologique de l'Ontario a diffusé près de 14 000 produits géoscientifiques, dont quelque 10 000 cartes géoscientifiques.
  • La Section des laboratoires géoscientifiques de la Commission géologique de l'Ontario a été établie en 1898, et l'or est le premier élément qui y a été analysé.
  • Le premier géologue provincial de l'Ontario, Willet Green Miller, a été en poste de 1902 à 1925.
  • Historiquement, les géologues de la Commission géologique de l'Ontario travaillant dans le Grand Nord utilisaient des canots. La plupart des cartes étaient concentrées le long de réseaux fluviaux navigables.
  • En 1955, les bureaux de géologues résidents étaient situés à Kenora, Cobalt, Swastika et Timmins. Aujourd'hui, on compte huit bureaux. Ils sont situés à Red Lake, Kenora, Thunder Bay, Timmins, Kirkland Lake, Sault Ste. Marie, Sudbury et Tweed.
  • La Commission géologique de l'Ontario a travaillé avec la NASA sur des missions lunaires. En 1971, le personnel du Programme des géologues résidents a montré aux astronautes de la mission Apollo les caractéristiques du cratère d'impact météorique de la région de Sudbury.
  • Lorsque les scientifiques de la NASA ont visité des affleurements du socle rocheux dans le district minier de Porcupine près de Timmins, leur échantillon de roche de la planète Mars ressemblait aux roches dans le canton de Tisdale. Ils l'ont donc nommé Tisdale 2.
  • Avant qu'il soit nommé premier géologue résident de la Commission géologique de l'Ontario, H.D. Horwood a réalisé d'importants travaux de cartographie du socle rocheux dans la ceinture de roches vertes de Red Lake. On utilise encore aujourd'hui ses rapports, cartes et descriptions détaillées de terrains d'exploitation minière en surface et souterraine.
  • Le premier levé géophysique aéroporté réalisé pour la Commission géologique de l'Ontario a été en 1975 et comptait 3 102 kilomètres linéaires de levés magnétiques dans la région des lacs Bamaji-Fry.
  • En 1978, la Direction des laboratoires de recherche sur les minéraux et la Direction de la géologie se sont jointes à la Commission géologique de l'Ontario.
  • Le premier document de l'inventaire des ressources en agrégats (ARIP) a été publié en 1979. Il a été préparé pour le canton de Mono dans le comté de Dufferin. Depuis cette date, plus de 200 ARIP et rapports de dossier public ont été produits.
  • En 1992, la Commission géologique de l'Ontario est déménagée de Toronto pour s'installer dans un nouvel édifice sur le campus de l'Université Laurentienne. Le Centre Willet Green Miller porte le nom du premier géologue provincial de l'Ontario.
  • Depuis 2002, la Commission géologique de l'Ontario a carotté plus de 300 trous de forage jusqu'au socle dans le Sud de l'Ontario dans le cadre de son initiative relative aux eaux souterraines.
  • Rien qu'en 2014-2015, quelque 85 530 analyses ont été réalisées par la Section des laboratoires géoscientifiques de la Commission géologique de l'Ontario.
  • Le plus grand levé géophysique aéroporté continu (exprimé en kilomètres linéaires) réalisé par la Commission géologique de l'Ontario est le levé de 2015 visant Hearst et Smooth Rock Falls. Au total, ce levé comptait 179 377 kilomètres linéaires de levés magnétiques et spectrométriques.
  • Les travaux de cartographie de la Commission géologique de l'Ontario dans la région de Werner Lake ont abouti à un investissement de 11 millions de dollars à l'appui de l'exploration du cobalt.
  • Les géologues de la Commission géologique de l'Ontario travaillant dans le Grand Nord de l'Ontario approvisionnent leurs trousses d'urgence de rations alimentaires pour une durée de trois jours.
  • On compte 2,1 millions de kilomètres linéaires de données géophysiques aéroportées haute résolution mises gratuitement à la disposition du public par la Commission géologique de l'Ontario.
  • Chaque année, la Commission géologique de l'Ontario soumet environ 60 litres (volume total) d'eaux souterraines à la Section des laboratoires géoscientiques aux fins d'analyse chimique.
  • Les données de la Commission géologique de l'Ontario faisaient partie de travaux préliminaires qui ont déclenché le jalonnement de claims près de Fort Frances et ont abouti à la découverte du projet Rainy River de la société New Gold (cette mine devra ouvrir en 2017).
  • La Commission géologique de l'Ontario a été l'une des premières commissions géologiques du Canada à utiliser Google Earth comme plate-forme de diffusion de données géoscientiques au public et pour faciliter la visualisation des données géologiques dans un format facile à utiliser. On peut consulter presque toutes les données de la Commission géologique de l'Ontario sur la page Web OGS Earth.
  • Les données géoscientifiques de la Commission géologique de l'Ontario recueillies depuis que celle-ci a été établie peuvent être téléchargées gratuitement par le public.
  • Les données de levés géophysiques aéroportés de la Commission géologique de l'Ontario diffusés en avril 2015 ont déclenché le jalonnement de claims d'une cible de nickel-cuivre-métaux du groupe du platine dans la région de Thunder Bay par Transition Metals.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Régions rurales et du Nord