Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario annonce des mesures de transparence afin de révéler l'impact réel de la taxe sur le carbone sur les prix du chauffage et du gaz

Communiqué

L'Ontario annonce des mesures de transparence afin de révéler l'impact réel de la taxe sur le carbone sur les prix du chauffage et du gaz

Le gouvernement provincial veut que l'augmentation des coûts qu'entraînerait la taxe fédérale sur le carbone soit indiquée sur les reçus d'achat d'essence et les factures de gaz naturel

OAKVILLE - Queen's Park prend la défense du citoyen en mettant en place des mesures de transparence qui empêcheront le gouvernement fédéral de cacher le coût réel de sa taxe sur le carbone nuisible à l'emploi.

« Les Ontariens ont le droit de savoir à quel point la taxe fédérale sur le carbone aura un impact sur leur portefeuille, affirme Greg Rickford, ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines. Tout sera plus cher avec cette taxe nuisible à l'emploi, et particulièrement le prix de l'essence et celui du chauffage ».

L'Ontario entend proposer une loi qui, si elle est adoptée, obligerait les stations-service à apposer un autocollant sur les distributeurs de carburant afin d'avertir les consommateurs de l'augmentation de plus de 11 cents le litre qu'entraînera la taxe cachée sur le carbone sur le prix de l'essence d'ici 2022. En outre, le gouvernement a fait savoir à la Commission de l'énergie de l'Ontario (CEO) qu'il s'attendait à ce qu'elle s'assure que la taxe fédérale sur le carbone soit clairement indiquée sur les factures de gaz naturel.

« Nous avons promis d'utiliser tous les moyens à notre disposition pour protéger les travailleurs, les aînés et les familles de l'Ontario contre la taxe régressive sur le carbone proposée par le gouvernement fédéral, souligne Rod Phillips, ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs. Les Ontariens savent que la taxe sur le carbone est non seulement inutile, mais injuste, et que ce n'est pas le seul moyen de lutter contre le changement climatique. Plutôt que de pénaliser les familles à faibles revenus et les gens de la classe moyenne, nous encourageons le gouvernement fédéral à faire comme nous et à adopter un plan environnemental qui réduira les émissions sans imposer une taxe qui pèserait sur l'emploi. »

L'Ontario est actuellement en tête au Canada pour ce qui est de la réduction des gaz à effet de serre. Les familles et les entreprises ontariennes ont déjà réduit leurs émissions de 22 % par rapport aux niveaux de 2005. Le plan environnemental conçu en Ontario établit clairement comment le gouvernement provincial réduira de 8 % de plus ses émissions pour atteindre sa cible de réduction de 30 %.

Faits en bref

  • La taxe fédérale sur le carbone coûtera 648 $ par année à un ménage type d’ici 2022.
  • La taxe fédérale sur le carbone sur le carburant est entrée en vigueur le 1er avril 2019. Elle fera augmenter le prix de l'essence de 4,4 cents par litre en Ontario. Ce montant grimpera à 6,6 cents en 2020, 8,8 cents en 2021, puis à 11,1 cents en avril 2022. La taxe sur le carbone coûtera 57 $ au conducteur moyen en Ontario en 2019.
  • La taxe fédérale sur le carbone augmentera le prix du gaz naturel en Ontario de 3,9 cents par mètre cube. Cette augmentation passera à 5,9 cents en 2020, 7,8 cents en 2021 et 9,8 cents par mètre cube en avril 2022. La taxe fédérale sur le carbone augmentera le prix du gaz naturel que les familles utilisent pour chauffer leur domicile de 94 $ en 2019, et ce montant grimpera à 235 $ en 2022. Trois familles ontariennes sur quatre dépendent du gaz naturel pour le chauffage.
  • La taxe fédérale sur le carbone fera augmenter le prix du diesel de 5,4 cents par litre en 2019 et ce montant grimpera à 13,4 cents d'ici 2022.
  • Voici quelques estimations chiffrées des impacts de la taxe fédérale sur le carbone sur les secteurs public et privé de l'Ontario :
    • Les 146 hôpitaux de la province verront leur facture de chauffage annuelle augmenter de 10,9 millions de dollars en 2019, et ce montant grimpera à 27,2 millions en 2022.
    • Les collègues et les universités de la province verront leurs coûts initiaux de chauffage augmenter de 9,8 millions de dollars environ en 2019, et ce montant grimpera à 24,7 millions de dollars en 2022.
    • Les coûts de chauffage annuels des plus de 750 maisons de soins infirmiers et foyers pour personnes âgées augmenteront de 6,7 millions de dollars en 2019, pour atteindre 16,7 millions de dollars en 2022. L'augmentation moyenne par établissement sera de 9 000 $ en 2019, et ce montant grimpera à 22 000 $ d'ici 2022.
    • Plus de 350 millions de dollars s'ajouteront aux coûts de transport des camions lourds en Ontario en 2019, et d'ici 2022, ce montant pourrait s'élever à 870 millions de dollars.
  • Le gouvernement provincial a retiré les coûts associés au plafonnement provincial et d'échange de la taxe sur le carbone des factures d'essence et de gaz naturel, faisant ainsi économiser aux ménages environ 80 $ par année sur leurs coûts de chauffage et plus de 4 cents par litre d'essence.
  • L'Ontario fait partie d'une coalition de provinces qui ont promis de s'opposer à la taxe sur le carbone du gouvernement fédéral, jugée inconstitutionnelle. La Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick et le Manitoba se sont rangés aux côtés de l'Ontario pour contester la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre du gouvernement fédéral, qui est une taxe déguisée et inconstitutionnelle. La cause de l'Ontario contestant la constitutionnalité de la taxe fédérale sur le carbone sera entendue par la Cour d'appel du 15 au 18 avril 2019.
  • Comme le souligne le plan environnemental de l'Ontario, la province s'est engagée à atteindre sa part de l'objectif que le Canada a fixé pour 2030, tout en reconnaissant les circonstances uniques de son économie. Entre 2005 et 2016, l'Ontario a réduit ses émissions d'environ 22 %.
  • Par le plan environnemental conçu en Ontario, le gouvernement s'engage à réduire les émissions de la province de 30 % sous les niveaux de 2005 d'ici 2030 sans imposer une taxe sur le carbone.
  • Selon un sondage de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante effectué auprès de propriétaires d'entreprises de l'Ontario, de la Saskatchewan, du Manitoba et du Nouveau-Brunswick, 87 % des répondants sont opposés à la taxe sur le carbone proposée par le gouvernement fédéral.

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Environnement et énergie Gouvernement