Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Déclaration conjointe concernant la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines

Déclaration

Déclaration conjointe concernant la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines

CRANBROOK (COLOMBIE-BRITANNIQUE) — Le ministre de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines de l'Ontario Greg Rickford, la ministre de l'Énergie et des Ressources de la Saskatchewan Bronwyn Eyre et la ministre de l'Énergie de l'Alberta Sonya Savage ont fait aujourd'hui la déclaration conjointe suivante à la suite de la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines de 2019 :

« Nous souhaitons remercier le gouvernement de la Colombie‑Britannique d'avoir accueilli la Conférence des ministres de l'Énergie et des Mines de cette année (CMEM 2019). Nous étions fiers de représenter la population de nos provinces respectives et nous avons apprécié l'occasion de discuter de priorités communes avec nos homologues d'un bout à l'autre du pays.

Au cours des dernières années, les défis économiques auxquels sont confrontés nos secteurs de l'énergie et des minéraux ont atteint un point critique. Nous étions profondément déçus des discussions dans le cadre de la CMEM de 2019 et du communiqué, ceux-ci n'ayant pas tenu compte adéquatement des défis auxquels font face nos provinces et des préoccupations que nous avons soulevées. Plus précisément, il n'y a eu qu'une discussion superficielle concernant la compétitivité, l'accès aux marchés, les effets économiques dévastateurs de la Loi sur l'évaluation d'impact (le projet de loi C-69) et de la Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers (le projet de loi C‑48), l'empiètement fédéral continu sur le champ de compétence des provinces en matière de ressources naturelles et aucune solution réelle aux émissions de carbone, sauf l'assujettissement aux taxes des familles et des entreprises qui travaillent dur. Ainsi, l'Ontario, la Saskatchewan et l'Alberta n'ont pas été signataires.

L'Ontario et la Saskatchewan ont exprimé des préoccupations semblables lorsque le gouvernement fédéral a publié son Plan canadien pour les minéraux et les métaux (PCMM) plus tôt cette année. Le fait que le PCMM manque de tenir compte spécifiquement des défis économiques et des obstacles à la compétitivité met en péril le rang du Canada comme chef de file mondial en matière d'exploitation des minéraux.

Nos provinces font preuve de leadership, non seulement au chapitre de la protection de l'environnement, mais aussi aux chapitres des normes de travail et de l'innovation technologique. Étant donné que le monde consomme plus d'énergie et de ressources minérales tous les jours, le Canada devrait être au premier plan de cet approvisionnement en raison de ses normes industrielles de calibre mondial.

Nous continuons de faire front commun contre les politiques fédérales comme le projet de loi C‑69 et la taxe fédérale sur le carbone. Nous ne pouvons pas appuyer des politiques qui obligent les Canadiennes et Canadiens à payer plus cher pour chauffer leur domicile et faire le plein, tout en mettant en danger les emplois et les entreprises du Canada.

Nous continuerons de rejeter les politiques myopes qui visent à défaire les progrès au chapitre de l'énergie que nous avons réalisés dans nos provinces.

Nos provinces sont liées entre elles sur le plan économique et dépendent du commerce du pétrole et du gaz, de l'uranium, des minéraux et d'autres biens et services pour stimuler la croissance économique et créer les emplois sur lesquels comptent les familles qui travaillent dur pour joindre les deux bouts. Nous continuerons de travailler avec nos partenaires provinciaux pour éliminer les formalités administratives et les règlements désuets qui entravent le commerce intérieur. Il est maintenant temps d'indiquer clairement au monde que le Canada est ouvert aux affaires. »

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Environnement et énergie Gouvernement Travail et emploi