Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Résultats du recensement des orignaux par région

Document d'information archivé

Résultats du recensement des orignaux par région

Les populations d'orignal montrent des signes de décroissance dans la plupart des régions du Nord-Est de l'Ontario et dans les régions plus accessibles du Nord-Ouest de l'Ontario.

Le ministère des Richesses naturelles effectue des recensements aériens des orignaux chaque année pour saisir les tendances de la population. Les sondages auprès des chasseurs servent aussi à évaluer les tendances de la population.

Précisément, les recensements de cet hiver ont révélé les changements suivants :

  • Nord-Ouest : Des recensements aériens ont été faits dans 14 des 30 unités de gestion de la faune. Les populations sont estimées stables dans 5 unités, stables à décroissantes dans 3 unités et décroissantes dans 5.

    On a constaté une décroissance substantielle dans les unités de gestion de la faune suivantes : 5 et 8, soit dans le district de Dryden; 14, dans le district de Nipigon; 13, dans le district de Thunder Bay, ainsi que; 9B et 11A, dans le district de Fort Frances. Voir le graphique associé pour obtenir plus de détails.

  • Nord-Est : Des recensements aériens ont été faits dans 7 des 27 unités de gestion de la faune. Les populations sont estimées stables dans 1 unité et décroissantes dans 6.

    On a constaté une décroissance dans les unités de gestion de la faune suivantes : 23, soit dans le district de Hearst; 28, dans le district de Kirkland Lake; 32, dans le district de Wawa; 35 et 36, dans le district de Sault Sainte Marie, ainsi que; 41, dans le district de North Bay. La population est stable dans l'unité de gestion de la faune 39, dans le district de Sudbury. Voir le graphique associé pour obtenir plus de détails.

  • Sud : Des recensements aériens ont été faits dans 4 des 15 unités de gestion de la faune. Les populations d'orignal sont estimées stables à croissantes dans toutes les unités de gestion de la faune ayant fait l'objet de recensement. Voir le graphique associé pour obtenir plus de détails.

Des facteurs comme la récolte, la prédation, les parasites, les conditions d'habitat et le faible nombre de petits peuvent tous contribuer à des changements dans les populations d'orignal. On a aussi exprimé des inquiétudes quant à la santé des populations d'orignal dans des régions près de l'Ontario, comme le Minnesota et le Manitoba. L'Ontario continuera de surveiller les populations d'orignal et de collaborer avec la communauté des chasseurs pour faire en sorte que les populations d'orignal soient viables.

L'Ontario cherche à déterminer comment le mieux réagir aux nouvelles pressions sur les populations d'orignal par l'intermédiaire du Projet orignal. Ce dernier cherche à déterminer combien d'orignaux l'habitat ontarien peut-il soutenir et les changements pouvant être faits à la façon dont ils sont chassés ainsi qu'aux périodes de chasse, par exemple en ajustant les longueurs des saisons de chasse. La province prévoit consulter la population cet été au sujet de ces nouveaux moyens de gérer les populations d'orignaux.

Pour en apprendre davantage au sujet des vignettes de chasse à l'orignal disponibles dans votre région, consultez le sommaire des règlements de la chasse, à l'adresse ontario.ca/chasse.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Affaires et économie Environnement et énergie Régions rurales et du Nord Autochtones Enfants et adolescents Consommateurs Francophones Nouveaux venus Parents