Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario propose un plan pour mettre la province à l'abri d'une maladie mortelle pour le chevreuil

Communiqué

L'Ontario propose un plan pour mettre la province à l'abri d'une maladie mortelle pour le chevreuil

Le gouvernement de l'Ontario prend des mesures pour donner aux générations à venir des populations viables d'espèces sauvages et des possibilités de chasse.

Le gouvernement a élaboré un plan permettant à la Province de réagir promptement si l'encéphalopathie des cervidés (EC), une maladie du cerveau progressive et mortelle atteignant surtout le chevreuil et le wapiti, est découverte en Ontario. 

« Nous nous sommes engagés à ce que nos populations d'espèces sauvages demeurent viables ainsi qu'à soutenir une industrie qui crée des emplois et joue un rôle économique important dans notre province, » a dit John Yakabuski, ministre des Richesses naturelles et des Forêts. « La maladie n'a pas été dépistée en Ontario, mais nous croyons qu'un programme amélioré de prévention aidera à protéger la faune de la province contre cette maladie mortelle. » 

L'encéphalopathie des cervidés peut aussi affecter l'orignal et le caribou. Bien qu'elle n'ait pas été dépistée en Ontario, l'EC a été détectée chez un chevreuil au Québec, près de la frontière de l'Ontario. La maladie est présente dans les six états voisins de la province. 

Le Ministère sollicite les commentaires de la population concernant un Plan ontarien de surveillance et d'intervention en matière d'encéphalopathie des cervidés révisé et des changements possibles à la Loi sur la protection du poisson et de la faune. Ces propositions visent à faire en sorte que des mécanismes adéquats soient en place pour minimiser les risques que l'EC entre en Ontario et s'y propage. Ils seront affichés pour commentaires sur le Registre environnemental pendant 45 jours, à compter du lundi 10 juin.

Faits en bref

  • En 2017, la chasse de loisir au chevreuil a engendré une activité économique de l’ordre de 275 millions de dollars en Ontario.
  • Depuis 2002, le MRNF a fait des analyses de dépistage de l’EC sur plus de 12 000 chevreuils et wapitis sauvages et toutes les analyses ont été négatives.

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Régions rurales et du Nord Voyage et loisirs Autochtones Consommateurs