Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario travaille en vue d'empêcher une maladie mortelle du chevreuil d'entrer dans la province

Communiqué

L'Ontario travaille en vue d'empêcher une maladie mortelle du chevreuil d'entrer dans la province

PETERBOROUGH - Le gouvernement de l'Ontario agit en vue de protéger les populations d'espèces sauvages et de préserver les possibilités de chasse dans la province.

Le gouvernement a adopté une loi et élaboré un plan permettant à la Province d'agir rapidement si des maladies des espèces sauvages comme l'encéphalopathie des cervidés (EC), un désordre cérébral progressif et fatal qui affecte surtout le chevreuil et le wapiti, est détecté en Ontario.

Si l'EC est détectée en Ontario, les changements législatifs permettront :

  • au gouvernement de créer des zones d'intervention dans lesquelles des règles spéciales s'appliqueraient, comme d'exiger des chasseur(se)s qu'ils et elles soumettent des échantillons des animaux abattus à des fins de détection des maladies
  • à la population d'entreprendre des activités autrement interdites, comme, dans le cas des chasseur(se)s détenteur(rice)s de permis, d'abattre des espèces sauvages présentant des symptômes dans une région précise
  • de mettre en oeuvre des mesures à longue échéance, comme restreindre l'exportation de certains animaux à partir de territoires où l'EC a été dépistée.

« Nous reconnaissons l'importance du chevreuil pour la biodiversité de l'Ontario et en tant que symbole de notre patrimoine pour plusieurs Ontariens et Ontariennes, » a dit John Yakabuski, ministre des Richesses naturelles et des Forêts. « Ces mesures soutiendront les chasseur(se)s et une industrie qui crée des emplois et dont l'apport à l'économie de la province est important. »

Ces mesures de protection de la vie sauvage font partie de la Loi pour mieux servir la population et faciliter les affaires qui simplifiera et modernisera les règlements dont les Ontariennes et Ontariens ont besoin tout en éliminant les exigences périmées et les dédoublements.

« Une de nos grandes priorités dans la Loi pour mieux servir la population et faciliter les affaires est de protéger notre environnement et la santé de la population de la façon la plus efficace possible, » a dit Prabmeet Sarkaria, ministre associé délégué au dossier des Petites entreprises et de la Réduction des formalités administratives. « Je suis heureux que les mesures législatives réduisant les formalités administratives donnent le pouvoir à l'Ontario d'être proactif et de faire face à toute menace potentielle à notre faune de manière directe et rationelle. » 

« Si on dépistait l'EC en Ontario, ces mesures feront beaucoup pour empêcher la propagation de la maladie aux cervidés sauvages ou domestiqués et pour protéger la santé publique, » a dit Ernie Hardeman, ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales. « Nous encourageons aussi les éleveurs de cervidés à suivre les directives nationales de biosécurité qui aident à protéger leurs troupeaux. »

L'EC affecte les membres de la famille des cervidés, le chevreuil, le wapiti, l'orignal et le caribou. Elle n'a pas été dépistée en Ontario, mais elle l'a été dans un élevage de chevreuils au Québec en 2018, près les limites de l'Ontario. Elle a aussi été dépistée dans les cinq états voisins de l'Ontario.

« Nous applaudissons le gouvernement pour avoir mis en œuvre ces changements qui permettront d'intervenir rapidement et de manière décisive si l'encéphalopathie des cervidés est dépistée, » a dit Angelo Lombardo, directeur exécutif, Ontario Federation of Anglers and Hunters. « Ce sont des mesures nécessaires pour protéger l'Ontario contre l'EC que nous cherchons à obtenir depuis des années. »

Le nouveau Plan de prévention et d'intervention en matière d'EC de l'Ontario permettra de faire en sorte que l'Ontario applique les bonnes méthodes pour minimiser les risques de pénétration et de propagation de la maladie en Ontario.

Faits en bref

  • En 2017, l’apport de la chasse de loisir à l’économie de l’Ontario se chiffrait à 275 millions de dollars.
  • Le gouvernement met en oeuvre un programme annuel de surveillance de l’EC qui aide à dépister la maladie et à minimiser les risques de pénétration dans la province.
  • Depuis 2002, le gouvernement a fait plus de 13 000 analyses de dépistage de l’EC sur des chevreuils et wapitis sauvages. Tous les résultats ont été négatifs.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Régions rurales et du Nord