Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario veut règlementer 13 espèces envahissantes

Document d'information

L'Ontario veut règlementer 13 espèces envahissantes

Le gouvernement de l'Ontario recueille les opinions des intervenants, des collectivités autochtones et de la population en général en vue d'élaborer une proposition de règlementation de 13 autres espèces envahissantes. Les voici :

Cochon sauvage

  • Le sanglier eurasien provient d'Europe et d'Asie. Il a été importé au Canada à partir d'Europe dans les années 1980 en tant que bétail exotique à des fins alimentaires.
  • Le terme « cochon sauvage » s'applique à tout cochon qui n'est pas en captivité :
    • le cochon domestique revenu à l'état sauvage et dont la propriété ne peut être déterminée
    • le sanglier eurasien
    • les hybrides de cochon domestique et de sanglier eurasien.
  • Le cochon sauvage peut avoir plusieurs couleurs, du très foncé au pâle, et peut avoir des taches. Les cochons domestiques échappés peuvent se munir d'une couche dense de sous-poils qui les aide à survivre aux hivers froids.
  • Le cochon sauvage a un fort potentiel de reproduction. Les populations peuvent croître en nombre et se répandre rapidement, ce qui aggrave ses effets négatifs. 
  • Parmi ses effets sur l'environnement naturel, on compte ce qui suit :
    • il s'attaque aux plantes et espèces fauniques indigènes
    • il fait concurrence à la faune indigène pour la nourriture, l'eau et l'espace
    • il fouit avec ses défenses et son groin pour atteindre les racines, les tubercules, les bulbes, les vers, les insectes, les limaces et les escargots
    • ses habitudes de piétinement et de trempage dans la boue peuvent causer de l'érosion, affecter la qualité de l'eau et dégrader des zones naturelles
    • il communique des maladies aux espèces sauvages.

Écrevisse marbré

  • Espèce créée par accouplement sélectif à des fins commerciales qui n'a pas d'équivalent indigène connu. C'est un descendant de l'écrevisse des marais (procambarus fallax).
  • Un seul écrevisse est nécessaire pour établir une population viable puisqu'il se reproduit par clonage.
  • Moyen de pénétration dans les espaces sauvages : libération intentionnelle ou accidentelle d'un aquarium.
  • Effets possibles : transmission de maladies aux écrevisses indigènes et destruction de populations de plantes aquatiques.

Tanche (poisson)

  • Provient d'Europe et de l'Ouest de l'Asie.
  • Les populations sont établies dans le fleuve Saint-Laurent, entre la ville de Québec et les limites provinciales Ontario-Québec, et plusieurs individus ont été capturés dans la portion ontarienne du lac Saint François.  
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : libération intentionnelle, propagation naturelle, usage illégal possible en tant qu'appât.
  • Effets possibles : transmission de parasites, concurrence avec les espèces indigènes de poisson, réduction de la clarté de l'eau, destruction des macrophytes aquatiques, réduction de la diversité des populations de poisson dans les états de l'Ouest et du Centre des États-Unis.  

Hydrobie des antipodes

  • Provient des ruisseaux et lacs de Nouvelle-Zélande.
  • Populations établies dans le lac Ontario (1991), le lac Érié (2005), vraisemblablement dans le lac Supérieur (2001) et détecté dans le lac Michigan (2006).
  • Capable de se reproduire par rapport sexuel ou par clonage (toutes les populations nord-américaines envahissantes sont des clones femelles).
  • Moyen de pénétration dans les espaces sauvages : équipement de loisir, pratiques de pisciculture, transport d'eau et propagation par parasitage des poissons.
  • Effets possibles : exclusion des escargots indigènes par concurrence et perturbation du réseau alimentaire.

Hydrocharide grenouillette (plante)

  • Provient d'Europe et de certaines régions d'Asie et d'Afrique.
  • Populations établies dans le lac Ontario et le lac Érié ainsi que certaines rivières et lacs intérieurs.
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : transport de semences, de bourgeons d'hiver et de fragments de tiges par l'équipement de loisirs et la sauvagine ou par élimination inadéquate.
  • Effets possibles : les colonies denses concurrencent jusqu'à l'éliminer la végétation indigène, créent des conditions anoxiques pendant une désagrégation à grande échelle et perturbent les activités de loisir.

Faux-nymphéa pelté (plante)

  • Provient d'Europe et d'Asie.
  • Importé en Amérique du Nord vers la fin des années 1800 et des populations se sont établies en Ontario, au Québec, en Nouvelle-Écosse ainsi que dans certains des états des États-Unis.
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : libération intentionnelle ou accidentelle de spécimens de jardins aquatiques, transport par la sauvagine, inondations et équipement de loisir contaminé.  
  • Effets possibles : les colonies denses concurrencent jusqu'à l'éliminer la végétation indigène, créent des conditions anoxiques pendant une désagrégation à grande échelle et perturbent les activités de loisir.

Carpe de Prusse (poisson)

  • Provient du Centre de l'Europe et de la Sibérie.
  • Importée en Alberta, en Saskatchewan et dans certaines régions d'Europe.
  • Capable de se reproduire par gynogénèse, un processus qui engendre de nouvelles femelles (les mâles ne sont pas nécessaires à la reproduction).
  • Moyen de pénétration dans les espaces sauvages : libération intentionnelle ou accidentelle d'un aquarium.
  • Effets possibles : peut entraîner le déclin des populations indigènes de poisson, d'invertébrés et de plantes et peut perturber les habitats en réduisant la clarté de l'eau.

Écrevisse rouge des marais

  • Provient des plaines côtières du Golfe, de l'enclave de la Floride jusqu'au Mexique et du bassin versant sud du fleuve Mississipi jusqu'à l'Illinois.
  • L'aire de propagation compte ce qui suit : Californie, Delaware, Maryland, Ohio, Oregon, Caroline du Sud, Utah, Virginie, Washington et Wisconsin, mais n'a pas encore été détecté en Ontario.
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : vente pour les aquariums, libération de l'espèce destinée à servir de nourriture aux poissons, libération intentionnelle.
  • Effets possibles : concurrence avec les espèces indigènes d'écrevisse pour la nourriture et l'habitat, ses habitudes alimentaires réduisent la quantité d'habitat disponible pour les amphibiens, les invertébrés et les jeunes poissons.

Cabomba de Caroline

  • Provient du Sud-Est des États-Unis et de certaines régions d'Amérique du Sud.
  • Populations établies dans le lac Kasshabog et autres parties du réseau hydrographique de la rivière Crowe, dans le Centre de l'Ontario, ainsi que dans des eaux du Nord des États-Unis, d'Asie et d'Australie.
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : utilisation dans les aquariums (élimination inadéquate des plantes d'aquarium), mouvement des embarcations, propagation naturelle.
  • Effets possibles : envahit les plantes indigènes, bloque la lumière du soleil pour les plantes submergées, perturbe les collectivités de poisson et bouche les canaux de drainage ainsi que les ruisseaux.

Fallopia bohemica (plante)

  • Hybride de la renouée du Japon et de la renouée de Sakhaline.
  • Elle a été signalée en Colombie-Britannique, au Québec, à Terre-Neuve et au Nouveau-Brunswick.
  • Il est possible qu'elle existe in Ontario puisque les deux plantes parentes sont présentes ici, mais elle n'a pas encore été signalée.  
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages : plantation dans les jardins, plantation ornementale.
  • Effets possibles : Les renouées (bohemica, de Sakhaline, à épis nombreux et du Japon) peuvent agressivement concurrencer les plantes indigènes, compromettant ainsi la biodiversité et dégradant les habitats des ruisseaux et rivières en contribuant à l'érosion sédimentaire (les racines n'adhèrent pas au sol). Les tiges et rhizomes vigoureux peuvent aussi endommager le ciment et l'asphalte des infrastructures et des solages.

Renouée de Sakhaline (plante)

  • Provient du Nord du Japon.
  • A été vue dans le Sud de l'Ontario, surtout le Sud-Est (c.-à-d. comté de Leeds, Ottawa-Carleton) et la région de Niagara.
  • Moyens de pénétration dans les espaces sauvages :  plantation dans les jardins, plantation ornementale. Aussi, le sol, le gravier et autres matériaux de remblayage des régions infestées peuvent propager la renouée. 
  • Effets possibles : Les renouées (bohemica, de Sakhaline, à épis nombreux et du Japon) peuvent agressivement concurrencer les plantes indigènes, compromettant ainsi la biodiversité et dégradant les habitats des ruisseaux et rivières en contribuant à l'érosion sédimentaire (les racines n'adhèrent pas au sol). Les tiges et rhizomes vigoureux peuvent aussi endommager le ciment et l'asphalte des infrastructures et des solages.

Renouée à épis nombreux (plante)

  • Provient des régions montagneuses de l'Himalaya, dans le Sud de l'Asie.
  • Il n'existe pas de populations connues en Ontario, cependant, elle a été signalée en Colombie-Britannique, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve.
  • Effets possibles : Les renouées (bohemica, de Sakhaline, à épis nombreux et du Japon) peuvent agressivement concurrencer les plantes indigènes, compromettant ainsi la biodiversité et dégradant les habitats des ruisseaux et rivières en contribuant à l'érosion sédimentaire (les racines n'adhèrent pas au sol). Les tiges et rhizomes vigoureux peuvent aussi endommager le ciment et l'asphalte des infrastructures et des solages.

Dendroctone du pin ponderosa

  • Provient de l'Ouest canadien mais s'est propagé dans le Centre-Nord de l'Alberta, au-delà de son aire historique.
  • Le pin gris qui croît sur tout le bouclier canadien en Ontario est susceptible de contamination par le dendroctone du pin ponderosa.
  • Le dendroctone du pin ponderosa n'a pas encore été signalé en Ontario, mais présente de sérieux dangers pour la région. S'il envahit l'Ontario, il perturbera les plans d'aménagement des forêts, la planification des approvisionnements en bois, la fréquence des incendies et leur gravité, les habitats fauniques, la biodiversité, la gestion des bassins hydrographiques, les loisirs et la valeur des propriétés.

Ressources additionnelles

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement