Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'innovation relative à la réduction des substances toxiques aide à édifier l'économie verte

Bulletin archivé

L'innovation relative à la réduction des substances toxiques aide à édifier l'économie verte

Le gouvernement McGuinty finance le Centre de chimie verte et publie l'ébauche d'un règlement

L'Ontario appuie l'innovation qui aidera à créer des emplois dans l'économie verte de l'Ontario, tout en protégeant notre santé et notre environnement contre les substances toxiques dangereuses.

La province investira 13,6 millions de dollars dans la chimie verte, à l'université Queen's, à Kingston. Le centre, exploité par PARTEQ Innovations, présentera les découvertes de la chimie verte des universités de l'Ontario à des compagnies pour faire concevoir des solutions de substitution aux substances toxiques et en accélérer la commercialisation.

Au cours de ses cinq premières années, le centre s'attend à créer plusieurs jeunes compagnies et au moins 250 emplois, tout en renforçant la compétitivité mondiale de l'industrie chimique de l'Ontario, se chiffrant à 21 milliards de dollars.

En outre, la province sollicite des commentaires publics sur l'ébauche du règlement qui stipulera comment l'industrie doit se conformer aux exigences de la Loi sur la réduction des toxiques pour contribuer à protéger notre santé et notre environnement. Cette ébauche figurera dans le Registre environnemental jusqu'au 19 octobre 2009.

Ces deux mesures appuient l'engagement que le gouvernement a pris de réduire les substances toxiques présentes dans notre air, notre sol, notre eau et nos produits de consommation, en appuyant la chimie verte et les technologies innovatrices pour que les industries aient moins à compter sur les substances toxiques.

Faits en bref

  • L'industrie mondiale des produits chimiques est une des plus grandes industries de fabrication du monde, les revenus mondiaux annuels se chiffrant à plus de trois billions de dollars et les revenus au Canada à plus de 47 milliards.
  • En Ontario, les revenus annuels de l'industrie des produits chimiques s'élèvent à plus de 21 milliards de dollars et l'industrie emploie quelque 41 000 Ontariennes et Ontariens hautement qualifiés, qui transforment des matières premières en plus de 70 000 produits différents.
  • La Loi sur la réduction des toxiques et ses règlements stimuleront l'adoption de solutions écologiques, en exigeant d'environ 2 000 établissements de rendre compte des substances toxiques qu'ils utilisent et d'établir des plans de réduction.

Ressources additionnelles

Citations

« Les défis mondiaux de la durabilité et du changement climatique suscitent une demande croissante en produits et en processus verts de l'industrie chimique. Les produits découlant de la chimie verte et axés sur la biologie représentent une part de plus en plus importante de l'industrie mondiale de la chimie et la demande s'accroît rapidement. L'Ontario est très bien placé pour miser sur ce nouveau marché mondial, tout en offrant des empois de haute valeur et un environnement plus sain pour toute la population ontarienne »

M. John Milloy

Le ministre de la Recherche et de l'Innovation

« L'appui de la chimie verte est un élément important de notre stratégie destinée à réduire les substances toxiques et à protéger notre qualité de vie. Nous demandons aux industries de réduire leur utilisation de substances toxiques. Les innovations de la chimie verte les aideront à trouver des solutions de rechange et des moyens de continuer à nous acheminer vers une économie et un environnement verts et durables. »

M. John Gerretsen

Le ministre de l'Environnement

« Nous sommes très heureux de recevoir cet important appui de la part du gouvernement de l'Ontario pour le travail de GreenCentre Canada et pour ce qu'il représente comme nouveau modèle très prometteur de commercialisation de la technologie pour le XXIe siècle. Grâce à ce financement, GreenCentre Canada pourra transformer les découvertes de la chimie verte de l'Ontario et du Canada en produits et en services novateurs qui, en fin de compte, amélioreront la qualité de notre environnement, tout en créant des emplois hautement spécialisés. »

M. John P. Molloy

Président et PDG de PARTEQ Innovations

Partager