Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'expansion du service ferroviaire de Metrolinx est soumise à des conditions strictes

Bulletin archivé

L'expansion du service ferroviaire de Metrolinx est soumise à des conditions strictes

Le gouvernement McGuinty exige que Metrolinx fasse des études sur les risques pour la santé et équipe ses locomotives des plus récents diesels

Le ministre de l'Environnement, M. John Gerretsen, a dicté 18 conditions strictes relativement à l'approbation des nouveaux services ferroviaires que Metrolinx a prévus pour l'agglomération torontoise. 

Metrolinx a obtenu l'autorisation d'étendre le service ferroviaire GO Transit sur la ligne Georgetown Sud et de créer une liaison ferroviaire entre la gare Union et l'aéroport international Pearson. Ces projets s'inscrivent dans le plan régional de transport pour la région du grand Toronto et de Hamilton.

Cela pourra améliorer la qualité de l'air, parce qu'il est prévu que de nombreuses personnes laisseront leur voiture chez elles pour prendre des trains diesels à la fine pointe de la technologie. Les diesels devront satisfaire aux normes antipollution les plus sévères qui soient lorsque sera mise sur le marché la prochaine génération de dispositifs antipollution.

Cela veut dire que les trains qui passent par Weston tous les jours seront équipés des plus récents dispositifs antipollution, ce qui permettra de réduire d'environ 90 p. 100 les rejets de particules fines et d'environ 80 p. 100 les rejets d'oxydes d'azote, par rapport aux émissions des diesels actuels.    

L'expansion du service ferroviaire sur la ligne Georgetown fait partie du Programme de modernisation du réseau ferroviaire de GO Transit (le programme GO TRIP), dont le coût (un milliard de dollars) est financé par le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial et les municipalités dans le cadre du Fonds canadien sur l'infrastructure stratégique.

Metrolinx devra remplir 18 conditions pour que l'expansion de ses services ferroviaires soit concrétisée d'une manière qui protège la santé de la population. Ce sont entre autres les conditions suivantes :

  • Metrolinx devra réaliser d'autres études sur les risques pour la santé qui sont associés à la circulation de trains, puis trouver des moyens d'atténuer les risques jugés inacceptables et les mettre en œuvre lorsqu'ils auront été approuvés par le ministère de l'Environnement.
  • Metrolinx devra rédiger et mettre en œuvre, en consultant la population, un plan de surveillance de l'air ambiant. Metrolinx devra communiquer les résultats au ministère de l'Environnement et faire en sorte qu'ils puissent être vus par le public.

Faits en bref

  • Metrolinx, un organisme du gouvernement de l'Ontario, a pour mission de diriger et d'encadrer la création d'un réseau de transport intégré et multimodal dans l'agglomération torontoise et la région de Hamilton. L'exploitation de GO Transit et la fourniture d'autres services de transport en commun sont parmi ses responsabilités.
  • Les rigoureuses normes antipollution qui devraient être imposées en 2015 sont les normes dites « Tier 4 » établies par l'USEPA (United States Environmental Protection Agency). Les nouveaux services ferroviaires de Metrolinx devraient commencer en 2015.
  • Conjugués à des carburants à basse teneur en soufre, les nouveaux diesels devraient permettre de réduire les rejets de particules fines de 90 p. 100 et les rejets d'oxydes d'azote de 80 p. 100, par rapport aux émissions des diesels actuels.
  • Lorsque les améliorations prévues pour le réseau GO auront été apportées et que le réseau fonctionnera à plein régime, il est prévu que la réduction des émissions polluantes correspondra à l'élimination de dizaines de millions de trajets en voiture par année. À titre d'exemple, la réduction annuelle des émissions de gaz à effet de serre (sous la forme de dioxyde de carbone [CO2]) pourrait dépasser 100 kilotonnes.

Ressources additionnelles

Citations

« Les conditions auxquelles est assortie l'autorisation que Metrolinx a obtenue vont nous aider à atténuer les effets sur la santé et l'environnement qui sont associés à la croissance des transports en commun. En améliorant les transports en commun, nous devons protéger la santé et le bien-être des personnes qui pourraient être touchées. »

John Gerretsen

ministre de l'Environnement

Partager