Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

La province propose des combustibles à faible teneur en carbone plus propres

Bulletin archivé

La province propose des combustibles à faible teneur en carbone plus propres

L'Ontario propose d'aider les grandes installations industrielles à utiliser des combustibles à faible teneur en carbone - et donc plus propres - comme succédanés au charbon polluant, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre dérivant de leurs exploitations.

Les aciéries et les exploitations de fours à chaux et à ciment pourraient remplacer le charbon par des combustibles à faible teneur en carbone produits à partir de déchets non recyclables et non dangereux, tels que du bois et des plastiques provenant des opérations de compostage ainsi que des combustibles dérivés de la biomasse, comme la pâte de bois.

Les entreprises devront obtenir l'approbation du ministère de l'Environnement pour utiliser ces combustibles.

En diminuant leur consommation de charbon, ces grandes installations industrielles pourraient réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 5 % à 10 %, ce qui abaisserait de 1 % le volume global d'émissions générées par la province entière.

La prise de décisions écologiques éclairées, viables et stimulantes pour l'économie s'insère dans le plan économique du gouvernement visant à créer des emplois aujourd'hui et demain. Le plan d'ensemble et ses six priorités misent sur les plus grands atouts de l'Ontario, à savoir ses habitants et ses partenariats stratégiques.

Faits en bref

  • L’Ontario est la première juridiction nord-américaine à avoir opté pour la suppression totale du charbon comme source d’électricité.
  • La proposition a été publiée en ligne pendant 45 jours pour permettre au public d’émettre leurs commentaires.
  • La proposition concernerait jusqu’à 13 des grandes installations industrielles qui, depuis la fermeture des centrales au charbon, consomment le plus de charbon en Ontario.
  • Ce changement les aiderait à maintenir leur compétitivité par rapport à celles d’autres provinces et États qui permettent aussi l’utilisation de combustibles à faible teneur en carbone similaires, notamment le Québec et le Michigan.
  • Avant qu’une usine ne puisse adopter en permanence ou à long terme des combustibles à faible teneur en carbone, il faudrait obligatoirement mener une consultation publique.
  • Les municipalités pourraient adopter des règlements restreignant l’utilisation de combustibles à faible teneur en carbone.
  • En vertu des lois de l’Ontario, l’utilisation de combustibles à faible teneur en carbone ne figurera pas dans les exigences visant le recyclage des déchets.

Partager

Sujets

Environnement et énergie