Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

De l'aide s'en vient : Le gouvernement de l'Ontario adopte une loi pour mettre fin à la taxe sur le carbone

Communiqué

De l'aide s'en vient : Le gouvernement de l'Ontario adopte une loi pour mettre fin à la taxe sur le carbone

Les changements feront économiser de l’argent aux familles et réduiront le prix de l’essence

Le gouvernement de l'Ontario a tenu aujourd'hui sa promesse de réduire le coût de la vie des familles en adoptant le projet de loi 4, Loi annulant le programme de plafonnement et d'échange.

L'élimination de la taxe sur le carbone liée au plafonnement et à l'échange réduira le prix de l'essence, fera économiser 260 $ par an à la famille moyenne et allégera le fardeau des entreprises ontariennes qui pourront ainsi prendre de l'expansion, créer des emplois et être concurrentielles au niveau mondial.

« Alors que nous marquons une date importante aujourd'hui en Ontario, la semaine dernière le premier ministre Justin Trudeau a annoncé son intention d'imposer à la population de l'Ontario une nouvelle taxe sur le carbone punitive et tueuse d'emplois, a déclaré le premier ministre Doug Ford. Notre gouvernement fait partie d'une coalition croissante de provinces canadiennes qui s'opposent à la taxe fédérale sur le carbone et qui finiront par la faire abolir. Cette taxe ne réduit pas les émissions de gaz à effet de serre au Canada, mais elle fait augmenter les coûts des produits essentiels, comme le chauffage domestique et l'essence. »

L'Ontario reste déterminée à utiliser tous les moyens possibles pour empêcher le gouvernement fédéral d'imposer aux familles et aux entreprises une nouvelle taxe sur le carbone punitive et inconstitutionnelle.

« Nous avons pris l'engagement envers les gens de l'Ontario de remettre plus d'argent dans leurs poches, de réduire le coût de la vie, de protéger les emplois et d'en créer, a indiqué Rod Phillips, ministre de l'Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs. Promesse faite, promesse tenue. L'époque de la taxe sur le carbone en Ontario est officiellement révolue. »

Pour souligner les avantages de cette loi, le ministre Phillips s'est joint à certains des nombreux Ontariens et Ontariennes qui ont ressenti les répercussions de la taxe sur le carbone liée au plafonnement et à l'échange, dont des représentants de la Coalition of Concerned Manufacturers and Business of Canada, de Manufacturiers et Exportateurs du Canada, ainsi que des entreprises membres.

Cet automne, le gouvernement de l'Ontario publiera un plan environnemental global conçu en Ontario qui aidera à protéger et à conserver l'air, les sols et l'eau de la province, à gérer les déchets et les détritus en milieu urbain, à accroître la résilience de la province face au changement climatique et à nous aider tous et toutes à faire notre part pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Citations

« Faire augmenter le prix du diesel par la tarification du carbone ne permet pas d’éduquer une flotte sur le besoin de conserver le carburant, ni ne l’incite à changer un moteur diesel, puisqu’il n’y a aucune autre solution technologique viable. Le projet de loi 4, qui freine cette spirale des prix en éliminant la tarification du carbone, est un soulagement apprécié pour l’Association de camionnage de l’Ontario et ses membres. »

Stephen Laskowski

président, Association de camionnage de l’Ontario

« Nous voulons remercier le gouvernement actuel d’avoir reconnu les répercussions que le programme de plafonnement et d’échange de l’Ontario avait sur les entreprises et les consommateurs de toute la province. Bien que nous voulions tous protéger l’environnement pour les générations à venir, les moyens employés pour le faire doivent être équitables et transparents, et ne doivent pas sacrifier la croissance économique à cause de conséquences inattendues. Ils ne doivent pas non plus nous empêcher, en tant que province, de fournir des aliments fiables et sains à un coût qui soit accessible à tous nos citoyens. »

George Gilvesy

président, Ontario Greenhouse Vegetable Growers

« (Nous) appuyons la décision du gouvernement de l’Ontario de mettre fin à la taxe inefficace et tueuse d’emplois liée au plafonnement et à l’échange en adoptant le projet de loi 4. Il s’agit d’une initiative du gouvernement précédent qui ne faisait absolument rien pour l’environnement, mais qui bloquait la croissance économique de l’Ontario et faisait fuir les emplois au sud de la frontière. »

Jocelyn Bamford

fondateur, Coalition of Concerned Manufacturers and Businesses of Canada

« Nous sommes ravis que le gouvernement mette fin au plafonnement et à l’échange. C’est une décision qui fera économiser aux contribuables 7,2 milliards de dollars sur quatre ans. Ce programme engendrait une taxe sur des activités de la vie nécessaires – conduire au travail, chercher nos enfants à l’école et chauffer nos habitations en hiver. Cette taxe ne faisait rien pour l’environnement, mais envoyait des milliards de dollars aux politiciens et hors de l’Ontario, vers le Québec et la Californie. Nous sommes très contents non seulement que le gouvernement ait pris la bonne décision – mettre fin au plafonnement et à l’échange –, mais qu’il ait agi rapidement. C’est pour ça qu’ils ont été élus. »

Christine Van Geyn

directrice (Ontario), Fédération canadienne des contribuables

« Les mesures prises par le gouvernement de l’Ontario, y compris abroger le projet de loi 148 et mettre fin au programme de plafonnement et d’échange, aident à réduire le fardeau réglementaire des manufacturiers et renforce la compétitivité du secteur manufacturier de l’Ontario. Nous devons continuer à faire en sorte que l’environnement réglementaire encourage la croissance, crée des possibilités pour les travailleurs, augmente les investissements et facilite la gestion des affaires en Ontario. »

Dennis A. Darby

président et directeur général, Manufacturiers et Exportateurs du Canada

« Le secteur de la gestion des déchets de l’Ontario est, et a toujours été, déterminé à protéger l’environnement et à limiter les émissions de gaz à effet de serre. Comme le projet de loi exige un plan de gestion du changement climatique qui produit des résultats positifs sur l’économie et entend mettre fin au programme de plafonnement et d’échange d’une manière équitable et ordonnée, la Société appuie les dispositions du projet de loi 4, Loi annulant le programme de plafonnement et d’échange. »

Mike Chopowick

directeur, politiques et communications, Société ontarienne de gestion des déchets

« L’Association canadienne des marchands de pétrole indépendants (CIPMA) appuie la décision du gouvernement de l’Ontario d’annuler le programme de plafonnement et d’échange. Nos membres, des entrepreneurs indépendants, ont trouvé ce programme extrêmement cher et lourd à gérer et à rendre compte. Nous nous réjouissons de collaborer avec le gouvernement dans le but d’élaborer une stratégie de gestion du changement climatique qui fait plus que taxer encore davantage les entreprises.

Le plafonnement et l’échange n’était qu’une autre taxe sur l’essence qui augmentait le prix de l’essence à la pompe et faisait qu’il était plus difficile pour les Ontariens de joindre les deux bouts. Nos membres – des entrepreneurs indépendants qui exploitent des sites de vente d’essence au détail – sont ravis que le programme soit annulé et que les coûts imposés aux Ontariens soient réduits. »

Jennifer Stewart

présidente et directrice générale, Association canadienne des marchands de pétrole indépendants (CIPMA) 

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Environnement et énergie