Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Revue de mi-exercice des résultats financiers et économiques pour 2013 2014

Document d'information

Revue de mi-exercice des résultats financiers et économiques pour 2013 2014

ministère des Finances

Le gouvernement de l'Ontario propose un nouveau plan en trois volets pour stimuler l'économie et favoriser la création d'emplois. Ce plan investit dans les gens, investit dans l'édification d'une infrastructure moderne et favorise un climat d'affaires dynamique et propice à l'innovation.

Des forces extérieures à l'Ontario continuent d'avoir des incidences sur l'économie de la province, et de nombreux Ontariens et Ontariennes s'inquiètent de la sécurité de leur emploi et de leur avenir. La reprise économique faisant suite à la récession mondiale demeure incertaine. Ce qui est certain, c'est la détermination du gouvernement à aider les familles et les entreprises ontariennes à réussir.

En investissant dans les Ontariennes et Ontariens, nous les préparons à évoluer dans l'économie d'aujourd'hui et de demain. En investissant dans la modernisation de notre infrastructure, nous créons des emplois dans le présent et accroissons la compétitivité de l'Ontario à long terme. Et en favorisant un climat d'affaires dynamique, nous aidons les petites et moyennes entreprises à se développer et encourageons les sociétés de plus grande envergure à investir et à créer de bons emplois dans la province.

Le plan préconise une approche équitable et responsable. Il propose de nouveaux investissements stratégiques pour stimuler la croissance, créer des emplois, consolider les services et aider les familles. Le gouvernement demeure en voie d'équilibrer le budget d'ici 2017‑2018.

Cependant, si la conjoncture économique mondiale se détériore, provoquant une nouvelle baisse de la croissance des revenus, la priorité est claire : le gouvernement continuera à protéger les investissements qui favorisent la création d'emplois et aident les familles avant de s'attaquer à des cibles à court terme.

Une plus forte croissance et de nouveaux emplois sont les moyens les plus sûrs et équitables d'atteindre l'équilibre budgétaire. C'est la raison pour laquelle ce plan en trois volets sera véritablement déterminant pour stimuler la création d'emplois et la croissance nécessaires afin de soutenir les familles de l'Ontario et de générer les revenus qui nous permettront d'éliminer le déficit.

Perspectives et résultats financiers en cours d'exercice pour 2013‑2014

Pour la quatrième année de suite, le gouvernement a dépassé les objectifs de diminution du déficit qu'il avait établis après la récession mondiale de 2009 grâce aux mesures rigoureuses mises en oeuvre pour réduire les dépenses. Selon les Comptes publics de l'Ontario de 2012‑2013 publiés en septembre, le déficit de 2012‑2013 se chiffrait à 9,2 milliards de dollars, soit 0,6 milliard de dollars de moins que ce qui avait été prévu lors de la publication du budget de 2013. Le total des charges de programmes a diminué en 2012‑2013 par rapport à l'exercice précédent pour la première fois en plus de dix ans.

 

Résumé financier

(en millions de dollars)

     

2013‑2014

 
 

Chiffres réels 2012‑2013

Plan budgétaire

Perspectives actuelles

Variation en cours d'exercice

Revenus

113 369

116 845

116 834

(11)

Charges

       

    Programmes

112 248

116 983

116 970

(13)

    Intérêt  sur la dette

10 341

10 605

10 605

 

Total des charges

122 589

127 588

127 575

(13)

Réserve

 

1 000

1 000

 

Excédent/(Déficit)

(9 220)

(11 743)

(11 741)

2

Nota : Les totaux peuvent  ne pas correspondre à la somme des chiffres, qui ont été arrondis.

On prévoit actuellement que le déficit de 2013‑2014 sera de 11,7 milliards de dollars, soit un montant conforme aux projections du budget de 2013 et inférieur de plus de 1,0 milliard de dollars aux prévisions pour 2013‑2014 énoncées dans le budget de 2012. Malgré le ralentissement de la croissance économique en 2013 et en 2014, les revenus sont conformes aux projections budgétaires de 2013.

De même, les charges sont conformes aux projections énoncées dans le budget de 2013, témoignant de l'engagement du gouvernement de gérer les dépenses. Les perspectives visant les charges de programmes en 2013‑2014 demeurent essentiellement inchangées par rapport aux projections du budget de 2013 et sont aussi conformes aux projections publiées dans le budget de 2012, soit de 117,0 milliards de dollars en 2013‑2014.

C'est en Ontario que les charges de programmes par habitant sont actuellement les plus basses parmi les provinces canadiennes et l'Ontario est aussi la province qui compte le moins d'employés du secteur public par habitant. En 2012, la dernière année pour laquelle on dispose de données, l'Ontario comptait 6,5 employés du secteur public par millier de personnes, alors que la moyenne nationale était de 9,7 employés par millier de personnes.

Alors que l'économie est dans une période soutenue de croissance modérée, le gouvernement demeure en voie de rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2017‑2018 d'une manière équitable et responsable. On a prévu pour 2013‑2014 une réserve de 1,0 milliard de dollars afin de protéger le plan financier contre les variations défavorables des revenus et des charges de la province. Si, d'ici la fin de l'exercice, il n'est pas nécessaire de puiser dans la réserve, elle sera affectée à la réduction du déficit.

Plan de l'Ontario de 2013 visant à éliminer le déficit

Perspectives économiques

Le produit intérieur brut (PIB) réel a augmenté de 8,9 % depuis la fin de la récession, et son taux actuel représente une augmentation de plus de 3 % par rapport à son niveau d'avant la récession. Cependant, dans ce contexte de reprise fragile à l'échelle mondiale, nombre d'entreprises, de collectivités et de particuliers continuent de se sentir vulnérables aux changements économiques et ne sont pas nécessairement confiants dans l'avenir.

Aux fins de l'établissement du plan financier de l'Ontario, le ministère des Finances suppose que le PIB réel croîtra de 1,3 % en 2013, de 2,1 % en 2014 et de 2,5 % en 2015 et 2016 (Selon les données disponibles le 24 octobre 2013). Cela est inférieur à ce qui avait été prévu au moment du dépôt du budget de 2013, où l'on s'attendait à ce que la croissance du PIB réel soit de 1,5 % en 2013, de 2,3 % en 2014 et de 2,4 % en 2015 et en 2016.

L'économie de l'Ontario continue de croître, bien qu'à un rythme modéré. L'incertitude économique à l'échelle mondiale a contribué à une croissance contenue des exportations et des investissements des entreprises, ralentissant le rythme global de la croissance de l'économie dans la province. À mesure que la croissance mondiale se raffermira, les exportations de l'Ontario reprendront de la vigueur et stimuleront les investissements des entreprises. Les dépenses des ménages, qui représentent près de 60 % de l'activité économique, devraient aussi augmenter modestement.

Perspectives économiques de l'Ontario

(en pourcentage)

 

2010

2011

2012

2013p

2014p

2015p

2016p

Croissance du PIB réel

3,3

1,8  

1,5

1,3

2,1

2,5

2,5

Croissance du PIB nominal

5,1

4,8

3,0

2,5

3,8

4,3

4,3

Croissance de l'emploi

1,7

1,8

0,8

1,5

1,4

1,6

1,5

Inflation de l'IPC

2,5

3,1

1,4

1,1

1,8

2,0

2,0

p = projection de planification du ministère des Finances de l'Ontario.

Sources : Statistique Canada et ministère des Finances de l'Ontario.


Le ministère des Finances consulte des économistes du secteur privé et suit leurs prévisions afin de former les hypothèses de planification du gouvernement. De plus, dans le cadre du processus d'élaboration du document Perspectives économiques et revue financière de l'Ontario de 2013, le ministre des Finances a rencontré des économistes du secteur privé pour discuter de leur point de vue sur l'économie. Tous les économistes du secteur privé envisagent une croissance continue pour l'économie ontarienne au cours de la période de prévision. Selon leurs prévisions, l'économie ontarienne devrait en moyenne afficher une croissance de 1,4 % en 2013, de 2,2 % en 2014 et de 2,6 % en 2015 et en 2016. Le ministère des Finances, soucieux de faire preuve de prudence dans sa planification financière, a prévu une croissance du PIB réel légèrement inférieure à la moyenne des projections des analystes du secteur privé. Les prévisions des économistes du secteur privé ont également été révisées quelque peu à la baisse comparativement à celles faites au moment du dépôt du budget de 2013.

Des emplois pour les Ontariennes et Ontariens

Grâce à leur ardeur au travail et à leur discipline, les familles ontariennes aident notre province à sortir de la récession qui a sévi à l'échelle mondiale. Toutefois, des incertitudes demeurent, tant pour les particuliers que les entreprises. Le gouvernement reconnaît qu'il y a encore du pain sur la planche. Il doit s'employer à accroître les possibilités pour les familles ontariennes et, pour ce faire, il doit réorienter ses choix et ses décisions.

Les fondamentaux de l'économie ontarienne demeurent solides. L'économie continue à croître et à générer des emplois, et ce, malgré un contexte économique mondial difficile. L'Ontario a recouvré tous les emplois qu'il avait perdus pendant la récession, et le taux d'emploi se situe maintenant au-dessus du sommet atteint avant la récession. Plus de 475 000 emplois ont été créés depuis le creux de la récession, en juin 2009, et il y a actuellement plus de 200 000 emplois de plus que lors du sommet atteint avant la récession. La création d'emplois en Ontario a été plus rapide que dans le reste du Canada, qu'aux États-Unis et que dans tous les États des Grands Lacs.

Durant les neuf premiers mois de 2013, le nombre d'emplois a augmenté de 105 600 (+1,6 %) comparativement à la même période l'année précédente. Les postes à temps plein et dans le secteur privé représentent la majorité des gains réalisés dans le secteur de l'emploi jusqu'ici cette année.

Emprunts et gestion de la dette

Les besoins d'emprunt à long terme sur les marchés publics pour 2013‑2014 s'établissent toujours à 33,4 milliards de dollars, conformément à ce qui était prévu dans le budget de 2013. Au 23 octobre 2013, la province avait mobilisé 21,9 milliards de dollars, soit 65 % de ses besoins d'emprunt à long terme sur les marchés publics de cette année. Ce montant englobe les ventes d'Obligations d'épargne de l'Ontario, qui se sont chiffrées à 0,4 milliard de dollars.

La moyenne pondérée de l'échéance de la dette provinciale à long terme contractée jusqu'ici en 2013‑2014 est de 13,8 ans, par rapport à 12,4 ans pour 2012‑2013 et à 13,0 ans pour 2011‑2012. L'échéance de la dette peut être prolongée ou écourtée selon l'orientation future des taux d'intérêt et les préférences des investisseurs quant à ces échéances. Les charges liées à l'intérêt sur la dette pour 2013‑2014 devraient être de 10,6 milliards de dollars, ce qui est conforme aux chiffres du budget de 2013.

Jusqu'ici cette année, l'Ontario a émis des titres d'emprunt à long terme de 17,5 milliards de dollars sur le marché du dollar canadien, ce qui représente 80 % du total des emprunts à l'heure actuelle. La province s'attend maintenant à terminer l'exercice avec au moins 70 % de ses emprunts contractés sur le marché canadien, comme cela est indiqué dans le budget de 2013.

La dette totale, qui représente tous les emprunts sans y inclure les actifs financiers, devrait s'élever à 291,9 milliards de dollars au 31 mars 2014, comparativement à 281,1 milliards de dollars au 31 mars 2013.

La dette nette de l'Ontario équivaut à la différence entre le total des passifs et le total des actifs financiers. Elle devrait atteindre 272,1 milliards de dollars au 31 mars 2014, soit 0,7 milliard de dollars de moins que ce qui était prévu dans le budget de 2013. La dette nette se chiffrait à 252,1 milliards de dollars au 31 mars 2013.

On prévoit que le déficit accumulé sera de 178,9 milliards de dollars au 31 mars 2014, comparativement aux 179,9 milliards de dollars prévus dans le budget de 2013. La différence prévue de 93,2 milliards de dollars entre la dette nette et le déficit accumulé est attribuable à des investissements nets dans les immobilisations.

Mise à jour sur le reliquat de la dette insurmontable

Les états financiers annuels de 2013 de la Société financière de l'industrie de l'électricité de l'Ontario (SFIEO) indiquent que les revenus sont d'environ 1,0 milliard de dollars supérieurs aux charges, ce qui réduit la dette non provisionnée de la SFIEO (ou « dette insurmontable du secteur de l'électricité »), pour la faire passer de 12,3 milliards de dollars au 31 mars 2012 à 11,3 milliards de dollars au 31 mars 2013.

Conformément au Règlement de l'Ontario 89/12, le ministre des Finances a établi le reliquat de la dette insurmontable du secteur de l'électricité à 3,9 milliards de dollars au 31 mars 2013. Cela représente une diminution de 0,6 milliard de dollars par rapport au reliquat de la dette insurmontable de 4,5 milliards de dollars au 31 mars 2012 et une diminution de 8,0 milliards de dollars par rapport au sommet estimé à 11,9 milliards de dollars au 31 mars 2004.

Pour établir le reliquat de la dette insurmontable au 31 mars 2013, on a déduit du montant de la dette insurmontable de 11,3 milliards de dollars la valeur estimative actuelle des futurs revenus devant être consacrés à la SFIEO de 7,4 milliards de dollars. On a ainsi obtenu un montant de 3,9 milliards de dollars au 31 mars 2013.

La Loi de 1998 sur l'électricité prévoit une redevance de liquidation de la dette que doivent verser les consommateurs jusqu'à ce que le reliquat de la dette insurmontable soit éliminé.

Contacts Médias

  • Demandes de renseignements des médias :

  • Kelsey Ingram

    bureau du ministre

    kelsey.ingram@ontario.ca

    416-326-1409

  • Scott Blodgett

    ministère des Finances

    scott.blodgett@ontario.ca

    416-325-0324

Partager