Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Des boissons alcoolisées seront vendues dans des centaines de magasins supplémentaires partout en Ontario

Communiqué

Des boissons alcoolisées seront vendues dans des centaines de magasins supplémentaires partout en Ontario

Le gouvernement offre choix et commodité aux consommateurs

Ministère des Finances

NORTH YORK - Le gouvernement de l'Ontario donne la priorité aux gens et accroît le choix et la commodité pour les consommateurs en autorisant la vente de boissons alcoolisées dans près de 300 nouveaux points de vente au détail partout en Ontario, dont beaucoup ouvriront leurs portes cet été. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui le ministre des Finances, Vic Fedeli. Ces magasins représenteront de nouvelles occasions économiques pour les commerces de toute la province tout en donnant aux brasseries artisanales et aux établissements vinicoles locaux une plus grande couverture et plus de visibilité.

« Qu'ils soient en route vers le chalet ou qu'ils fassent leurs courses, les consommateurs de partout en Ontario auront dorénavant plus d'endroits où acheter de la bière, du vin et d'autres boissons alcoolisées, a déclaré le ministre Fedeli. Notre gouvernement est déterminé à offrir plus de choix et de commodité aux particuliers et aux familles, et cette expansion ne fait que commencer. »

L'Ontario permet à 87 épiceries de plus dans toute la province de vendre du vin, de la bière et du cidre, ce qui fera passer à 450 le nombre total d'autorisations délivrées aux épiceries. Les nouveaux épiciers pourront commencer à vendre du vin, de la bière et du cidre à compter de septembre.

De plus, la Régie des alcools de l'Ontario (LCBO) mettra en œuvre son programme des magasins-agences dans quelque 200 nouvelles collectivités insuffisamment desservies, et on s'attend à ce qu'une soixantaine de magasins ouvrent leurs portes en août. Il est prévu que jusqu'à 150 nouveaux magasins ouvrent d'ici décembre 2019, et d'autres au printemps 2020. De plus, ces nouveaux magasins, appelés comptoirs express, aideront les consommateurs à reconnaître facilement les détaillants de leur collectivité qui offrent une gamme de produits semblable à celle qu'on retrouve dans les magasins de la LCBO.

« Les comptoirs express de la LCBO offrent un accès socialement responsable aux produits alcoolisés de l'Ontario et de partout dans le monde, et cette expansion, conjuguée au nombre accru de points de vente en épicerie, représente une occasion en or d'accroître l'accessibilité et la commodité pour nos estimés clients de toute la province », a déclaré George Soleas, président-directeur général de la LCBO.

« En ouvrant plus de points de vente d'alcool au détail à l'échelle de la province, non seulement nous facilitons la vie des gens, mais nous favorisons aussi la croissance de l'industrie ontarienne de la bière et du vin en plein essor et la création d'emplois dans ce secteur, a ajouté M. Fedeli. L'approche de notre gouvernement pour que l'Ontario soit ouvert aux affaires et à l'emploi consiste à promouvoir la concurrence et à assurer l'équité pour tous, aussi bien pour nos petites brasseries artisanales, cidreries et établissements vinicoles que pour les gros producteurs de bière. »

Le gouvernement pour la population de l'Ontario respecte les consommateurs adultes et a confiance en leur capacité de faire les choix responsables qui leur conviennent. Autoriser près de 300 magasins supplémentaires à vendre de l'alcool représente la première étape pour assurer le choix, la commodité et l'équité pendant que les discussions sont en cours avec l'industrie pour étendre la vente d'alcool dans des dépanneurs, des hypermarchés et dans encore plus d'épiceries.

Faits en bref

  • Les épiceries seront choisies par la LCBO au moyen d’une loterie. Les épiciers retenus pourront alors demander une autorisation à la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario et conclure une entente d’approvisionnement en gros avec la LCBO.
  • La LCBO lancera une demande de propositions à l’intention des détaillants locaux des 200 collectivités nouvellement identifiées. Tous les commerces qui auront présenté une demande et remplissent les conditions relatives aux autorisations seront inscrits à une loterie pour chaque collectivité et ceux qui seront choisis seront admissibles à une autorisation d’exploiter un comptoir express.
  • Ken Hughes, le conseiller spécial pour l’examen du secteur de l’alcool, a récemment publié un rapport expliquant en détail le caractère contraignant et inéquitable du système actuel pour les consommateurs de l’Ontario. Une recommandation clé du rapport était d’accroître le choix et la commodité en augmentant le nombre de magasins-agences de la LCBO et en autorisant la vente d’alcool dans plus d’épiceries.
  • L’Ontario a moins de magasins autorisés à vendre de l’alcool que n’importe quelle autre province compte tenu de la taille de sa population. Ainsi, on trouve au Québec plus de 8 000 commerces de détail qui vendent de l’alcool, et moins de 3 000 en Ontario.
  • Jusqu’à maintenant, le gouvernement a pris des mesures pour accroître le choix et la commodité et permettre aux consommateurs d’économiser de l’argent, à savoir :
    • Permettre aux amateurs de sports de consommer de l’alcool lors de fêtes d’avant-partie à des événements sportifs admissibles.
    • Autoriser les municipalités à créer des règles relativement à la consommation d’alcool dans les aires publiques, comme les parcs.
    • Prolonger les heures de service d’alcool dans les établissements pourvus d’un permis de vente d’alcool pour qu’ils puissent commencer à servir de l’alcool à 9 h.
    • Permettre aux magasins The Beer Store, aux succursales de la LCBO et aux autres détaillants autorisés, comme les épiceries et les magasins-agences, de vendre de l’alcool de 9 h à 23 h, sept jours sur sept.
    • Modifier les règles publicitaires pour permettre la tenue des « cinq à sept » en Ontario.
    • Offrir plus de souplesse aux cidreries, aux brasseries, aux distilleries et aux établissements vinicoles afin qu’ils puissent promouvoir leurs produits en éliminant la clause relative à la prescription de la quantité d’alcool autorisée pour la vente au verre sur les lieux de fabrication.
    • Freiner les hausses des taxes sur la bière et le vin instaurées par le gouvernement précédent.
    • Réduire le prix plancher pour permettre aux brasseurs de vendre la bière à un dollar.

Document d’information

Renseignements pour les médias

Partager