Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Stratégie Vieillir chez soi

Document d'information archivé

Stratégie Vieillir chez soi

Ministère de la Santé

L'Ontario investit 1,1 milliard de dollars sur une période de quatre ans dans sa stratégie Vieillir chez soi.

Le programme offre un continuum de services communautaires destinés aux personnes âgées et à leurs aidants naturels dans le but de les aider à demeurer en santé et à vivre à la maison dignement et de façon autonome.

La stratégie vise également à faire diminuer le nombre de patients recevant d'autres niveaux de soins (ANS) dans les hôpitaux ontariens. Ces patients sont des personnes qui occupent des lits pour soins actifs dans les hôpitaux, mais qui auraient intérêt à être soignées dans un autre milieu, que ce soit chez elles ou dans des établissements de soins de longue durée.

Cette année, l'Ontario alloue 330,6 millions de dollars à la mise en oeuvre de la stratégie Vieillir chez soi, c'est-à-dire 143,4 millions de dollars de plus que l'an dernier. Cet argent aidera à renforcer les services de soutien communautaires ainsi que les services offerts dans les hôpitaux, les centres d'accès aux soins communautaires et les établissements de soins de longue durée. Ces fonds seront versés en deux phases pour s'assurer que l'Ontario aide vraiment les personnes âgées et que le nombre de patients recevant d'autres niveaux de soins dans les hôpitaux diminue. À cette fin :

- le montant de 294,8 millions de dollars sera alloué pour la réalisation de projets Vieillir chez soi qui auront été choisis en fonction des quatre priorités suivantes établies par le comité d'experts en matière de salles des urgences et d'accès à un autre niveau de soins (comité d'experts SU/ANS) :

  • Davantage de lits pour aider les patients hospitalisés à retourner dans la collectivité en leur accordant des soins de rétablissement et de réadaptation;
  • Des stratégies pour veiller à ce que les patients reçoivent des soins de qualité à l'hôpital et dans la collectivité pour éviter les séjours hospitaliers inutiles;
  • De meilleurs soins à domicile;
  • Des équipes infirmières de liaison pour aider les personnes âgées présentant des risques élevés vivant dans les établissements de soins de longue durée et dans leur collectivité.
- le montant de 35,8 millions de dollars en argent frais est destiné aux collectivités où des interventions s'imposent pour réduire le nombre de patients attendant inutilement dans les hôpitaux. Ce financement servira à permettre à ces patients de rentrer chez eux plus rapidement, ce qui atténuera les pressions s'exerçant sur les hôpitaux ontariens et réduira les temps d'attente.


Financement accordé par RILSS pour 2010‑2011

Réseau local d'intégration des services de santé

Financement pour la 3e année de VCS

RLISS d'Érié St-Clair

15 408 086 $

RLISS du Sud-Ouest

27 413 847 $

RLISS de Waterloo Wellington

18 718 537 $

RLISS de Hamilton Niagara Haldimand Brant

29 889 406 $

RLISS du Centre-Ouest

10 836 962 $

RLISS de Mississauga Halton

29 951 344 $

RLISS du Centre-Toronto

24 241 025 $

RLISS du Centre

52 936 046 $

RLISS du Centre-Est

18 164 271 $

RLISS du Sud-Est

8 653 805 $

RLISS de Champlain

27 113 564 $

RLISS de Simcoe Nord Muskoka

11 634 784 $

RLISS du Nord-Est

16 789 561 $

RLISS du Nord-Ouest

3 031 065 $

TOTAL

294 782 306 $ 


Qu'entend-on par patient recevant d'autres niveaux de soins et quelle est l'incidence de ces patients sur les temps d'attente dans les services d'urgence?
 

Les patients ANS sont des personnes occupant des lits dans les hôpitaux qui auraient intérêt à être soignées dans un autre milieu comme un établissement de réadaptation ou de soins de santé de longue durée, ou encore leur propre domicile. Grâce à l'accroissement des soins offerts à domicile et dans la collectivité, les patients ANS peuvent quitter les hôpitaux plus tôt, ce qui augmente le nombre de lits à la disposition des patients des salles des urgences qui attendent d'être admis dans les hôpitaux.

Comment la stratégie Vieillir chez soi aide-t-elle à réduire les temps d'attente dans les salles des urgences?

La stratégie de réduction des temps d'attente dans les salles des urgences vise à réduire les temps d'attente pour les patients du moment de leur arrivée à l'urgence au moment de leur départ.

Un petit nombre de patients, en fait environ 10 % d'entre eux, sont admis à l'hôpital pour subir des examens et des traitements supplémentaires à l'issue d'une visite au service d'urgence. Afin de réduire le temps que ces patients doivent attendre avant d'être hospitalisés, nous devons prendre des mesures pour réduire le nombre de patients qui attendent pour pouvoir quitter l'hôpital qu'on leur trouve des services dans leur collectivité ou une place dans un établissement de soins de longue durée. Les stratégies Vieillir chez soi et ANS aident à faire en sorte que les patients quittent l'hôpital sans risques pour faire place aux patients des salles des urgences qui attendent d'être hospitalisés.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Santé et bien-être