Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Rapport annuel 2009 du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario à l'intention de l'Assemblée législative de l'Ontario

Document d'information archivé

Rapport annuel 2009 du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario à l'intention de l'Assemblée législative de l'Ontario

Ministère de la Santé

Le Rapport annuel 2009 du médecin hygiéniste en chef commence par une récapitulation d'une année des plus occupée. Bien que le virus H1N1 ait nécessité beaucoup de temps et des ressources énormes, le travail de la santé publique s'est poursuivi chaque jour, partout dans la province. Les réalisations en santé publique en 2009 comprennent les Normes de santé publique de l'Ontario, l'élargissement du Programme de soins dentaires pour enfants (PSDE), la publication d'un plan d'action global afin d'appuyer le développement et l'apprentissage durant la petite enfance et le Rapport initial sur la santé publique 2009.

Le rapport traite des aspects médical et économique de la concentration des ressources de santé publique sur la prévention. Chaque année, au Canada, plus des deux tiers des décès sont causés par des maladies chroniques qui peuvent souvent être évitées. Les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète de type 2 et les maladies respiratoires partagent tous les mêmes facteurs de risque évitables, notamment l'inactivité physique, un régime alimentaire malsain et l'usage du tabac. Le coût total lié à la maladie, à l'invalidité et aux décès attribuables aux maladies chroniques est estimé à plus de 80 milliards de dollars par an.

L'importance de comprendre les déterminants sociaux de la santé est également soulignée dans le rapport. Il s'agit de conditions économiques et sociales, comme le revenu ou l'éducation, qui sont reconnues pour leur influence sur la santé. Si la province veut s'occuper de la question des déterminants sociaux de la santé et améliorer la prévention des maladies et des blessures, l'Ontario doit adopter une approche systématique, qui englobe les trois niveaux de gouvernement, les secteurs de la santé, de l'éducation, des finances et des services sociaux, ainsi que les Ontariennes et les Ontariens. Cela doit devenir l'affaire de tous.

Le rapport note cinq points essentiels qui exigent des efforts.

Réduction de l'obésité et de l'inactivité physique

Aujourd'hui, près de 60 pour cent des Ontariens adultes font de l'embonpoint ou sont obèses. À l'heure actuelle, 52 pour cent des Ontariens adultes âgés de plus de 20 ans ne satisfont toujours pas le niveau d'activité physique recommandée par le Guide d'activité physique canadien pour une vie active saine. Si la tendance se maintient, les enfants de la génération suivante auront une espérance de vie plus courte que leurs parents. Une telle situation ne s'est pas produite au Canada depuis de nombreuses générations.

Le gouvernement lutte contre ce problème de nombreuses façons, mais il reste encore fort à faire.

Développement d'enfants en santé

Les indicateurs les plus précoces du genre de santé dont jouira un être humain peuvent être déterminés dès le début de sa vie. Toutes les expériences de la petite enfance contribuent largement à façonner la santé future des enfants et des adultes qu'ils deviendront. De bonnes écoles, des collectivités sécuritaires, de l'eau saine; tous ces facteurs et de nombreux autres sont essentiels à un développement humain sain et les gouvernements doivent être conscients de leur rôle pour s'assurer que les enfants commencent leur vie dans un bon environnement.

Prévention des traumatismes

Les traumatismes sont la principale cause de décès des Canadiens âgés de 45 ans et moins et la quatrième parmi les principales causes de décès des Canadiens de tout âge.

En 2007, le gouvernement a lancé la Stratégie ontarienne de prévention des traumatismes. De plus, les 36 bureaux de santé publique de l'Ontario appuient la prévention des traumatismes grâce à la norme de santé publique de l'Ontario sur la Prévention des blessures et du mésusage de substances.

Même si ces dernières et d'autres initiatives ont réduit les blessures évitables, la prévention des blessures doit rester une priorité.

Inégalités en matière de santé

L'incidence des déterminants sociaux sur la santé se manifeste dans plusieurs régions de la province. Toutefois, la situation de la santé publique dans les collectivités éloignées et du Nord est très inquiétante, car les collectivités des Premières nations éloignées et isolées rassemblent, comprennent et présentent tous les déterminants liés à une mauvaise santé. Quant aux collectivités autochtones, les déterminants de la santé contribuent à un état de santé très affaibli, que ce soit dans les réserves ou en dehors, au nord et au sud de la province. Mais c'est dans les collectivités autochtones éloignées du Nord que les problèmes en matière de pauvreté, d'isolation et de compétence des collectivités publiques ont réuni les pires conditions possible du point de vue de la santé publique.

L'usage du tabac et la cessation du tabagisme

Les faits sur l'usage du tabac sont incontestables. Le tabac tue, accable le système de santé, et coûte près de 8 milliards de dollars par an à l'économie provinciale, sous forme de coûts de soins de santé directs et de perte de productivité. En Ontario, on compte plus de deux millions de fumeurs.

L'Ontario a reconnu ce fait et lutte depuis de nombreuses années pour réduire la consommation de tabac. On peut être fier des réalisations accomplies jusqu'à ce jour, mais, selon le rapport, il est temps de passer à la prochaine étape de la lutte contre le tabagisme. L'Ontario doit investir davantage et adopter une approche intersectorielle à l'échelle de la province dans la lutte contre le tabagisme et améliorer les programmes de cessation de l'usage du tabac.

Stratégie globale de santé publique

Le rapport est un appel à l'action visant les trois niveaux de gouvernement, les secteurs de la santé, de l'éducation, des finances et des services sociaux ainsi que la population ontarienne.La Dre King termine en affirmant que l'Ontario doit se doter d'une stratégie globale de santé publique qui met trace la voie que l'Ontario doit suivre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit de publier des recommandations pour cette stratégie dans le courant de l'année.

Renseignements pour les médias

  • David Jensen

    ministère de la Santé et des Soins de longue durée

    416-314-6197

Partager

Sujets

Santé et bien-être