Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Santé mentale et dépendances - élargissement des soutiens offerts aux Ontariennes et Ontariens

Document d'information

Santé mentale et dépendances - élargissement des soutiens offerts aux Ontariennes et Ontariens

Bon nombre de personnes en Ontario auront affaire à des enjeux de santé mentale ou d'abus de substance à un moment ou un autre de leur vie.

La province s'est engagée à favoriser une santé mentale positive et le bien-être pour les Ontariennes et les Ontariens, ainsi qu'à prévenir les troubles mentaux et à favoriser le rétablissement grâce à sa Stratégie ontarienne globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances Esprit ouvert, esprit sain.

Le gouvernement continue de demander conseil auprès de son Conseil consultatif pour le leadership en santé mentale et en lutte contre les dépendances, constitué de représentants de divers secteurs, notamment d'experts en santé mentale et en dépendances et de gens ayant une expérience vécue. On prévoit que le prochain rapport du conseil sera publié début 2017.

Le soutien aux personnes qui vivent avec une maladie mentale ou une dépendance, ainsi qu'à leurs soignants, est un effort conjoint de toutes les administrations qui inclut une collaboration étroite avec les organismes de services de santé mentale et de dépendance, et une écoute attentive des gens qui ont une expérience vécue. Voici, ci-dessous, quelques exemples des nombreux types d'action entrepris par l'Ontario.

Services et soutiens de santé mentale et de lutte contre les dépendances

Les investissements de l'Ontario dans les services et les soutiens de santé mentale et de lutte contre les dépendances aident les gens à se rétablir et à être appuyés dans des collectivités accueillantes, notamment :

  • un élargissement important des services de santé mentale dans les hôpitaux et les centres de traitement pour aider des milliers de gens en plus chaque année un peu partout en Ontario, y compris Toronto, Guelph et le comté de Wellington, Barrie, Simcoe et Muskoka Nord, London, et Ottawa;
  • un élargissement de soins pour les patients plus intégrés grâce à un appui à des centaines de professionnels de la santé mentale et de la lutte contre les dépendances dans les équipes de santé familiale, les cliniques dirigées par du personnel infirmier praticien et les centres de santé communautaires;
  • une formation spécialisée pour les professionnels de la santé afin de favoriser de meilleurs soins pour les gens vivant avec des troubles de santé mentale;
  • un élargissement des programmes de traitement des troubles de l'alimentation afin que les enfants et les jeunes puissent recevoir les soins spécialisés dont ils ont besoin plus près de chez eux;
  • le financement de permanences téléphoniques pour la santé mentale, la drogue et l'alcool, et le jeu problématique;
  • la mise en œuvre de politiques fondées sur des preuves, comme celles de la première stratégie ontarienne globale sur les opioïdes, qui favorisent la prévention, la responsabilité sociale, la réduction des méfaits et le traitement, concrètement avec l'Opioid Resource Hub.

Enfance et jeunesse

Les organismes communautaires de santé mentale pour l'enfance et la jeunesse servent actuellement plus de 121 000 jeunes par an. Au nombre des progrès soutenus, on note :

  • des services de santé mentale culturellement appropriés pour l'enfance et la jeunesse autochtone;
  • près de 4 000 consultations spécialisées pour l'enfance et la jeunesse des régions rurales et éloignées grâce au Service de télésanté mentale;
  • la permanence téléphonique Jeunesse, j'écoute, qui a eu plus de 80 000 contacts directs avec des enfants et des jeunes ontariens en 2015-2016; 
  • plus de 770 travailleurs supplémentaires en santé mentale dans les collectivités, les écoles et les tribunaux; 
  • un répertoire en ligne des services de santé mentale financés par les deniers publics pour l'enfance et la jeunesse;
  • des initiatives de promotion de la vie et de prévention du suicide chez les jeunes, y compris une augmentation de la capacité par l'entremise du Centre d'excellence de l'Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents;
  • des initiatives de mobilisation des jeunes, comme le groupe The New Mentality de Santé mentale pour enfants Ontario, ainsi que leur Youth Action Committee, constitué de jeunes qui travaillent dans le but de créer des recommandations sur les politiques en santé mentale orientées par des jeunes;
  • une meilleure collaboration pour rassembler les fournisseurs de services des différents secteurs afin de répondre à des problèmes particuliers de santé mentale et de dépendance dans les collectivités.

Étudiants, écoles, collèges et universités

L'Ontario travaille de concert avec les conseils scolaires, les élèves, les étudiants et les dirigeants du postsecondaire pour offrir des renseignements sur les problèmes de santé mentale et de dépendance ainsi que des outils, ce qui se traduit notamment par :

  • la création de la permanence téléphonique d'aide en santé mentale Allô j'écoute/Good2Talk pour les étudiants du postsecondaire qui a aidé environ 53 000 personnes jusqu'à présent;
  • le financement de responsables en matière de santé mentale pour tous les conseils scolaires de district et les administrations scolaires qui coordonnent des initiatives de santé mentale pour les écoles et les élèves;
  • la création de l'Équipe d'appui pour la santé mentale dans les écoles, qui aide les conseils scolaires à créer de la capacité pour soutenir la santé mentale des élèves, et un guide de l'enseignant ainsi qu'un programme révisé;
  • des investissements dans 34 projets en santé mentale au postsecondaire pour aider les établissements à créer et à concrétiser l'innovation pour répondre aux besoins des étudiants en santé mentale.

Inclusion, diversité et équité

La province a pris l'engagement d'intégrer l'équité dans son travail sur la santé mentale et la lutte contre les dépendances, pour les populations marginalisées, ce qui comprend les communautés ethniques, les gens vivant dans la pauvreté et les populations LGBTA, notamment :

  • en s'assurant que les services sont accessibles et qu'ils répondent à leurs besoins en réagissant par rapport aux stigmates et aux causes fondamentales de la discrimination actuelle et historique, qui causent des disparités dans les résultats en matière de santé;
  • en soutenant des organismes comme Across Boundaries, qui propose divers programmes et services de santé mentale et de lutte contre les dépendances dans plusieurs langues aux communautés autochtones et ethniques, dans des cadres qui reconnaissent les répercussions négatives du racisme et du racisme contre les Noirs et les Autochtones sur la santé mentale et le bien-être et y répondent;
  • en examinant constamment la stratégie Esprit ouvert, esprit sain avec un regard qui prend en compte l'équité, y compris en utilisant l'Outil d'évaluation de l'impact sur l'équité en matière de santé;
  • en travaillant avec la Direction générale de l'action contre le racisme afin de cerner en commun les possibilités d'empêcher la création d'entraves et de les éliminer, et de parvenir à des résultats en matière d'équité raciale.

Services en français

L'Ontario collabore avec des organismes tels que le Conseil consultatif des services de santé en français, et soutient la collaboration entre les fournisseurs de service francophones et les autres, afin d'améliorer l'accès aux services de santé mentale et de lutte contre les dépendances pour la population franco-ontarienne.

Communautés autochtones

En raison des séquelles laissées par les pensionnats autochtones et d'autres sources de traumatisme intergénérationnel, les communautés autochtones sont confrontées à des enjeux singuliers de santé mentale et de dépendance. L'Ontario travaille avec ses partenaires autochtones et investit dans des programmes et des services pour répondre aux besoins singuliers en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances des peuples, des familles et des communautés autochtones.

Pour soutenir la guérison et le bien-être dans les communautés autochtones, la province travaille avec les communautés autochtones afin de créer conjointement des initiatives de promotion de la vie chez les jeunes qui soutiendront :

  • une réponse/prévention holistique associant des programmes cliniques et culturels/territoriaux afin de stabiliser les communautés en crise et fournir de la formation en matière de prévention du suicide et de promotion de la vie;
  • un élargissement du Service de télésanté mentale pour accroître l'approche et le soutien;
  • l'embauche de travailleurs autochtones en santé mentale et en toxicomanie pour soutenir les élèves dans les écoles financées par le fédéral;
  • la création de jusqu'à six centres de traitement et de guérison en matière de santé mentale et de dépendance autochtones, tant dans les réserves qu'en dehors;
  • l'élargissement à l'échelle de la province d'une ligne d'aide culturellement adaptée pour les femmes autochtones;
  • un processus de dialogue spécialisé avec des partenaires autochtones afin de s'assurer que leurs observations et leurs conseils sont incorporés à la mise en œuvre de la stratégie Esprit ouvert, esprit sain.

Logements avec services de soutien 

L'Ontario contribue au rétablissement des Ontariennes et Ontariens souffrant de maladies mentales et de dépendance en renforçant leur accès à des logements avec services de soutien.

  • L'année dernière, du financement a été fourni à près de 16 000  logements avec services de soutien. Au cours des trois dernières années, nous avons ajouté à ce bassin un millier de logements avec services de soutien.
  • Un engagement pour créer jusqu'à 6 000 nouveaux logements avec services de soutien dans le cadre de ses efforts pour atteindre son objectif de mettre fin à l'itinérance chronique d'ici 2025; le financement cible quatre priorités : la jeunesse, les Autochtones, l'itinérance chronique et l'itinérance par suite de la transition d'établissements financés par la province ou d'établissements pénitentiaires ou de soins de santé.

Système de justice

L'Ontario rend le système de justice plus sensible aux problèmes de santé mentale et de dépendance et procède à des réformes du système correctionnel, notamment  :

  • en améliorant les interactions avec la police et le renforcement des interventions de première ligne pour les personnes en situation de crise pour garder les personnes atteintes de maladies mentales en dehors du système de justice pénale, en soutenant des modèles d'intervention déterminés localement, en offrant une formation sur les mesures de désescalade, en appliquant des protocoles de transition pour les salles d'urgence locales, entre les services de police et les hôpitaux de l'Ontario;
  • en augmentant la disponibilité des lits « sûrs » offrant des services d'hébergement d'urgence et de soins intensifs aux personnes qui traversent une crise de santé mentale à titre de solution de rechange à l'hospitalisation ou à l'incarcération;
  • en embauchant un nombre accru d'intervenants auprès de personnes qui retournent dans la collectivité après avoir purgé leur peine pour améliorer la réinsertion des détenus souffrant de maladie mentale au moment de leur libération;
  • en embauchant un nombre accru d'agents de soutien en santé mentale auprès des tribunaux;
  • en examinant des solutions de rechange à l'isolement pour les personnes souffrant de maladies mentales;
  • en élaborant des programmes de formation pour le personnel des centres de détention afin de les aider à mieux administrer les protocoles d'isolement et prendre en charge les personnes ayant des problèmes de santé mentale; 
  • en mettant en place la première unité de santé mentale dédiée aux femmes détenues.
  • en augmentant la disponibilité des soutiens cliniques pour les détenus; 
  • en créant et en mettant en œuvre des stratégies spécialisées pour soutenir la santé mentale et le bien-être des travailleurs dans le secteur de la justice;
  • en fournissant davantage de possibilités de trouver des solutions de rechange communautaires pour les personnes qui ont besoin de mesures de soutien pour des problèmes de santé mentale et de dépendance;
  • en élargissant le soutien aux prévenus à faible risque; ceux-ci souffrent souvent de maladies mentales et n'ont pas les moyens ou les liens sociaux nécessaires pour être mis en liberté sous caution de façon sécuritaire en attendant leur procès, afin d'assurer qu'ils sont surveillés dans la collectivité, qu'ils se présentent aux audiences, qu'ils respectent leurs conditions de mise en liberté et qu'ils soient soutenus dans leur parcours à travers le système de justice pénale.

Violence sexuelle et santé mentale

Ce n'est jamais acceptable, le Plan d'action de l'Ontario sur la violence et le harcèlement à caractère sexuel, oriente l'engagement de la province à offrir un meilleur soutien aux personnes survivantes, y compris un soutien à la formation qui permet aux intervenants de première ligne en milieu communautaire et dans le secteur de la santé d'améliorer leurs compétences pour servir les personnes qui ont subi des violences sexuelles et soutenir leur rétablissement.

Lieu de travail et emploi

La province prend des mesures pour attirer l'attention sur les questions de santé mentale en milieu de travail et soutenir des programmes adéquats afin d'aider les personnes confrontées à de telles difficultés, notamment les suivantes :

  • l'adoption d'une loi qui s'assure que les premiers intervenants souffrant d'un état de stress post-traumatique (ESPT) peuvent avoir accès plus rapide aux prestations et ressources de la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) et à un traitement en temps opportun;
  • le lancement d'une campagne de sensibilisation, un sommet annuel des dirigeants, une boîte à outils en ligne et des bourses de recherche qui mettent l'accent sur la prévention et le traitement de l'ESPT afin de lutter contre la stigmatisation qui risque d'empêcher ceux qui en ont besoin de chercher de l'aide;
  • un soutien continu pour les programmes, les ressources et les initiatives de formation de santé et de sécurité au travail relativement à la santé mentale en milieu de travail dans des secteurs, y compris dans les industries des ressources, les communautés autochtones, les ambulanciers, les maisons de retraite et les organismes sans but lucratif;
  • la désignation de la santé mentale comme priorité essentielle dans l'attribution de bourses de recherche sur la santé et la sécurité au travail et le financement de projets d'innovation;
  • l'investissment dans 150 organismes provinciaux et communautaires dont les services et soutiens sont susceptibles de venir en aide à des personnes souffrant de maladies mentales et de dépendance afin qu'elles puissent surmonter les obstacles à l'emploi et trouver un emploi, s'y préparer et le conserver. Par exemple, Rise Asset Development fournit du microfinancement et des services de mentorat aux personnes souffrant de maladies mentales et de dépendance qui souhaitent travailler à leur compte;
  • l'élaboration d'une stratégie provinciale en matière d'emploi pour les personnes handicapées, y compris celles ayant des problèmes de santé mentale ou de dépendance;
  • un soutien à l'Initiative de traitement de la toxicomanie qui viendra en aide aux clients d'Ontario au travail dont les dépendances constituent un obstacle à l'emploi;
  • un soutien aux programmes en milieu de travail afin de promouvoir la santé mentale et d'offrir des outils et des ressources telles que « Mental Health Works » de la division de l'Ontario de l'Association canadienne pour la santé mentale et « MINDS Matter » de Civic Action;
  • et pour montrer l'exemple, la fonction publique de l'Ontario s'engage à promouvoir une culture en milieu de travail qui favorise la santé et la sécurité psychologiques et qui réduit la stigmatisation en brisant les barrières et les stéréotypes concernant la santé mentale.

Nouveaux arrivants et réfugiés

L'Ontario investit dans une gamme de services pour soutenir l'intégration des réfugiés nouvellement arrivés, y compris le counseling et les soutiens en santé mentale, notamment les suivants :

  • Nous finançons des organismes d'établissement qui fournissent aux réfugiés des soutiens en santé mentale, notamment sous forme de counseling et d'information permettant de sensibiliser les gens aux questions de santé mentale.
  • Nous soutenons un programme de formation délivré par l'Ontario Council of Agencies Serving Immigrants au sujet des questions de santé mentale et de traumatisme pour les travailleurs de première ligne dans le secteur de l'établissement en Ontario, afin de mettre en rapport les réfugiés qui connaissent des problèmes de santé mentale avec les services de santé mentale appropriés. Ainsi, nous aidons le secteur de l'établissement à répondre de façon plus efficace aux besoins des réfugiés qui s'installent en Ontario après avoir été exposés à des expériences traumatisantes.
  • Nous investissons dans un programme de l'Équipe d'appui pour la santé mentale dans les écoles pour créer des ressources en santé mentale, si besoin est, afin de soutenir les élèves syriens nouvellement arrivés.

Recherche, échange des connaissances et renforcement des capacités 

Pour promouvoir des services et capacités plus efficaces pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de dépendance, l'Ontario appuie la recherche novatrice et l'échange des connaissances :

  • nous investissons dans un programme pharmacogénétique qui examine la possibilité que les données génétiques des patients permettent d'élaborer des plans de traitement plus personnalisés et de réduire les effets secondaires;
  • nous finançons des programmes de recherche de l'Institut ontarien du cerveau, qui visent à améliorer la santé du cerveau pour la population ontarienne. Plus précisément, le programme « Canadian Biomarkers in Depression (CAN-BIND) » vise à améliorer le diagnostic et le traitement de la dépression;
  • nous soutenons l'élaboration et la mise en œuvre des normes de Qualité des services de santé Ontario (QSSO) relativement aux soins de santé mentale et de lutte contre les dépendances. Nous continuons à soutenir la prestation continue d'initiatives de renforcement des capacités pour l'amélioration de la qualité, de concert avec des partenaires du secteur, y compris l'Association canadienne pour la santé mentale (division de l'Ontario), Dépendances et santé mentale Ontario et le Centre de toxicomanie et de santé mentale;
  • la recherche sur les questions de santé mentale et de lutte contre les dépendances constitue l'une des priorités clés du financement octroyé par le Fonds de recherche sur le système de santé (FRSS) de l'Ontario, qui fonctionne par concours. Voici quelques exemples de programmes et de projets financés par le FRSS :
    • examen de l'incidence du faible revenu et de la pauvreté sur la santé mentale de plus de 10 000 enfants et adolescents en Ontario, afin de comprendre si les enfants et les familles reçoivent les services nécessaires et de réduire le risque de problèmes de santé mentale chez les enfants;
    • documentation, évaluation et prise en charge de l'état de stress post-traumatique chez les enfants et les adolescents réfugiés;
    • évaluation du traitement intégré pour les femmes qui ont des dépendances et qui sont enceintes ou mères;
    • recherche sur les interventions visant à réduire la consommation de tabac non traditionnel dans les populations autochtones;
    • comprendre les déterminants sociaux de jeu compulsif dans la population de l'Ontario, y compris les facteurs de risque et de protection.

Partager

Tags

Gouvernement Santé et bien-être