Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Examen des sites de consommation supervisée et de prévention des surdoses ; conclusions clés

Document d'information

Examen des sites de consommation supervisée et de prévention des surdoses ; conclusions clés

Ministère de la Santé

En juillet 2018, Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé et des Soins de longue durée, a annoncé la tenue d'un examen des sites de consommation supervisée et de prévention des surdoses de l'Ontario. La ministre a mobilisé des représentants de différents secteurs afin de recevoir des commentaires sur ces sites, notamment des professionnels de la santé, des dirigeants communautaires, des représentants d'entreprises locales, des services de police, des dirigeants municipaux, des exploitants de site, des chercheurs et des personnes ayant une expérience directe. Au même moment, le ministère a réalisé une revue des recherches et des rapports scientifiques afin d'examiner les expériences dans d'autres collectivités publiques et les données de rendement des sites. La ministre a visité plusieurs sites et leur voisinage avec des représentants de l'association d'aménagement commercial locale.

Les conclusions de cet examen soulignent des éléments clés, comme les suivants :

  • combattre la crise des opioïdes exigera une stratégie exhaustive et coordonnée commençant par de la prévention et allant jusqu'à l'aiguillage des personnes concernées vers un traitement.
  • Les avis sont divisés sur les répercussions communautaires des sites de consommation supervisée et de prévention des surdoses concernant l'augmentation des crimes, le trafic de stupéfiants ou le désordre public (comme le vandalisme et les seringues souillées) ou leurs effets sur la qualité de vie des résidents locaux.
  • Les données et les preuves suggèrent qu'il y a une réduction des maladies et des décès liés aux surdoses dans les secteurs où sont situés des sites de consommation supervisée, de même que des taux inférieurs de consommation de stupéfiants dans la rue et de partage d'aiguilles.
  • Les modèles actuels de site de consommation supervisée et de prévention des surdoses doivent apporter des changements pour adapter leur champ d'action, en particulier pour aborder les préoccupations du public soulevées à leur propos.
  • Les preuves et les commentaires suggèrent que les sites de consommation supervisée améliorent la santé des consommateurs de drogue, sont rentables et réduisent la pression exercée sur le système de santé.
  • Les sites ne sont pas suffisants comme entités autonomes détachées des autres services; les sites devraient encourager les personnes à faire traiter leurs dépendances ainsi qu'à obtenir d'autres services de santé et sociaux.
  • Les options en matière de traitement de la toxicomanie, de services de santé mentale et de logement avec services de soutien sont inadéquates pour les personnes qui consomment des stupéfiants.
  • Un besoin existe pour une communication de données plus claire, une surveillance et des évaluations afin de s'assurer que le financement est utilisé efficacement.

À la suite du processus d'examen, le gouvernement met en place un programme réorienté pour les sites de consommation supervisée et de prévention des surdoses, soit les sites de consommation et de traitement (SCT).Le nouveau modèle de prestation ne sera pas uniquement équipé pour contrer les surdoses, il inclura également un accent accru et nécessaire sur l'aiguillage des personnes qui consomment des stupéfiants vers les soins primaires, le traitement et la réinsertion, ainsi que d'autres services de santé et sociaux.Les exploitants pourront présenter une demande pour continuer à prodiguer des services en vertu de ce nouveau modèle prévu.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Santé et bien-être