Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Allocution de la ministre Christine Elliott pour l'annonce de la Loi de 2019 sur les soins de santé pour la population

Document d'information

Allocution de la ministre Christine Elliott pour l'annonce de la Loi de 2019 sur les soins de santé pour la population

Ministère de la Santé

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

 Bonjour à tous.

 Je vous remercie de vous joindre à nous. J'aimerais remercier le Dr Newton et l'équipe du Bridgepoint de nous accueillir ici aujourd'hui. 


Je remercie tout particulièrement les membres du personnel de leur dévouement envers les milliers de patients qu'ils soignent jour après jour. 

Je veux aussi remercier tous ceux qui se sont joints à nous ce matin, notamment le ministre Cho et mes adjointes parlementaires, Robin Martin et Effie Triantafilopoulos.

J'aimerais d'abord vous raconter une histoire concernant un homme dont j'ai rencontré la famille afin de discuter de ses problèmes de santé.

Cet homme était en bonne santé lorsqu'il a subi un grave accident qui l'a rendu quadriplégique.

Sa famille a travaillé incroyablement fort avec son hôpital communautaire afin de pouvoir le transférer dans un endroit qui pourrait lui offrir des services de réadaptation. Même si son état était stable, il avait toujours besoin d'un ventilateur pour respirer. 

Malgré ces progrès, la seule option lui permettant d'avoir accès à un ventilateur de survie consistait à rester aux soins intensifs.

Il y est resté 13 mois. Pouvez-vous imaginer ça? 13 mois. Jour après jour, aux soins intensifs.

Parce qu'il n'y avait aucun autre endroit disponible pour le soigner. 

Aucun autre endroit en Ontario qui offre des services de réadaptation aux personnes ayant des lésions de la moelle épinière qui ont besoin d'une ventilation mécanique.

À un moment donné, cet homme ne souhaitait plus vivre et, sans l'intervention de sa famille, il aurait été débranché.

Ces soins n'étaient pas axés sur le patient — ces soins étaient au service du système.

C'est cela le problème.

C'est en raison d'histoires comme celle-là que nous sommes prêts à défier le statu quo et les années d'inefficacité des soins de santé dans cette province.

J'ai, avec le premier ministre Ford et notre gouvernement entier, pris l'engagement de mettre un terme aux soins de santé de couloir.

C'est un engagement que nous prenons très au sérieux.

Cela a été une priorité de notre gouvernement depuis le tout premier jour.

Nous en avons fait davantage pour garantir la pérennité du système de santé.

Et que des soins de grande qualité sont en place pour nous lorsque nous, ou nos proches en avons le plus besoin.

Trop de temps et d'attention sont passés à maintenir un système fragmenté et en silos.

Et de trop nombreuses personnes croient que c'est le travail du patient — ou de sa famille — de naviguer dans ce système complexe durant ce qui est déjà l'une des périodes les plus traumatisantes et stressantes de leur vie.

C'est faux.

Dans le cadre de mon travail comme députée, comme critique en santé pendant six ans, comme première ombudsman des patients de l'Ontario et maintenant à titre de ministre de la Santé et des Soins de longue durée...

... j'ai entendu le témoignage de milliers d'entre vous.

... Des patients, des familles et des soignants. 

... Des médecins, du personnel infirmier et des administrateurs d'hôpitaux. 

... Des PSSP, des préposés à la réduction des méfaits et des pharmaciens. 

... Des ambulanciers paramédicaux, des travailleurs en santé mentale et des défenseurs des personnes vulnérables. 

Comme députée, j'ai coprésidé un Comité spécial de la santé mentale et des dépendances multipartite qui a reçu un appui unanime de tous les membres de l'Assemblée législative, ainsi qu'un autre Comité spécial des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle, unanimement appuyé par tous les partis, qui reconnaissait un éventail de problèmes interconnectés comme l'hébergement, l'emploi et les soutiens sociaux. Et bien entendu, les soins de santé.

Dans le cadre de ces milliers d'heures de conversations, j'ai entendu votre refrain collectif : notre système a besoin d'un changement transformationnel.

La population ontarienne souhaite que ses représentants élus mettent de côté les sondages et qu'ils fassent finalement preuve d'initiative concernant les soins de santé en Ontario.

Nous avons franchi le point des retouches politiques qui ne font que transférer les problèmes de capacité d'un bout du système à l'autre.

Plus que jamais, j'en suis venue à comprendre que la population de l'Ontario a besoin de savoir que le gouvernement et son système de santé travaillent ensemble.

Au cours des cinq dernières années, l'Ontario a dépensé 30 % de plus que la moyenne canadienne pour les dépenses administratives de son système de santé. 

Je ne sais pas pour vous, mais je n'ai pour ma part pas constaté une amélioration de 30 % dans les soins. Les plus de 1 000 patients qui reçoivent chaque jour des soins dans des couloirs d'un bout à l'autre de l'Ontario non plus.

De plus, après des augmentations généralisées des dépenses année après année, la moyenne des temps d'attente pour obtenir une place dans un foyer de soins de longue durée a bondi de 300 % depuis 2003...

... passant de 36 à 146 jours.

Nous savons que les soins de santé représentent en Ontario 42 cents de chaque dollar que dépense le gouvernement. 

Nous nous classons mal — relativement à des facteurs critiques comme les temps d'attente, la qualité des soins et l'intégration du système — comparativement à nos homologues provinciaux. 

En ce moment, les soins sont fragmentés, en particulier aux points de transition, comme entre l'hôpital et les soins à domicile.

Les patients, les familles et les soignants sont souvent confrontés à des lacunes dans les soins, et doivent réitérer leurs préoccupations en matière de santé encore et encore en raison de l'absence d'outils numériques et d'une continuité dans les soins.

En ce qui concerne les fournisseurs de soins de santé, chacun est payé à partir d'enveloppes budgétaires différentes, et ils ne sont pas encouragés à travailler en équipe. 

Le fait est que la valeur de notre système de santé est enfermée dans des silos. 

Ce n'est pas la manière de prodiguer des soins de santé dans notre province. 

L'un des aspects les plus frustrants de cette situation, c'est que l'Ontario possède certains des meilleurs médecins, infirmières et équipes de soins de santé au monde. Nous les avons cependant laissés faire de leur mieux avec un système morcelé, tout simplement non construit pour les aider à accomplir leur travail.

Nous avons quotidiennement entendu des fournisseurs de soins de santé qui sont prêts pour un système qui favorise la collaboration, le partenariat et qui les libère d'un système ralenti par la bureaucratie qui existe en son sein. 

Nos fournisseurs de soins de santé travaillent très fort pour offrir les meilleurs soins possible.

Ils travaillent fort pour nous aiguiller vers les services dont nous avons besoin... et ils le font malgré le fait qu'ils ont peu d'outils pour faire ces aiguillages.

Nos fournisseurs devraient pouvoir facilement nous aiguiller vers ces soins. Et une fois qu'ils ont fait ce lien, ils devraient déjà avoir en main vos antécédents médicaux afin que vous n'ayez pas à les répéter.

Imaginez si nous pouvions prendre des rendez-vous en ligne. Si nous avions accès à notre propre dossier de santé.

Et ce que nous pourrions faire si nous connections le meilleur de ce qui existe dans le système et tirions parti de ces réussites au profit de tout un chacun.

Prenez par exemple Action Cancer Ontario.

Action Cancer Ontario a bâti certain des meilleurs programmes de gestion de la maladie au monde concernant les cas de cancer et de maladie rénale.

Imaginez si nous pouvions amplifier ces réussites et prendre les meilleures pratiques que nous avons apprises en élaborant ces programmes afin d'édifier une stratégie de gestion des maladies chroniques plus vaste et exhaustive.

Imaginez si nous pouvions reproduire ces réalisations pour corriger les iniquités qui ont mené à la création d'un tel système de renommée mondiale en matière de cancer tout en laissant notre secteur de la santé mentale et de la lutte contre les dépendances avec peu ou pas d'infrastructure.

En ce moment, nous abandonnons la population ontarienne parce que nous avons un système qui est déconnecté. 

Les efforts ne sont pas coordonnés vers un objectif commun, mais sont dispersés et dilués dans l'ensemble d'un système qui se bat pour chaque dollar investi en santé plutôt que de réaliser la valeur de cet argent.

Aujourd'hui est donc un grand jour.

J'ai attendu pendant presque 13 ans pour dire directement à la population ontarienne... nous vous voyons, nous vous entendons et vous avez finalement un gouvernement qui n'a pas peur de bâtir un système de santé pour VOUS!

Parce que la vérité, c'est que nous avons des milliers de travailleurs ontariens dévoués pour offrir de meilleurs soins de santé en Ontario. Mais la structure de notre système est boiteuse.

Et cela prend fin maintenant.

Une chose que je tiens à clarifier, c'est l'engagement de notre gouvernement envers le droit fondamental de la population ontarienne d'avoir un accès universel à un système de santé financé par les deniers publics. 

Pour moi, cela fait partie de ce que veut dire être une Canadienne... être une fière Ontarienne.

C'est pourquoi, durant tout le processus mis en place par notre gouvernement afin d'élaborer une vision pour notre système de santé, je veux dire directement et très clairement à la population de l'Ontario que notre objectif principal est et a toujours été de renforcer notre système de santé financé par les deniers publics.

... Et cela signifie de payer pour des services avec votre carte Santé.

Mais alors que l'accès universel à des soins de santé financés par le public ne fait pas l'objet d'un débat, la structure et l'efficacité de notre système font l'objet d'un tel débat.

Mesdames et messieurs, un nouveau jour se lève pour les soins de santé en Ontario...

... et je suis fière d'annoncer que notre plan commence chez nous, dans nos collectivités.

L'une de nos priorités clés comme gouvernement est d'offrir localement des soins en milieu communautaire, qui échappent à la bureaucratie.

Je suis donc ici pour exposer notre vision de soins communautaires axés sur les patients, prodigués par le truchement d'équipes Santé Ontario locales.

Les équipes Santé Ontario seront formées de vos fournisseurs de soins de santé locaux et seront organisées d'une façon qui leur permettra de travailler comme un groupe coordonné. Ces équipes seront construites pour guider les patients entre les fournisseurs et pour vous orienter, ainsi que votre famille, durant les transitions. 

Elles partageront la responsabilité liée aux plans de soins, à la prestation de services et aux résultats. Et, ce qui est encore plus important, elles aboliront l'incertitude liée à la navigation dans le système de santé. 

Grâce aux équipes Santé Ontario, les patients auront finalement un mot à dire à propos de leur parcours en matière de soins de santé. Grâce aux mesures de sécurité en place, bien entendu, pour protéger les renseignements, les patients auront l'option d'accéder en toute sécurité à des services de santé numériques, notamment prendre des rendez-vous en ligne, discuter virtuellement avec un spécialiste ou avoir accès à leur dossier de santé électronique.

Et ce qui est formidable à propos des équipes Santé Ontario, c'est qu'elles reposent sur une direction qui existe déjà dans la collectivité plutôt que de créer un autre niveau de bureaucratie et de gestion.

J'aimerais partager avec vous un exemple de ce modèle qui fonctionne déjà dans ma circonscription de Newmarket-Aurora, à l'Hôpital Southlake, grâce à leur programme Southlake@Home.

L'Hôpital Southlake a communiqué avec moi l'an dernier avec une proposition proactive pour des soins communautaires intégrés, précisément autour de l'hôpital — la relation avec les soins à domicile.

Grâce à la collaboration, nous avons permis à l'hôpital de forger un partenariat directement avec les fournisseurs de soins à domicile dans un effort pour favoriser une transition plus efficace des patients sortant de l'hôpital, et pour lutter contre la hausse du taux d'autre niveau de soins — l'un des principaux facteurs des soins de santé de couloir.

Ce n'est là qu'un exemple de la manière dont les fournisseurs de soins communautaires cherchent déjà des possibilités d'unir leurs forces sans interférence d'un gouvernement à la main lourde qui pense en savoir plus que les travailleurs de la première ligne.

Et ce sont ces possibilités et ces relations que nous cherchons à habiliter grâce à la création des équipes Santé Ontario, qui mettront enfin le patient au centre du réseau de fournisseurs.

Nous entrevoyons un modèle de prestation des soins de santé en milieu communautaire qui connecte les soins — et qui inclut notamment les soins primaires et les hôpitaux, les soins à domicile et les soins de longue durée, ainsi que les soutiens en matière de santé mentale et de lutte contre les dépendances.  

En fait, ce serait formidable si nous connections l'entièreté de notre système de santé, afin qu'il travaille comme un système unique.

La réalité, c'est que pour mettre en place le système de santé axé sur les patients que nous croyons fermement nécessaire, nous devons permettre la collaboration et la coordination de haut en bas.

Et cela nécessite d'examiner la manière de structurer au mieux nos organismes.

Au fil du temps, nous avons continué d'ajouter, mais sans les intégrer ni les coordonner, de nouveaux organismes et programmes de santé.

Cette approche à la planification du système a entraîné la création de plusieurs organismes distincts, travaillant chacun à concrétiser une vision différente, suivant leur propre plan de travail et adoptant parfois des points de vue différents concernant la manière de prodiguer les meilleurs soins qui soient aux patients.

Ces organismes ciblent également souvent des populations de patients ou des problèmes de santé particuliers, alors qu'en réalité, les gens sont des personnes à part entière, qui se répartissent dans plusieurs groupes ou domaines d'intérêt particulier. 

Ce n'est pas la faute d'un quelconque groupe. Cela relève plutôt de notre incapacité collective à faire preuve du courage nécessaire pour prendre ce qui fonctionne le mieux et pour le pousser encore plus loin. 

Le fait est que des programmes de classe mondiale sont élaborés et exécutés par nos différents organismes.

Encore une fois, nous avons enfermé la valeur de notre système dans des silos.

Nous avons véritablement l'occasion — je dirais même la responsabilité — d'amplifier la force de ce qui fonctionne en réunissant nos ressources et en comparant les idées et les réussites qui peuvent être traduites afin d'améliorer d'autres programmes.

Afin d'apporter une approche cohérente à notre système de santé.

Une vision commune. Un guichet unique de supervision. Un effort unifié pour partir d'où nous sommes afin de nous rendre où nous devons être.

C'est pourquoi j'annonce aussi que notre gouvernement a créé un nouvel organisme, Santé Ontario, pour accomplir ce travail important.

Pour réunir le meilleur de notre système et former des racines profondes qui donneront aux soins de santé dans notre province une base solide pour l'avenir.

Il s'agira d'un lieu unique et harmonisé pour les programmes et l'exploitation des organismes provinciaux existants.

Santé Ontario commencera à prendre forme ce printemps. Je veux cependant souligner qu'il s'agit d'un processus à long terme. 

Du temps sera nécessaire pour fusionner ces organismes afin de créer un nouvel organisme plus efficace.

Mais c'est la bonne chose à faire.

Si nous voulons véritablement finalement édifier un système de santé axé sur vous et vos familles — nous devons retrousser nos manches et nous atteler au travail pour y parvenir.

Nous devons être audacieux.

Nous devons être créatifs.

Et nous devons travailler ensemble.

Je sais que ce que nous annonçons aujourd'hui est important. 

Et que le changement véritable et significatif n'est jamais facile. 

Mais je sais aussi ce qui est en jeu. 

Ce n'est rien de moins que l'avenir du système de santé sur lequel nous comptons et du système que nous avons l'obligation d'améliorer et de protéger.

Il faut agir maintenant et j'ai confiance que nous avons le plan et l'équipe en place pour que cela se réalise.

Je sais qu'ensemble, nous bâtirons enfin un système de santé coordonné ici en Ontario, axé autour des patients.


Merci

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement