Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Discours de la vice-première ministre et ministre Christine Elliott à la conférence annuelle de la Rural Ontario Municipal Association de 2020

Discours

Discours de la vice-première ministre et ministre Christine Elliott à la conférence annuelle de la Rural Ontario Municipal Association de 2020

Ministère de la Santé

LE TEXTE PRONONCÉ FAIT FOI.

Bonjour tout le monde.

C'est avec plaisir que je me joins à vous aujourd'hui.

J'ai particulièrement hâte que les délégations qui doivent se joindre à plusieurs d'entre vous au cours des deux prochains jours prennent connaissance de vos expériences en matière de soins de santé et de la façon dont nous pouvons collaborer pour améliorer la santé et le bien-être de vos collectivités.

Notre gouvernement est fier de travailler avec ses partenaires des gouvernements ruraux pour trouver des solutions qui profitent à tous les Ontariens et Ontariennes, peu importe où ils vivent.

En tant que vice-premier ministre et ministre de la Santé de l'Ontario, il m'incombe de contribuer à l'établissement d'un système de santé publique qui profite à tous les Ontariens et Ontariennes. Cela comprend les quelque trois millions de personnes qui vivent à l'extérieur des grandes régions métropolitaines de notre province.

Ce n'est pas une responsabilité que je prends à la légère. En fait, je suis fière des progrès que nous avons réalisés au cours de la dernière année pour commencer à corriger les inégalités de longue date qui ont nui à la santé des collectivités rurales et éloignées de l'Ontario.

Prenons, par exemple, les 68 millions de dollars que notre gouvernement a annoncés l'automne dernier et qui ont été investis pour aider les petits et moyens hôpitaux de l'Ontario à composer avec leur situation particulière et leurs difficultés de financement.

Ce nouvel investissement s'ajoute aux 384 millions de dollars supplémentaires que les hôpitaux de l'Ontario ont reçus dans le cadre du budget de 2019 de la province.

Il comprend une augmentation de 1 % du financement de 66 hôpitaux de petite taille à l'échelle de la province...

...1,5 % pour 23 hôpitaux de taille moyenne...

...et un financement ciblé pour aider à faire face aux situations uniques et aux défis historiques en matière de financement.

Les besoins réels et importants des hôpitaux qui desservent les collectivités rurales de l'Ontario ont été ignorés pendant trop longtemps.

C'est pourquoi, le mois dernier, notre gouvernement était fier d'annoncer un investissement dans la santé et la sécurité des patients en effectuant des mises à niveau, des réparations et des travaux d'entretien urgents pour aider à moderniser 131 hôpitaux dans la province.

Dans le cadre du Fonds de réaménagement de l'infrastructure du système de santé, l'Ontario investit 175 millions de dollars cette année pour aider les hôpitaux de la province à entretenir leur infrastructure et à assurer un environnement sûr et confortable aux patients qui reçoivent des soins.

De plus, nous avons également annoncé que nous investissons 7,2 millions de dollars dans le cadre du Fonds de réaménagement de l'infrastructure de la santé communautaire, afin de répondre aux besoins urgents ou émergents de renouvellement de l'infrastructure des fournisseurs de services de santé communautaires qui répondent à des critères précis à titre prioritaire.

Ces investissements contribueront à faire en sorte que les patients de tout l'Ontario...

...où qu'ils vivent...

...puissent recevoir les soins dont ils ont besoin dans un cadre sûr et confortable.

Des détails apparemment mineurs comme des toits, des fenêtres ou des systèmes de chauffage et de climatisation qui fonctionnent bien, des alarmes d'incendie et des génératrices de secours peuvent faire toute la différence dans l'expérience d'un patient et lui assurer l'accès à des soins fiables et de haute qualité.

Maintenant, comme tout le monde ici le sait, notre gouvernement s'est engagé envers la population de l'Ontario à mettre fin aux soins de santé dans les couloirs.

Il s'agit d'un problème longtemps négligé. La triste réalité est qu'il n'existe pas de solution facile. J'aimerais qu'il y en ait une.

Mais notre gouvernement a un plan complet pour tenir cette promesse.

C'est un plan qui repose sur quatre piliers.

Premièrement, nous voulons faire en sorte que les Ontariens et les Ontariennes restent en santé et ne soient pas hospitalisés. Nous appelons ce pilier « la prévention et la promotion de la santé ».

Deuxièmement, notre plan fera en sorte que les Ontariens et Ontariennes reçoivent les soins appropriés au bon endroit.

Bien qu'il soit à bien des égards l'épine dorsale de notre système de santé, surtout dans les collectivités rurales, l'hôpital n'est pas toujours le meilleur endroit où un patient peut recevoir des soins...

...surtout à une époque où un trop grand nombre d'hôpitaux fonctionnent à plus de 100 % de leur capacité.

Troisièmement, nous intégrons mieux les soins pour améliorer le cheminement des patients.

Ainsi, les patients qui sont prêts à quitter l'hôpital pourront le faire avec le soutien et les soins dont ils ont besoin, tout en libérant des lits pour les patients qui attendent dans un couloir ou une salle de réunion.

Enfin, en investissant 27 milliards de dollars sur dix ans dans des projets d'infrastructure hospitalière, notre plan renforce la capacité dont le système a grandement besoin, y compris dans les hôpitaux des collectivités rurales de la province.

Qu'il s'agisse du West Lincoln Memorial, du Lake of the Woods, de Markdale ou du Prince Edward County Memorial, nous investissons dans la construction et l'agrandissement de la capacité hospitalière pour tous les Ontariens et les Ontariennes, plus près de chez eux.

Alors que le gouvernement poursuit son travail pour faire avancer le système de soins de santé de l'Ontario dans le 21e siècle, ce financement aidera les fournisseurs de services de santé à s'attaquer aux problèmes urgents.

Permettez-moi de revenir au premier pilier de notre plan visant à mettre fin aux soins de santé dans les couloirs : la prévention et la promotion de la santé.

Pour bâtir des collectivités plus saines, nous devons envisager la meilleure façon de fournir des services de santé publique qui soient résilients, efficaces, souples et modernes...

...et de manière à répondre aux besoins et aux priorités en évolution des familles de l'Ontario en matière de santé.

Pendant trop longtemps, la santé publique a existé de façon isolée par rapport au système de santé général...

... une préoccupation soulignée par la vérificatrice générale.

En 2017, la vérificatrice générale a signalé que les services de santé publique sont mal coordonnés et font double emploi.

La vérificatrice générale a aussi signalé que les services de santé publique sont offerts de façon inégale dans la province.

Cela n'est ni juste ni équitable pour la population de l'Ontario, en particulier pour les habitants des collectivités rurales qui ne bénéficient peut-être pas de la portée ou de l'échelle dont disposent les grandes municipalités.

Il faut faire quelque chose. Le statu quo n'est pas une option. Nous devons faire ressortir la valeur du bon travail accompli dans les collectivités de la province pour garder les gens en santé.

À cette fin, nous travaillons avec nos partenaires municipaux pour concevoir un système de santé publique qui répond aux principes suivants :

  • une plus grande uniformité et équité dans la prestation des services à l'échelle de la province;
  • une clarté et une harmonisation accrues des rôles et des responsabilités entre la province, Santé publique Ontario et les services de santé publique locaux;
  • la mise en valeur et la promotion de pratiques novatrices de pointe et de forces clés dans toute la province;
  • de meilleures relations plus approfondies avec les soins primaires et le système de soins de santé en général pour répondre à l'objectif de mettre fin aux soins de santé dans les couloirs, grâce à une meilleure promotion et prévention de la santé.

Alors que nous apportons ces changements qui se font attendre depuis longtemps, je veux que vous sachiez que notre gouvernement est à l'écoute.

Sous la direction de Jim Pine, notre conseiller en matière de santé publique et de services de santé d'urgence, le ministère de la Santé a lancé de nouvelles consultations auprès des intervenants partout en Ontario.

Jusqu'à présent, des séances en personne ont eu lieu à Thunder Bay, à Peterborough, dans la région de Peel, à North Bay et à London. Environ 200 participants des secteurs de la santé publique, des services de santé d'urgence et des municipalités sont venus faire part de leurs réflexions et de leurs meilleurs conseils.

On planifie actuellement neuf ou dix autres séances en personne, ainsi que d'autres réunions, par exemple avec le groupe de travail sur la santé de la Association of Municipalities of Ontario, demain après-midi.

Un document de travail pour chacun des services de santé publique et de santé d'urgence a également été diffusé aux intervenants, leur demandant de faire part de leurs commentaires d'ici le 10 février 2020.

À ce jour, plus de 400 soumissions ont été reçues d'organisations et de personnes qui ont donné leur avis.

Et bien que nous reconnaissions qu'il nous reste encore beaucoup de consultations à faire, nous entendons déjà des messages éloquents de la part de nos partenaires.

Nous entendons dire qu'il y a une ouverture d'esprit pour faire les choses différemment et pour relever les défis de capacité des services de santé publique, en se fondant sur des données probantes et en étant déterminés, de concert avec les partenaires.

Fait important, on nous a dit qu'il faut tenir compte des enjeux et des besoins uniques de vos collectivités lorsque nous envisageons des changements.

Dans les cas où les bureaux de santé ont des partenariats bien établis, comme ceux avec les services sociaux et les services de soins de santé, nous entendons dire qu'il existe un intérêt pour le maintien et le renforcement des partenariats existants.

Nous reconnaissons qu'il y a également un intérêt pour que la santé publique continue d'être alignée sur les niveaux de gouvernement régionaux et municipaux.

Nous entendons dire qu'il faut mieux définir le rôle de nos services de santé.

Et tandis que nous continuons d'entendre des questions sur la mise en œuvre de la nouvelle entente de partage des coûts et son incidence sur les municipalités...

... nous avons également entendu des gens appuyer la nécessité de veiller à ce que les services de santé publique fonctionnent de façon plus efficace et efficiente.

Ensemble, nous pouvons relever nos défis communs et saisir ces occasions pour bâtir un système de santé publique plus solide et plus efficace.

Ensemble, nous pouvons faciliter l'établissement de relations meilleures et plus profondes entre la santé publique et les soins primaires afin de maintenir nos collectivités en santé et d'aider à mettre fin aux soins de santé dans les couloirs.

En ce qui concerne les services de santé d'urgence de l'Ontario, nous entendons parler des défis de longue date que posent la technologie désuète et l'incapacité de communiquer en temps réel avec les autres services de la région. 

Nous entendons parler de la possibilité d'améliorer les systèmes de répartition afin de mieux répondre aux besoins des patients et de faire le meilleur usage possible des ressources paramédicales dans vos collectivités.

Comme dans une grande partie de notre système de santé, nous avons entendu dire que nos ambulanciers paramédicaux ont besoin d'un accès plus grand et plus transparent aux antécédents des patients et aux dossiers de santé.

Les municipalités ont exprimé leurs préoccupations au sujet du transport des patients entre les établissements, surtout dans les régions rurales où les distances entre les services sont vastes. 

Nous comprenons que dans les régions où les services paramédicaux sont appelés à transporter ces patients, cela peut réduire considérablement la disponibilité de la capacité paramédicale pour les urgences au sein de vos collectivités.

Je sais que Jim s'adressera à bon nombre d'entre vous plus tard aujourd'hui au sujet des consultations et discutera de ces questions importantes.

Nous croyons qu'il y a là une occasion d'apporter des changements significatifs qui profiteront à nos collectivités et à nos citoyens. Vous avez les connaissances requises pour nous aider à atteindre cet objectif.

Notre gouvernement poursuivra ses consultations tout au long du mois de février.

À ce moment-là, nous pourrons commencer à envisager les changements importants que nous devons apporter pour moderniser et renforcer nos services de santé publique et de santé d'urgence en consultation avec vous, nos partenaires municipaux.

Encore une fois, je vous remercie de nous avoir invités à être ici aujourd'hui. J'ai hâte de vous entendre tous sur ces sujets importants pour nos collectivités rurales.

Merci.

Renseignements pour les médias

Partager

Sujets

Gouvernement Santé et bien-être