Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Soutenir les travailleurs chargés d'appliquer la loi, qui présentent un ÉSPT

Communiqué

Soutenir les travailleurs chargés d'appliquer la loi, qui présentent un ÉSPT

La présomption d’ÉSPT permettrait d’accélérer le traitement, le rétablissement et le retour au travail

ministère du Travail

L'Ontario propose d'étendre la présomption d'état de stress post-traumatique (ÉSPT) aux agents spéciaux et aux membres civils des services de police qui travaillent dans le Système d'analyse des liens entre les crimes de violence (SALVAC) et dans les unités de médecine légale. Cela permettrait d'accélérer le traitement, le rétablissement et le retour au travail des travailleurs. 

En raison de la nature de leur travail, les travailleurs chargés d'appliquer la loi sont exposés à des situations traumatisantes et risquent davantage de présenter un ÉSPT.

Si un travailleur visé par la présomption proposée reçoit un diagnostic d'ÉSPT d'un psychiatre ou d'un psychologue, on présumerait que la demande de prestations présentée à la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) est liée au travail. Cela permettrait au travailleur d'avoir rapidement accès à des indemnités et un traitement convenable, ce qui assurera son rétablissement.

Offrir un soutien en santé mentale dans les lieux de travail fait partie du plan de l'Ontario pour promouvoir l'équité et les chances de succès en cette période d'évolution rapide de l'économie. Le plan comprend un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, la gratuité scolaire pour des centaines de milliers d'étudiants, un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables, ainsi que les médicaments d'ordonnance gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération.

Faits en bref

  • La présomption d’ÉSPT s’applique actuellement aux premiers intervenants, dont les policiers, les pompiers et les ambulanciers paramédicaux.
  • L’ÉSPT est caractérisé par une souffrance cliniquement significative, une déficience de fonctionnement et la manifestation de certains types de symptômes, à la suite de l’exposition à un ou plusieurs événements traumatisants. Les symptômes incluent des flash-back douloureux, des cauchemars, des emportements et des idées suicidaires, ainsi que des sentiments d’inquiétude, de culpabilité et de tristesse.

Ressources additionnelles

  • Rapport du sommet de 2016 sur l’ÉSPT « Réaliser des progrès en prévention ».

Citations

Kevin Flynn

« L’ÉSPT est une maladie grave et débilitante. Les agents spéciaux et les membres civils des services de police qui travaillent dans le Système d’analyse des liens entre les crimes de violence et dans les unités de médecine légale font souvent face à des situations traumatisantes qui pourraient entraîner un ÉSTP. Nous devons nous assurer qu’ils ont les ressources et les traitements dont ils ont besoin pour se rétablir et retourner au travail d’une manière sécuritaire. Comme les premiers intervenants, ils mettent leur santé et leur sécurité en jeu pour nous protéger et nous devons être prêts à agir lorsqu’ils ont besoin de notre aide. »

Kevin Flynn

ministre du Travail

Marie-France Lalonde

« Une exposition à des événements et du matériel traumatisants peut avoir des effets dévastateurs sur la santé mentale des travailleurs chargés d’appliquer la loi. Étendre la protection de présomption d’ÉSPT à ceux qui rencontrent et subissent ce genre de chose dans le cadre de leurs fonctions est un volet important pour assurer leur santé, parce qu’ils travaillent pour assurer notre sécurité. »

Marie-France Lalonde

ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels

« La PAO félicite le gouvernement de l’Ontario d’avoir pris cet important pas pour reconnaître et protéger le personnel de soutien policier et d’étendre la protection de la loi présomptive. Les services de police de l’Ontario reçoivent un soutien essentiel de nos membres civils, dont les agents spéciaux, les communicateurs, les téléphonistes, les techniciens en médecine légale et les analystes du SALVAC. Les membres civils de nos services de police travaillent avec diligence pour soutenir nos agentes et agents assermentés. Au travail, ils sont témoins de tragédies et d’événements traumatisants comme nos premiers intervenants et méritent de recevoir le même traitement et les mêmes soins que nos agents assermentés. Ainsi, nous applaudissons cette prochaine étape supplémentaire en ce qui a trait à la protection présomptive. »

Bruce Chapman

président, Police Association of Ontario

« Un grand nombre des membres civils chargés d’appliquer la loi, dont les agents spéciaux, travaillent côte à côte avec nos membres assermentés et sont exposés régulièrement aux mêmes stresseurs traumatisants. Nous sommes ravis que le gouvernement de l’Ontario reconnaisse cette situation et accordera aux membres chargés d’appliquer la loi la même protection présomptive qui se trouve dans la Loi de 2016 d’appui aux premiers intervenants de l’Ontario. »

Rob Jamieson

président-directeur général, OPP Association

Contacts Médias

Partager

Tags

Gouvernement Santé et bien-être Travail et emploi