Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Un soutien accru pour le personnel infirmier présentant un ÉSPT

Communiqué

Un soutien accru pour le personnel infirmier présentant un ÉSPT

La présomption d’un ÉSPT permettrait d’accélérer le traitement, le rétablissement et le retour au travail

ministère du Travail

Le gouvernement de l'Ontario propose d'étendre le soutien accordé aux premiers intervenants aux infirmières et infirmiers de première ligne qui fournissent directement des soins aux patients et qui présentent un état de stress post-traumatique (ÉSPT), en veillant à ce qu'ils puissent avoir rapidement accès à des prestations, des ressources et un traitement grâce à la mise en œuvre de la présomption que l'ÉSPT est relié à leur travail. 

Les infirmières et infirmiers de première ligne qui sont des premiers intervenants sont exposés à des situations traumatisantes et ont davantage de risques de présenter un ÉSPT. Avec la nouvelle présomption proposée, une fois qu'une infirmière ou un infirmier de première ligne reçoit un diagnostic d'ÉSPT par un psychiatre ou un psychologue, le processus de demande de prestations à la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) sera accéléré et ils ne devront pas prouver un lien de causalité entre l'ÉSPT et un événement survenu au travail.

Offrir un soutien en santé mentale dans les lieux de travail fait partie du plan de l'Ontario pour promouvoir l'équité et les chances de succès en cette période d'évolution rapide de l'économie. Le plan comprend un salaire minimum plus élevé, l'amélioration des conditions de travail, la gratuité scolaire pour des centaines de milliers d'étudiants, un meilleur accès à des services de garde d'enfants abordables, ainsi que les médicaments d'ordonnance gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, grâce à la plus grande expansion de l'assurance-santé en une génération.

Faits en bref

  • La présomption d’ÉSPT s’applique actuellement aux premiers intervenants, dont les policiers, les pompiers et les ambulanciers paramédicaux.
  • L’ÉSPT est caractérisé par une souffrance cliniquement significative, une déficience de fonctionnement et la manifestation de certains types de symptômes, à la suite de l’exposition à un ou plusieurs événements traumatisants. Les symptômes incluent des flash-back douloureux, des cauchemars, des emportements et des idées suicidaires, ainsi que des sentiments d’inquiétude, de culpabilité et de tristesse.
  • La présomption d’ÉSPT proposée viserait jusqu’à 140 000 infirmières et infirmiers en Ontario.

Ressources additionnelles

  • Rapport du sommet de 2016 sur l’ÉSPT « Réaliser des progrès en prévention ».

Citations

Kevin Flynn

« Notre gouvernement tient à assurer la santé et la sécurité des millions de personnes qui travaillent en Ontario. L’ÉSPT est une maladie grave et débilitante. Grâce à des ressources convenables et à un prompt traitement, nous savons qu’il est possible de prévenir ou d’atténuer cette maladie. Il est impératif que nous soyons prêts à aider les infirmières et infirmiers qui mettent leur santé et leur sécurité en jeu pour aider autrui. »

Kevin Flynn

ministre du Travail

Dr Eric Hoskins

« Tous les infirmiers et infirmières qui fournissent directement des soins à des patients et qui présentent un ÉSPT auraient facilement accès aux prestations dont ils ont besoin. Le personnel infirmier, ainsi que les autres membres des professions d’intervention d’urgence, sont souvent les derniers à demander de l’aide, car ils se préoccupent avant tout du bien-être d’autrui. Il est de notre responsabilité de prendre soin de ceux qui mettent leur vie en danger, sans réfléchir à leur propre sécurité, pour venir en aide à des millions de gens en Ontario. »

Dr Eric Hoskins

ministre de la Santé et des Soins de longue durée

« Tout au long de leur carrière, les infirmières et infirmiers traversent de nombreux moments et événements critiques et traumatisants. Nous félicitons le gouvernement d’avoir pris conscience de cette réalité en incluant le personnel infirmier dans la présomption d’ÉSPT que prévoit la loi. »

Linda Haslam-Stroud

infirmière autorisée, présidente, Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario

« Nous félicitons le gouvernement pour avoir reconnu que les infirmières et infirmiers sont des premiers intervenants et qu’ils doivent être inclus dans la loi leur donnant accès au traitement pour un état de stress post-traumatique (ÉSPT). Nous savons que chaque jour, le personnel infirmier autorisé, practicien et auxiliaire autorisé fait face à des incidents de violence et est traumatisé comme le sont les policiers et les ambulanciers paramédicaux. Les infirmières et infirmiers représentent les effectifs les plus importants au sein du système de santé de la province et nous croyons que c’est un pas important pour reconnaître et protéger le personnel infirmier. »

Dr Doris Grinspun

présidente-directrice générale de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario

Contacts Médias

Partager

Tags

Gouvernement Santé et bien-être Travail et emploi