Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

L'Ontario est ouvert aux affaires : les économies sur les taux de primes de la WSIB aideront les employeurs à stimuler l'économie

Communiqué

L'Ontario est ouvert aux affaires : les économies sur les taux de primes de la WSIB aideront les employeurs à stimuler l'économie

L’élimination du passif non provisionné assure un régime viable et responsable

ministère du Travail

TORONTO - Le gouvernement de l'Ontario pour la population et la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (WSIB) ont aujourd'hui annoncé que les taux de primes des employeurs seront considérablement réduits en raison de l'élimination du passif non provisionné du Fonds de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail de la WSIB. 

« C'est une excellente nouvelle pour les Ontariennes et Ontariens. Les employeurs pourront se servir de ces économies substantielles pour injecter plus d'argent dans l'économie, investir dans du nouveau matériel et de nouvelles infrastructures et créer de bons emplois ici en Ontario. Les travailleuses et travailleurs pourront être confiants que la WSIB est dotée d'un régime viable qui a assez d'argent pour payer leurs prestations futures », a déclaré la ministre du Travail, Laurie Scott.

En éliminant le passif non provisionné, la WSIB pourra réduire le taux de prime moyen des employeurs de près de 30 pour 100 et ce, à compter du 1er janvier 2019. Cette mesure aidera les employeurs à économiser de l'argent, à accroître les investissements et à créer plus d'emplois, ce qui entraînera l'injection de 1,45 milliard de dollars dans l'économie de l'Ontario. 

« L'annonce d'aujourd'hui n'est qu'un seul volet de notre plan visant à baisser les impôts, à réduire les fardeaux réglementaires, à protéger et créer des emplois et à faire savoir au monde entier que l'Ontario est ouvert aux affaires », a indiqué Mme Scott.

Le passif non provisionné, c'est-à-dire le manque à combler entre les obligations futures de payer les travailleurs blessés et l'argent dont on dispose pour les payer, se chiffrait à 14,2 milliards de dollars en 2011. Son élimination aide à assurer un régime durable et responsable de sécurité professionnelle et d'assurance contre les accidents du travail qui soutient les travailleurs blessés et favorise la croissance économique et la productivité en Ontario.

Un régime qui est entièrement financé signifie que les travailleurs qui sont blessés au travail ou contractent une maladie pourront recevoir les prestations et les services auxquels ils ont droit et assure une tranquillité d'esprit aux travailleurs et à leurs familles.

« Notre gouvernement travaille plus fort, plus judicieusement et plus efficacement pour faciliter la vie à la population ontarienne. Nous continuerons de gérer un régime qui réduit le fardeau des entreprises tout en rassurant les travailleuses et travailleurs et leurs familles », a souligné Mme Scott.

Renseignements

Partager

Sujets

Affaires et économie Gouvernement Santé et bien-être Travail et emploi