Salle de presse du gouvernement de l'Ontario

Hommage à l'histoire francophone en Ontario, le long de la Promenade Héritage du Parc Rotary Champlain Wendat

Document d'information archivé

Hommage à l'histoire francophone en Ontario, le long de la Promenade Héritage du Parc Rotary Champlain Wendat

Statue d'Étienne-Brûlé (1592-1633)

C'est en 1610 que le premier Européen est arrivé dans la région de Penetanguishene. Samuel de Champlain, gouverneur de la Nouvelle-France, avait envoyé Étienne Brûlé, coureur de bois de 18 ans, explorer la baie Georgienne. Brûlé a voyagé de Québec pour apprendre les moeurs et la langue de la nation Wendat et établir des contacts pour la traite des fourrures entre Penetanguishene et Québec. Son jeune âge, sa bravoure et son sens d'aventure ont contribué à la découverte de trois, voire même des cinq Grands Lacs, et à établir des racines françaises à Penetanguishene. Brûlé est devenu le premier représentant français dans la région et a adopté certaines coutumes autochtones qui lui convenaient. En 1629, alors que la guerre sévissait entre la France et l'Angleterre, Brûlé a trahi Champlain en guidant la flotte britannique à remonter le fleuve Saint-Laurent où les Anglais et les Iroquois ont capturé Champlain à Québec. On croit que la trahison de Brûlé s'est ajoutée à ses autres indiscrétions pour provoquer les Hurons-Wendat qui se sont retournés contre lui pour le tuer en 1633.

Bustes

Wendat

Au début des années 1600, les rives de Penetanguishene appartenaient au territoire de la Confédération huronne-wendat. Le peuple Huron-Wendat était une nation d'agriculteurs, de chasseurs et de commerçants vivant en grands groupes communautaires pouvant rassembler jusqu'à deux mille personnes dans plusieurs maisons longues. La société était matrilinéaire qui retrace la succession et la filiation par une ligne de descendance féminine. Les femmes étaient responsables de la majorité de l'agriculture qui subvenait aux besoins du peuple, car trois quarts de la nourriture était cultivés. Dès 1615, les Hurons-Wendat avaient conclu une alliance commerciale formelle avec les Français et forgé des liens d'amitié avec Champlain. La société huronne-wendat subirait de profonds changements du fait de cette relation. Aujourd'hui, les Hurons-Wendat habitent à Wendake, près de la ville de Québec.

Buste Métis

La nation des Métis

Avant que le Canada ne devienne une nation, un nouveau peuple autochtone est né des relations entre les femmes autochtones et les hommes européens. Les premiers enfants issus de ces unions étaient des personnes d'ascendance mixte qui signalaient le début d'un nouveau peuple autochtone manifestant une identité et une culture distinctes dans le centre-ouest de l'Amérique du nord - la nation des Métis.

  Ces personnes Métis étaient reliées par le réseau de traite des fourrures, de nombreux liens de parenté et une identité collective. En Ontario, des établissements métis historiques sont apparus le long des rivières et des bassins versants entourant les Grands Lacs et parsemant le nord-ouest de la province. L'un de ces établissements était une communauté dynamique en Huronie. De fait, les Métis comptaient parmi les premiers colons à s'établir à Penetanguishene suite à la migration de l'île Drummond en 1828 et 1829.

Buste du révérend Théophile Laboureau (1837-1904)

Téophile François Laboureau est né en 1837 en France et a été nommé à l'église Sainte-Anne à Penetanguishene en 1873. Il trouvait que sa petite église devrait être remplacée par une église-souvenir digne de commémorer les exploits des missionnaires héroïques du Canada et l'histoire bien ancrée de Penetanguishene. Dans les années suivantes, le père Laboureau a voyagé en Europe dans le but d'obtenir des fonds pour construire l'église Sainte-Anne. En 1886, la pierre angulaire a été posée et la « cathédrale du Nord» a été achevée en 1902.

Buste du père Joseph Le Caron (1586 - 1632)

Joseph Le Caron est l'un des quatre missionnaires pionniers du Canada et le deuxième Européen à débarquer en Huronie. Né en 1586, Le Caron était un prêtre catholique qui est arrivé en Huronie en 1615, peu de temps avant que Samuel de Champlain établisse une relation avec la tribu autochtone Huron Wendat. Le 12 août 1615, il a dirigé la première messe catholique en Ontario à Carhagouha, situé à proximité de l'actuelle ville de Penetanguishene.

Buste du père Athol Murray (1892-1975)

Père Athol Murray, futur membre de l'Ordre du Canada et du Temple de la renommée du Hockey, est venu à l'église Sainte-Anne à Penetanguishene en 1918, peu de temps après sa consécration. Le père Murray a joué un rôle dans la célébration des 300 ans de l'arrivée de Samuel de Champlain qui s'est déroulée en 1921 sous le nom de la Semaine de l'hospitalité où l'on a organisé une importante reconstitution historique et mise en place les Anges de bonnes intentions à l'entrée de la ville.

Plaques

Les trois plaques jumelles dévoilées dans le parc commémoratif lors de la cérémonie de clôturedu 400e, rappellent celle remise par le gouvernement de l'Ontario à la ville de Honfleur et installée au parc Champlain le 12 octobre 2015. Les plaques relatent l'histoire de la visite de Champlain en Ontario en 1615, en anglais et en français, ainsi qu'en Anishinabe, en Montagnais-Innu, en Mohawk et en Wendat, les langues parlées par les quatre Premières Nations qu'auraient rencontrées Champlain durant son séjour. Le texte des plaques se lit comme suit :

Champlain en Ontario, 1615

En avril 1615, Samuel de Champlain (v. 1574-1635) embarque dans le port de Honfleur pour son septième voyage en Nouvelle-France. À son arrivée à Québec, Champlain est informé de l'escalade des tensions avec les Haudenosaunee (Iroquois), les ennemis ancestraux des Anishinabe (Algonquins) et des Wendats (Hurons), ses alliés. Il organise une expédition diplomatique et militaire qui l'emmène vers l'ouest, jusqu'en Huronie, où il visite plusieurs villages, dont Cahiagué, un important établissement wendat. En compagnie d'une force mixte composée de 400 à 500 guerriers des Premières Nations et de quelques Européens, Champlain suit le réseau hydrographique de la rivière Trent en direction du sud-est, puis traverse le lac Ontario avant d'attaquer un village Haudenosaunee fortifié, dans l'actuel État de New York. En l'absence de renforts et en présence d'un ennemi redoutable et d'un hiver précoce, les alliés se réfugient à Cahiagué avec Champlain, qui est blessé. Durant sa convalescence en Huronie, il visite des établissements Anishinabe et Tionnontatés (Pétuns) voisins. Bien que les contacts ultérieurs avec les Européens entraînent des épidémies et des conflits croissants qui auront un impact profond sur les peuples autochtones, les alliances que Champlain aide à nouer perdurent. Il retourne en France au mois d'août suivant et publie par la suite des descriptions détaillées importantes des peuples, des sociétés et des paysages de ce qui deviendra l'Ontario.  

Les textes suivants sont rédigés dans les langues autochtones parlées lors du séjour de  Champlain en 1615.

Champlain gaagii ayaaj Ontario, 1615 (Anishinabe)

Megwaa apii Niki'giizis 1615, Samuel de Champlain (megwaa 1574-1635 e'gikinowiniwak) Honfleur gii'onjigabaa, azha niizhwaswaa bidagoshin New France. Apii gii'bidagoshing Quebec, Champlain giiwiindamawaganiwi enibimi maanzhi wiijiwidiwaaj Haudenosaunee gaye me'onzha gaa'gii pii'onji mawineshkaadinij gaawiijiwaaj Anishinabe gaye Wendat. Nengaabii'anong giizhimaajaa e'pabaa maawadishiwej dazhiikewinan dago Cahiagué, e'michaag e'kichiinendaagwak Wendat dazhiikewin. Niiwaak akonaag naanwaak anishinaabeg dago aanind agaamakiiwininiwag, Champlain o'gii' wiijiiwigoon zhaawanong waabanong naani Trent ziibiing, gii'aazho'amoog Ontario Gichi'zaaga'iganing e'gii ando mawinewawaaj Haudenosaunee anishinaabe'i noongom New York Gichi'mookomaanagiing ijigaade. Giinoode boonichigewag idash, gii'inaamowag Cahiagué egii'maaki'aganiwij Champlain. Megwaa gii'ani minoyaaj imaa Huronia o'gii maawadisaan besho giidaanij Anishinabe gaye Tionontati dazhiikewinan. Gagii'ani baatiinowaaj agaamakiiwininiwag e'gii piidoowaaj aakoziwin gaye miigaazowin, niibiwa gii'onji maanzhisewag anishinaabeg, ogo gaagii wiiji'igoj Champlain omaajitaawin gii'onji zhaabwiiwag. Gii'an kiiwe agaamakiing France apii Adidemini'giizisoon gaye giitibaajimobii'ige egii tazhimaaj wenenag, gaa'izhinaagwak aki biinish noongom Ontario aki gaagii aniizhinikaadeg.

Champlain anite tiat Ontario, 1615 mishta-atshitashun (Montagnais-Innu)

Ne napeu, Samuel de Champlain, kaishinikatanit nikatimushipan utenam Honfleur kaishinikatenit uta shiship-pishimu 1615.  Champlain kainiut 1574 nuash nete 1635 kanipat. Eukuanu nishuasht tatuau tshipa ishpanu anite New France.  Tekushanit ute Kuepek, Champlain uiatimuakanit eka minupananit nenu innu kaishinikatakaniti Haudenosaunee mak nenu uitsheuan, Anishinabe kie Wendat. Ekue itutekue nete Huronia tshemupat mitshet utenau kie nenu peiku kaishinikatenanit Cahiague, eukuan ne meshat kie eshpitenitakuak Wendat utenau. Uiesh neu-tatumitashumitannu mak patetat-tatumitashumitannu itashut innuat kashimakanishishat kie passe akaneshauat teshapanit, ekue tshiatutet nete Trent Shipit etuet.  Tashkaimeimut nenu shipinu Ontario shipu ekute natupanut anite Haudenoseaune kaishinikatenanit utenanu.  Ekuan ne anutshish keishinikateua New York State. Apu mitshetikuenit uinuau kie mishta shutshinishipan nenu nutshikuat kie shash peshinakushinipan tshetshi pipunanit. Nenu uitsheuan nete ituteshipanit Cahiague kie ushikuianishipan ne Champlain. Mekuat minu-enniut ne Champlain anite Huronia eku mupishtueshan pessish utenau kauitshananit Anishinabe mak Tionontati. Ekue, etatu takushinanit kataku Akaneshuat ekuan petakanit akushunu kie etatu natupannanu. Ekuta mishta matshipananit mitshet innuat muk tshika inniunu nenu uitsheuan ne Champlain kauitshukut. Nete tshiauet Champlain kau France uta upau-pishimu ekuanu meshineitshekue.  Eku uiauitak nenu pet ka eitit kie innu uiauinat kie nenu uiatak assinu eshinakunanit kie eshinniunanit auennu.  Ekuanu nenu assinu ka uauitak  ekuan ne anutshish Ontario keishinikateua.      

1615  Iahárawe  Champlain  ne  Ontario (Mohawk)

Ne  Onerahtókha  1615  Honfleur  tahahtén:ti  ne  Samuel  de  Champlain  (c  1574-1635),  né:ne  tsatáhkhaton  shahakwátho  ne  New  France.  Tsi  iahárawe  ne  Quebec,  wahonwahró:ri  ne  Champlain  tsi  na'tehotiri:wate  ne  Haudenosaunee  tánon  ne  raónha  thonatenróhon  Anishinabe  tánon  Wendat .  Wa'thathaháhkwe  é:neken  Huronia  nonkwá:ti  sotahr  wahón:ne,  tsi  kanataién:ton  iahakwatóhseron,  ó:ni  tsi  nón:we  ratí:teron  Wendat,  Cahiagué  konwá:iats.  Nia'tehá:ti  Onkwehón:we  wahonwanatia'táhrhase  400-500  nihá:ti,  tohkara'k  nihá:ti  ne  Ohontsakaionhró:non.  Éntie  nonkwá:ti  ne  nàkon  niahá:re  ne  Champlain  kaniataraktóntie  ne  Trent,  wa'thaiáia'ke  ne  Ontario  Kaniataráhere  tánon  iahshakotinataká:ri  tsi  ronatená:taien  ne  Haudenosaunee  ne  nón:wa  ne  New  York  wahstonhronón:ke.  Iah  tshiekaiéri  tsi  niahaonkwè:taien  tánon  wa'thontatken  ne  ratihseróhen,  ónen  ni'ó:ni  waohserá:te.  Ne  thonwáhnhes  Cahiagué  nionsahón:ni  skatne  ne  rokarewahtonhá:tie  Champlain.  Tsi  nikarí:wes  aonsahatkwatá:ko  ne  Huronia  nonkwá:ti  iashakotke'totháse  ne  Anishinabe  tánon  Tionóntati  tsi  ratí:teron.  Ronhá:tien  tsi  ohna'kén:ke  ne  Ohontsakaionhró:non  tahatíhawe  ne  nia'tekahnrá:ke  tánon  ne  teka'nikonhrhá:ra  ne  ki'sháka  ia'thóntieste  ne  Onkwehón:we,  tsi  nikáien  ne  tahonténrohwe  ne  Champlain  iah  thénon  tehotiia'tawén:en.  O'seronnio'nwé:ne  nieshawé:non  ne  Seskehkó:wa  enhni'tà:ke,  ohna'kénke  wahahiá:ton  washakotharáhkwe  ne  Onkwehón:we  rotitiohkwaiénton  tánon  tsi  niiohontsó:ten  ne  Ontario  ieiotón:o'n. 

Yenten  ontarionde, sangwat wahia enniot iwasen asen wich iskare (Wendat)

D'onne ahaon d'aƟochingota, sangwat wahia enniot iwasen asen wich iskare, Tsawer de Yenten (sangwat wich iwasen tsutare ndak iskare dinde sangwat wahia enniot achienk iwasen wich iskare) aharaskwa etioreyenchata.  Tsutare arati aharaskwat dex'ondechate. D'onnen ahaont teyiatontarie, Yenten ahariharony hontatrio d'hotinnionchiondi dinde hatichrawata honriskon de Wendat.  Ehawehti atawatukwahs Wendake. TehandaƟareson ondatonnion.  Skandatat Kahiaye  ondataywannen.  Hondakiwanhation hotiskenrayehta ndak enniot iwasen din wich enniot iwasen onywe d'onywe dinde Ɵora Hatinnionyenhak.  Hatiyawe ekandate, hatindiuhon Ontario dinde tehatindataton Hotinnonchiondi hatindatawan hendondechawan de Skandetatironnon.   Hotiskenrayehta teshation, hontatrio hontieronkwa dinde tioskenia onne ontayochaƟe.  Honriskon ahonraskwat  onsahondet Kahiaye. Ɵo honatenhaon ondaie Yenten hondatatrio ahonasterayi.  Onne etihandare hayondaƟaron Hondatawat dinde Etionnontateronnon. Aweskwak Hatinnionyenhak hatinnrokawi dinde hontatriochenhaon.  Oten Yenten hondatsi  harihwanditi. Ɵo Yenten onsahret  Yannionhake  onnenhondia.  Aaharihwandotonnion onywe d'onywe dinde hendondechawan, d'ondechate aaiatias "Ontario."

Renseignements pour les médias

  • Sabine Raboteur

    Cabinet de la ministre

    416-327-4603

  • Charles Jean Sucsan

    Office des Affaires francophones de l'Ontario

    416-476-5223

Partager